[Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace

 ::  :: Rp Terminés
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




[Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Lun 5 Juin - 1:42
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

L’amour. Voilà un sentiment si complexe dont saisir le moindre aspect demeure compliqué. Voilà quelque temps que moi-même je me perdais dans cette émotion si particulière sans en comprendre le véritable sens. Ce n’est que récemment que j’ai compris ce que mon cœur ressentait vraiment, que j’ai ouvert les yeux sur ce qui m’entourait depuis le départ. Car oui, il m’avait fallu du temps avant de comprendre que dès le premier regard que j’avais posé sur cette personne, je m’étais éprise de lui d’une façon que je ne comprenais pas encore. Au début, il y avait de l’attirance, une très forte attirance même, si bien que j’avais déjà la forte envie de l’embrasser dès que mon regard se posait sur lui. Rapidement, je ressentais le manque en son absence et bientôt, je lui affirmais haut et fort que nous serions toujours tous les deux contre le monde quoi qu’il puisse arriver. Et pourtant, la tournure des événements nous éloigna. Nous étions liés par le sang, du moins, c’était ce que je croyais à ce moment donné. Malgré cette nouvelle, cette nuit dans la Cité des Os, je lui ai dit que rien n’avait changé, que ce serait toujours nous deux pour affronter le monde. Lui n’était pas de cet avis, tout n’avait été que mensonge et rien n’était réel, rien n’avait ne serait-ce un jour existé. A cet instant, je me suis senti tomber dans un puits sans fond, duquel je ne pensais pas revenir. Immédiatement, j’ai accepté la chose, je me suis mise à continuer tracer ma route en cherchant à oublier ce qu’il y avait eu entre nous. Et pourtant, peu importe ce que je faisais, peu importe avec qui j’étais, je ressentais ce manque de lui, ce besoin d’être à ses côtés quoi que je fasse. Sortir avec Simon, c’était une façon de m’obliger à ne pas y penser, de ne pas sombrer dans ce sentiment si étrange qui m’animait à l’égard de Jace. J’étais heureuse avec celui qui fut mon meilleur ami pendant dix longues années, mais pourtant, ce n’était pas suffisant. Son parfum que j'aime tant et qui me réconforte à chaque fois qu'il baigne dans l'air me manquait. La sécurité de ses bras dans lesquels je me lovais certaines nuits m’apaisait. Mon cœur bat la chamade quand mon regard se perd dans le sien, ma peau frémit au contact de la sienne. Je l'ai dans la peau, à vrai dire, je l'ai toujours eu dans la peau. Pour toutes ses raisons, je ne pouvais continuer à rester avec Simon, cela m’était trop dur à supporter alors que plus le temps passait et plus mon cœur me criait d’aller vers Jace. Plus je réalisais également que je n’étais pas la seule à ressentir tout cela. Sa façon d’agir avec moi, de me regarder, de me parler certaines fois. Tout cela me poussait à croire qu’il ressentait peut être plus qu’une relation fraternelle comme il me le faisait croire. Les précieux conseils d’Aiden finirent de me convaincre. Je devais prendre le risque de suivre mon cœur. Prendre le risque d’avouer que j’aimais Jace d’un amour sans faille depuis le départ, au risque de me tromper que ce cela ne soit pas réciproque. Mais au moins, je ne vivrais pas avec des regrets.

Si bien qu’aujourd’hui, je m’étais décidée à lui annoncer une fois pour toute, prenant mon courage à deux mains. Il était grand temps que je lui dise tout ce que j’avais sur le cœur. C’est ainsi qu’après une recherche minutieuse dans tout l’Institut, je découvris qu’il n’était pas là auprès d’Isabelle. Cette dernière m’informa que son frère avait été requis pour une mission à Idris. Ils devaient aider un groupe de chasseurs à traquer et arrêter des membres du Cercle dans les alentours d’Alicante et qu’il ne reviendrait que dans la soirée si tout allait au mieux. Cela ne m’avait pas aidé à me rassurer moi qui d’ordinaire m’inquiétais dès lors qu’il partait en mission, bien que je taise cela auprès du principal intéressé. Et voilà qu’il était de l’autre bout du monde à affronter des ennemis qui n’hésiteraient pas un instant à le tuer s’ils le pouvaient. Et comme pour toujours plus m’enfoncer dans mon inquiétude grandissante à son égard, le téléphone portable d’Isabelle vibra sur le lit. Affichant un sms dont je parvins à lire l’auteur, Jace. Mon cœur se serra dans ma poitrine alors que je voyais le visage de mon amie se décomposer au fur et à mesure de sa lecture. « Isabelle, que se passe-t-il ? Jace… il va bien ? » demandais-je morte d’inquiétude. Elle n’eut pas le temps de me répondre que je lui arrachais déjà le portable des mains pour y lire un message de Jace la prévenant qu’il avait été blessé et qu’il était à l’infirmerie d’Alicante, et bien entendu, qu’il ne serait pas de retour ce soir. Mon esprit vrilla aussitôt alors que je m’imaginais déjà un Jace mourant, blessé sur ce lit, seul, avec moi ici loin de lui sans avoir le temps de lui révéler que je suis folle amoureuse de lui.

Je m’étais immédiatement mis en route pour le bureau de Maryse, suivie d’une Isabelle qui me collait en m’affirmant que je devais me calmer, qu’il allait bien. Mais rien n’y faisait, je voulais y aller, j’en avais besoin. Il le fallait. Seulement, Maryse n’était pas du même avis, trouvant cette décision de traverser le portail juste pour voir Jace qui selon elle allait très bien, comme étant ridicule. Agacée, j’avais fait volteface en direction de la sortie avant de me diriger en direction de la salle où le portail était sous bonne garde. Isabelle était sur mes talons, et devinant que je ne céderai pas, m’aida à distraire les deux gardes pour que je me faufile jusqu’au portail. La lumière éblouissante éclaira la pièce où j’étais alors, je pouvais distinguer ce qui ressemblait à la Cité de verre qui brillait sous le Soleil couchant. Je souriais à Isabelle tendrement, lui mimant de mes lèvres un « Ne t’en fais pas pour moi. Cela ira. » et avant de me jeter dans ce portail.

De l’autre côté, je me retrouvais dans une immense salle tous aussi bien gardée. Je pouvais constater la beauté de la pièce. Je me souvins alors de ce que j’avais lu, j’étais dans une des salles de La Garde. Sans que les gardiens n’aient le temps de m’interrompre, je filais déjà en direction de la sortie en lançant au passage « Désolée du dérangement ! » alors que je courais enfin en direction de l’infirmerie. Fort heureusement pour moi, je m’étais renseignée sur Idris, j’avais écouté les récits de Luke sur Alicante. Toutefois, je n’avais pas appris par cœur les plans de la ville, et il me fut bien dur de trouver mon chemin jusqu’à l’hôpital. Après de longues minutes à chercher en vain, je trouvais enfin mon chemin après avoir demandé à une ou deux personnes qui devaient s’interroger sur cette jeune femme à l’air ahuri. Dans le bâtiment en question, je me dirigeais immédiatement vers ce qui me semblait être un accueil pour y demander, le souffle court « Jace Lightwood. » « Vous ne pouvez pas le voir. » me répondit la femme assise qui me regardait d’un air supérieur. « Je ne vous demande pas si je peux le voir. Je veux le voir ! Dites-moi où il est et maintenant ! » avais-je dit d’une voix autoritaire et énervée. Je n’avais pas le temps d’attendre. Je voulais le voir immédiatement, m’assurer qu’il était en vie, qu’il allait bien. La femme allait me répondre quand un frère silencieux s’approcha de moi et répondit à mes interrogations « Il n’est pas ici Clarissa Fairchild. Il est parti pour le Lac Lynn. Vous l’y trouverez certainement. ». Mon regard se posa sur l’homme qui venait de pénétrer dans ma tête alors que je le gratifiais d’un hochement de tête avant de courir loin de ce bâtiment.

Après une bonne heure à courir en direction du lac le plus célèbre de ce monde, je le vis enfin. Il était là, debout face au Lac, les derniers rayons du crépuscule se reflétaient sur sa chevelure dorée. Il en brillait tel un ange. Mon cœur battit plus vite au sein de ma poitrine à cet instant, ce n’était certainement pas le fait de courir qui le faisait battre de la sorte. Non. C’était bel et bien le fait que je le voyais enfin, debout devant moi, l’air pourtant en forme. Mon inquiétude si puissante jusque-là s’apaisa quelque peu, même si tant que je n’étais pas proche de lui, je ne pouvais être certaine qu’il allait à cent pour cent bien. De plus, l’idée que je pouvais enfin lui dire tout ce que je ressentais pour lui n’y aidais pas. Seulement, je ne réfléchissais plus, et sans y penser, je m’étais mise à courir dans sa direction pour venir le prendre dans mes bras et le serrer dans mes bras fortement. Aussitôt, mes larmes coulèrent sur mes joues alors que mon cœur s’emballait. J’avais eu tellement peur pour lui, peur qu’il soit mourant, peur de le perdre et de ne plus jamais pouvoir le contempler, celui que j’aimais d’un amour sans faille, un amour que je comprenais enfin. Mes lèvres dans son cou, elles tremblèrent alors que je parvenais enfin à murmurer contre sa peau « Jace... Tu m’as fait tellement peur… je croyais t’avoir perdu… Je croyais que je ne te reverrai jamais… J’étais terrifiée à l’idée de te perdre à jamais… ». Si bien que mon taux d’adrénaline éprouvé durant ces deux dernières heures redescendit enfin, et mes membres en tremblèrent sous le poids de l’émotion. Je n’étais pas capable d’articuler un mot de plus, pas encore, pas tout de suite. Je voulais seulement profiter de ce moment, de l’avoir dans mes bras. Tout ce que je parvins enfin à demander, alors que je me reculais doucement, pour plonger mon regard humide dans le sien, remarquant bien son air étonné de me voir ici « Tu vas bien au moins ? Ils t’ont soigné ? Proprement j’espère.. Dis moi que tu vas bien Jace je t’en prie... » demandais-je avec un tremblement dans la voix. L’inquiétude était toujours fortement présente, car s’il y avait bien une chose dont je m’étais rendu compte. C’était que le perdre me détruirait totalement, même si il me resterait des personnes auxquels je tiens, cela ne compenserait pas sa perte à lui. Jamais.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Lun 5 Juin - 17:19
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Valentin a beau m'avoir fait lire plein de livres de toute sorte, littérature anglaise, histoire, philosophie et surtout des livres traitant de la guerre, j’étais loin d’avoir tout compris à la vie. Mais sans aucun doute, ce que je n’avais pas du tout compris, était le sentiment de l’amour. J’aurais pu vous en sortir la définition telle qu’on la trouve dans les dictionnaires mais je n’en comprenais nullement le sens pour dire vrai. Je ne l’avais jamais connu, on m’avait toujours inculqué que les sentiments n’étaient que faiblesse, que cela vous détournait de votre concentration et de votre voie du guerrier. C’était ce que je pensais, du moins avant de rencontrer Clarissa Fairchild, enfin Fray à l’époque. Dès le départ, elle a tenté de me montrer sa vision terrestre des sentiments, comme quoi ils étaient une force et non une faiblesse, et que le plus fort de tous restait l’amour. Mon esprit me disait que c’était une bêtise, mais pourtant une part de moi voyait de la vérité dans ses dires, comme si je l’avais toujours su au fond de moi mais que je ne me l’étais jamais avoué. Au fil de mes moments passés avec elle, nous nous sommes rapprochés, physiquement parlant bien sûr, je devais bien reconnaître qu’elle était vraiment magnifique comme fille. Je pensais qu’il s’agissait là seulement d’un désir physique comme je pourrais en ressentir envers toute autre fille, mais pourtant il y avait plus, je me sentais connecté à elle, au point où j’enfreignais les règles pour elle, au point où j’étais même prêt à me mettre mon parabatai à dos pour elle. Je commençais de plus en plus à penser que j’avais peut-être un avenir avec elle, qu’on pouvait essayer de construire quelque chose, après tout même les chasseurs tombent amoureux, d’un amour plus puissant que les terrestres d’ailleurs. Mais alors que je commençais à nouer des sentiments ambigus pour elle, c’est là qu’on a découvert qu’elle était ma sœur et que tout avenir de la sorte était donc impossible. Je n’avais jamais ressenti cela, c’était comme si on venait de me jeter dans la prison la plus profonde et la plus sombre qui existe, je pouvais sentir la souffrance à l’intérieur de moi et je ne voyais pas ce que je pouvais y faire. Avant même que j’ai eu à traiter avec elle là-dessus, j’ai eu la chance de pouvoir rejoindre Valentin, enfin ce n’était pas vraiment une chance mais au moins j’évitais cette gêne maintenant palpable entre la jeune femme et moi.

Je me trouvais tordu de ressentir de telles choses pour ma propre sœur, je faisais tout intérieurement pour éradiquer ces sentiments, qu’on en revienne à une situation normale de frère et sœur. Mais c’est là qu’elle est venue pour me sauver, enfin techniquement c’est moi qui l’ait sauvé mais les détails importent peu. Et ensuite les choses se sont enchaînés très vite, sauver Alec pour au final finir derrière les barreaux de la Cité des Os. Même là, elle ne voulait pas s’éloigner de moi, elle m’a rendu aussitôt visite, je dois dire que c’était touchant. Sauf que je ne pouvais pas lui faire face, pas avec ce que je ressentais intérieurement, c’était bien trop dur de l’entendre dire des déclarations dignes d’un couple, j’ai donc fait quelque chose que je regrette maintenant à la lumière des derniers événements, je l’ai rejeté en lui disant qu’il n’y avait jamais eu d’ambiguïté entre nous, que nous étions seulement un frère et une sœur et qu’elle s’était fait des histoires dans sa tête. Je m’en souviens encore de cet air triste dans son regard, cela m’avait brisé le cœur de voir cela, mais je n’avais rien dit, je devais ne pas le montrer pour qu’elle pense que j’étais sérieux. On peut dire qu’ensuite mon plan avait marché à la perfection, elle s’était bel et bien éloigné de moi, plus d’ambiguïté entre nous et pourtant j’étais loin d’en être satisfait, il m’avait fallu me rendre à l’évidence, mes sentiments à son encontre ne disparaîtraient jamais. Mais encore tout ceci j’aurai pu le supporter, c’est plutôt la suite qui a fini de m’achever, la voir sortir avec ce vampire de pacotille, Simon. Il était content, il avait enfin eu ce qu’il voulait, il récupérait la fille qu’il aimait depuis tant de temps. Voir la fille qu’on aime éperdument dans les bras d’un autre, avec un immense sourire sur le visage et le couvrir de baisers, c’est comme si on vous arrachait le cœur, qu’on le mettait par terre et qu’on le piétinait devant vous à multiples reprises, la même douleur à chaque fois sans aucune chance que cela s’atténue. Quand j’ai découvert qu’au final Valentin avait menti, que Clary et moi n’étions pas frère et sœur, j’ai voulu le lui dire mais c’est là que j’ai eu une révélation, je n’en avais pas le droit. Je n’avais pas le droit de venir perturber le bonheur qu’elle avait acquis après que je l’ai fait souffrir, je n’avais pas le droit de la replonger dans le doute par pur égoïsme. Je devais la laisser partir, et ne pas lui révéler la vérité.

Bien malgré moi, il s’avère que la jeune femme l’a appris, elle n’a pas du tout apprécié que je lui mente sur notre faux lien de parenté mais je ne regrettais pas, j’avais bien fait de faire cela. Et comme je m’en doutais, apprendre cela lui a fait réviser quelques-unes de ses limites, comme le fait de m’embrasser. Nous nous sommes de nouveau embrassé à plusieurs reprises mais tout en s’imposant des limites, je lui ai bien fait comprendre que je la savais heureuse avec Simon, que je ne voulais pas qu’elle brise tout juste pour du désir pour moi. Cependant cela fait un moment que je ne l’ai pas vu, elle n’était déjà pas là lors de l’explosion en plein centre-ville, et depuis je ne l’ai pas revu, elle m’a quand même envoyé des messages pour me dire que tout allait bien, je suppose juste qu’elle doit passer le plus de temps avec son copain, tant mieux pour elle.

Je reprenais le fil de mes pensées en main, je m’étais bien trop laissé aller à réfléchir à ce moment précis, il faut dire qu’être coincé à l’infirmerie alors que la blessure est superficielle est légèrement agaçant pour ma défense. J’avais été envoyé à Alicante par Maryse dans le but de retrouver des membres du Cercle en fuite, nous avions eu des informations comme quoi certains se trouvaient à Idris, proche d’Alicante, Maryse voulait quelqu’un de confiance pour cette mission, elle m’avait donc envoyé moi. Cela m’avait fait bizarre de revoir Alicante après neuf ans d’absence, de revoir mon foyer qui m’avait tant apporté et en même temps tant fait souffrir. J’étais bien sûr tout de suite tombé sur des filles me connaissant et souhaitant me parler ou passer du temps avec moi. Je n’avais pas le temps pour cela, et en plus je n’en avais guère l’envie, je voulais finir le plus vite possible et revenir à New York pour voir Tanya et ma fille. J’avais bel et bien réussi à appréhender deux membres en fuite mais l’un d’eux m’avait fait une coupure avec une lame empoisonnée. Je ne saignais quasiment pas, j’avais été à l’infirmerie seulement pour avoir une poche de sang dans le but de ne pas mourir empoisonné, mais j’avais préféré envoyer un message à toute la famille Lightwood pour les prévenir que je ne rentrerai pas ce soir et que je ne pourrai rentrer que le lendemain à cause de l’infirmerie. J’en avais évidemment envoyé un aussi à Tanya pour la prévenir, je savais qu’elle s’inquiéterait pour moi sinon, elle était devenue un peu comme ma femme depuis que nous avions eu Naya.

J’étais bien resté deux heures à cette maudite infirmerie car les dames avaient attendu que la poche soit totalement vidée et m’avait fait en plus attendre vingt minutes le temps que mon organisme se remette. Elles me prenaient pour quoi ? Mon nom était connu partout ici quasiment et pourtant elles me prenaient limite pour un chasseur de bas étage. Dès qu’elles m’avaient donné l’autorisation de partir, je n’avais pas perdu une seconde, j’avais filé à toute vitesse en dehors de ces lieux, en direction du lieu de l’affrontement qui m’avait valu la blessure, le Lac Lynn. J’en avais profité pour faire un footing jusqu’à là-bas, histoire de remettre mon corps dans le bain après deux heures d’inactivité. Une fois arrivé, je m’étais tout de suite mis à la recherche d’indices dans le but de vérifier une théorie, une théorie comme quoi ils étaient trois et non seulement les deux que j’avais arrêté. Et il s’avérait que j’avais bel et bien raison, on pouvait voir trois jeux d’empreintes de chaussures, le troisième avait dû partir avant même que j’arrive, bien pour lui, mais embêtant pour moi. Je ne pouvais pas le traquer dès maintenant, le soleil n’allait pas tarder à se coucher et faire une traque la nuit aurait été une belle erreur de débutant, il pouvait me tendre un piège à tout moment. Il me suffirait de me lever plus tôt le lendemain pour le retrouver à la lumière du jour et le traduire lui aussi devant la justice.

Mais alors que je m’apprêtais à faire mon rapport à Maryse par sms, j’entendis des pas rapides venir vers moi, je me tournai juste à temps pour voir qu’il s’agissait de Clary qui venait limite de me sauter dans les bras. Je la serrai en retour sans comprendre pourquoi cette attitude ni ce qu’elle faisait là exactement. En y regardant de plus près, je voyais qu’elle pleurait, que s’était-il passé ? Est-ce que quelqu’un était mort et je n’étais pas au courant ? Il s’était obligatoirement passé quelque chose. Mais c’est ensuite que je compris ce qu’il se passait, lorsque j’entendis ses paroles pour être précis. Elle avait dû entendre parler du message que j’avais envoyé à New York pour prévenir que je restais ici ce soir. Mais elle venait sérieusement de traverser un Portail, pour ensuite me chercher partout le plus vite possible, tout cela parce que j’avais été blessé ? Je n’avais pas de mot pour dire à quel point cela me touchait, elle venait de me prouver que j’avais beau ne plus être son frère, elle n’avait pas pourtant cessé de tenir à moi.

Je la serrai contre moi tout en ne manquant d’embrasser son front pour la réconforter « Je vais bien Clary, ce n’était rien, juste une égratignure mais avec du poison ! Voilà pourquoi j’étais allé à l’infirmerie, souviens-toi après l’autre monde, il faut une perfusion de sang pour soigner ce type de poison ! Mais sinon je vais très bien, je me suis plus ennuyé qu’autre chose là-bas ! » Je reculai un peu ma tête de la sienne pour pouvoir la regarder intensément dans les yeux tout en caressant sa joue le plus tendrement possible « Tu as sérieusement fait tout ce chemin pour moi Clary ? Cela me touche énormément, je n’aurais jamais cru que quelqu’un en dehors de ma famille fasse ça pour moi ! Je m’en veux maintenant de t’avoir fait déplacer pour rien, je me doute que tu dois être bien occupé et en plus je t’éloigne de Simon pour rien, désolé ! Tu ne m’en veux pas trop de t’avoir fait déplacer pour rien ? »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Lun 5 Juin - 23:02
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Aimer quelqu’un de tout votre cœur, et dès lors que cette personne sera en danger, vous mourez d’inquiétude. D’autant plus si rien ne vous permet de savoir comment celle-ci se porte. Quand Isabelle avait reçu ce sms de Jace, l’informant qu’il avait été blessé lors de cette mission, mon cœur avait fait un bon dans ma poitrine. Immédiatement, ma peur déjà grandissante se multiplia davantage, devant incontrôlable. Et là où pour une personne normale, j’aurai attendu sagement qu’elle me soit retournée ; ici j’en étais bien incapable. Quand il s’agit de Jace, je ne contrôle plus rien, ce sont mes émotions qui me guident et parfois de façon peu judicieuse, il me faut l’admettre. Mais c’est plus fort que moi, je l’aime, ou plutôt, je suis éperdument amoureuse de lui et ce depuis le premier regard que nous avons échangé. Il m’aura juste fallu ce qui me semble à présent comme une éternité, pour le comprendre. Cela ne fait qu’une semaine que j’ai réellement pris conscience que je ne pourrai jamais le voir comme simplement un ami, ou un frère comme lui me le disait. Non, j’en étais incapable. Savoir qu’il était à New York, en plein cœur de la ville alors que des explosions retentissaient, m’avait rendu folle d’inquiétude. Mes pensées s’étaient immédiatement tournées vers lui alors même qu’elles auraient dû le faire vers Simon, mon petit ami. Si j’avais des doutes sur ce que je pouvais vraiment ressentir pour lui, cette histoire avait fini par me faire prendre une décision. Je ne pouvais plus rester avec Simon, alors même que je pensais à Jace, que j’avais besoin de lui et que je désirais bien plus à ses côtés. Même si je savais que cela le ferait souffrir, je me devais de le quitter pour son propre bien. Certes il souffrirait pendant quelque temps et il nous faudrait peut-être très longtemps avant de retrouver un semblant de notre relation d’antan, mais au moins, j’étais fidèle à mes sentiments. Je n’avais pas encore posé le mot « Amour » sur ma relation à Jace, mais je savais que quelque chose de très fort en découlait. Toutefois, cette semaine de réflexion loin de lui, à réfléchir à tout ce que je pouvais traverser et ressentir, m’avais permis de comprendre. Aiden m’avait beaucoup aidé dans cette décision, lui qui avait bien vite compris que mon cœur était partagé et m’avait poussé à suivre ce dernier. Et c’était vers Jace que mon cœur penchait, il l’avait toujours fait d’ailleurs. Seulement, je me mettais des œillères sur ces sentiments que je pensais non réciproques. Et même si je ne peux pas être certaine que Jace ressente la même chose en retour, je sais qu’il ressent plus qu’il ne le prêtant. Maintenant, c’était à moi de lui révéler mes sentiments, même si c’est au risque qu’il réfute mes arguments. S’il y a une petite chance que ce soit réciproque, je me devais de la saisir.

Pour toutes ses raisons, je n’avais pas hésité un instant pour désobéir aux règles et le rejoindre comme lui avait pu le faire biens des fois dans le passé. J’avais besoin de le voir, de m’assurer qu’il était vivant, de le serrer dans mes bras en sentant son parfum que j’aime tant. Je ne m’imaginais pas un instant faire partie d’un monde dans lequel il ne serait plus. C’est pour cela que dès que je l’ai vu, au bord du Lac, ce besoin de le prendre dans mes bras pour ne plus le lâcher se fit sentir. Et savoir que lui aussi me rendait cette étreinte m’apaisa instantanément. Le simple contact de ses lèvres sur mon front m’arrachèrent un frisson, comme à chaque fois que ses lèvres se posaient sur ma peau quelque qu’elle soit. Il allait bien me disait-il. En effet, il avait l’air de se porter comme un charme, mais pourtant, je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir cette peur au fond de mon cœur. A vrai dire, elle ne disparaissait jamais vraiment, même quand je le savais en sécurité, je ne pouvais m’empêcher de craindre que la moindre mauvaise chose lui arrive. Maladif ? Je ne sais pas. Je mets cela sur le compte de l’Amour. Car cette crainte finissait de me prouver à quel point mon amour pour lui est démesuré.  

« Juste une égratignure empoisonnée… Ce n’est pas rien Jace. Heureusement que tu as filé à l’infirmerie immédiatement… Si cela avait traîné, et si tu étais… Tu sais que je ne m’en remettrai pas si tu venais à mourir, tu le sais cela, pas vrai Jace ? » demandais-je en plongeant mon regard intensément dans le sien, celui-ci étant encore humide des larmes que j’avais eu il y a de cela quelques minutes. Sa caresse sur ma joue m’arracha un nouveau frisson, alors que mon regard ne voulait plus quitter le sien. A chaque fois, c’était la même chanson. Je m’y perdais sans plus pouvoir m’en sortir. Cela me devenait impossible même tant je trouvais ses yeux magnifiques. Et même si certains seraient gênés par leur couleur dichotomique, cela n’était pas mon cas. Au contraire, je trouvais que cela lui donnait un charme que nul autre ne pouvait avoir.  

Il me demandait sérieusement si j’avais fait tout cela pour lui. A cet instant précis, j’aurai voulu lui crier que oui, que j’étais folle amoureuse de lui et que part amour pour lui, je serai capable à bien des folies. Mais pas encore, je ne le pouvais pas encore. D’autant plus qu’à présent, il se sentait mal, pensant que je laissais Simon en plan. Si seulement il savait. S’il savait que c’est lui que je veux et personne d’autre. Mon regard s’intensifia immédiatement alors que je reprenais mes esprits. Ma main droite vint caresser sa joue délicatement avant que je ne lui réponde d’une voix douce « Si tu me demandes si j’ai désobéi à Maryse Lightwood, franchis un portail à la barbe de ses gardiens, insulté des infirmières qui n’étaient pas capable de me dire où tu étais, couru une heure jusqu’ici sans m’arrêter ? Alors oui j’ai fait tout ce chemin pour toi Jace. Je te l’ai déjà dit plusieurs fois, mais pour toi, je serai capable de bien des choses, bonnes ou mauvaises. On a été une famille pendant un moment dois-je te le rappeler ? Tu es bien plus important que tu ne le penses, tu es ma famille, que ce soit par le sang ou non. Tu ne dois pas douter de ce que je serai capable pour toi Jace. Jamais. ».

Je marquais ensuite une pause, reprenant ma respiration avant d’aborder la partie une des révélations. Mordillant ma lèvre, je ne savais que trop mal comment aborder le sujet. Toutefois, tergiverser ne sert à rien. Je me lançais enfin, mon regard toujours plongé dans le sien. Néanmoins je me reculais un petit peu de lui pour mieux cerner les réactions de son visage si toutefois, il y en a. « Premièrement Jace, sache que je ne t’en voudrai jamais même si tu venais à me faire déplacer pour rien. Ce qui n’est évidemment pas le cas ici bien sûr. Et secondement, tu ne m’éloignes pas de Simon et tu ne m’en éloigneras plus jamais à vrai dire… Lui et moi c’est fini. J’ai.. J’ai décidé de rompre notre relation. Car je ne pouvais pas continuer celle-ci dans l’espoir d’un jour l’aimer en retour comme lui le fait, alors que cela m’est totalement impossible. ». Il affichait un air d’incompréhension totale. Sûrement devait-il se demander pourquoi j’avais rompu avec lui, alors que je paraissais si heureuse. Pourtant, je ne l’étais pas totalement, pas vraiment. Reprenant la parole je continuais ma tirade, d’une voix immédiatement moi assurée « Tu dois te demander pourquoi pas vrai ? Alors que je paraissais si heureuse pourtant. Pour dire vrai, oui j’étais heureuse avec lui. Je me sentais bien car je l’ai toujours connu, j’ai grandis à ses côtés, je l’aimais énormément. Seulement, je l’aimais plus comme un frère que comme autre chose. Je savais que pour lui ce n’était pas le cas. Je me suis finalement persuadée que peut-être je pourrai un jour tomber amoureuse de lui, apprendre à l’aimer de la même façon que lui le faisait. Pourtant, plus le temps avançait, plus je me suis rendue compte que cela m’était impossible. Que je ne pourrai jamais l’aimer plus que je ne le faisais déjà. J’étais heureuse de le voir heureux, mais je n’étais pas comblée de bonheur loin de là-même Jace... ». J’hésitais à enchaîner immédiatement avec la phase deux des révélations. Mais celle-ci était déjà assez importante à encaisser, et je me devais de ne pas trop l’assourdir avec mes secrets révélés. D’autant plus, je ne sais pas encore comment il va réagir à ma séparation d’avec Simon. Il pourrait tout aussi bien ne montrer aucune réaction. Même si au fond, si ce que je pense être, est juste, alors il montrera quelque chose. Quelque chose qui ira dans mon sens. Du moins, je l’espère.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 11 Juin - 16:23
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


La vie peut parfois être très surprenante, même lorsque l'on pense que l’on a tout vu, que plus rien de bizarre ne pourra nous tomber dessus, il se passe quelque chose de nouveau qui remet en cause tous nos fondements. C’est ce que j’avais ressenti en voyant Clary devant moi, ayant parcouru tout ce chemin parce qu’elle me savait blesser, voir même mourant, voir ce regard si inquiet dans ses yeux, et surtout son étreinte ne voulant plus me lâcher. Il ne faut pas croire, je sais bien que Clary et moi c’est compliqué, qu’il y a de l’affection entre nous et que nous ne sommes pas des inconnus l’un pour l’autre, mais de là à faire tout ceci pour moi, alors que je ne suis même plus son frère, j’ai du mal à y croire. J’ai même pensé pendant un instant que c’était Alec qui lui avait demandé de venir pour prendre de mes nouvelles car lui était occupé. Mais au vu de son regard, il ne faisait nul doute qu’elle était venue d’elle-même, et que personne ne l’avait forcé. Mais les mots qu’elle avait prononcé ensuite avait fini de m’ébranler si je puis dire, le fait qu’elle ne s’en remettrait pas si je venais à mourir, je ne le savais pas, je ne m’en serais jamais douté pour être honnête. J’avais même été jaloux lorsque j’avais vu la tristesse et le désespoir qu’elle avait eu en voyant Simon se vider de son sang aux mains de Valentin, j’aurais voulu qu’elle ait le même genre de réaction pour moi, mais je savais cela impossible. Pourquoi ? Tout simplement parce que lui elle le connaissait depuis toujours, elle sortait même avec maintenant, ce qui traduisait bien des sentiments pour le garçon. Tandis que moi, j’étais son ancien frère, son ancien flirt, au final je n’étais rien pour elle, je n’avais aucun lien défini, j’étais juste l’homme qui était entré dans sa vie et maintenant y traînait tel un parasite. C’était la première fois que je prenais conscience que ma mort lui ferait du mal, bizarrement cela me faisait sourire intérieurement, savoir qu’elle était assez attachée à moi pour être triste de ma mort. Je ne me faisais pas d’idées pour autant, je savais bien qu’on était loin de ce que sa mort me ferait à moi, elle m’anéantirait totalement sans que je puisse me relever un jour, je ne pourrai plus être un ami pour quiconque, plus être de la famille, même plus être un chasseur d’ombre, je serais totalement détruit.

J’avais ensuite laissé échapper un rire lorsqu’elle m’avait raconté son épopée, savoir qu’elle avait fait tout cela pour moi continuait de me faire sourire, et surtout cela faisait battre la chamade à mon cœur, savoir que la femme qu’on aime a fait tout cela pour nous. J’imaginais déjà la tête de Maryse en se rendant compte que la jeune rousse avait créé un Portail sans autorisation, en plus en direction d’Alicante, peut-être avait fait-elle le rapprochement avec ma présence ici. Et puis en plus, avec les évènements de ces derniers mois, Maryse était habituée maintenant aux désobéissances de Clary et moi, on lui en avait fait vivre des épreuves. De plus, la jeune femme n’avait rien fait de mal, elle avait juste choisi de me rejoindre en ces lieux, au grand maximum elle avait juste été rude avec les infirmières, mais bon vu ce qu’elles m’avaient fait attendre, elles le méritaient amplement ces femmes. Néanmoins, quand je réfléchissais à tout cela, j’avais du mal à croire qu’elle avait fait tout cela pour moi juste parce qu’elle me considérait encore comme de la famille. Moi j’aurais été capable de faire cela pour elle, mais j’étais fou amoureux d’elle, ce qui expliquait la motivation, elle, elle ne ressentait pas cela pour moi alors pourquoi avait-elle fait cela.

« Wow, Clarissa Fairchild, vous ne cesserez jamais de m’étonner dis donc ! J’aurais bien aimé voir la tête des gardiens quand ils se sont rendu compte qu’une petite rousse les avait dupés aussi facilement, je pense qu’ils vont devoir inventer une excuse pour Maryse ! » Je laissai échapper un rire après ces propos. « En tout cas, je n’en reviens pas, cela me touche Clary ce que tu viens de faire pour moi, dans ma vie j’ai souvent été seul, j’ai pris l’habitude de ne pas tant compter sur les autres que cela ! Alors toi qui ne me connait que depuis quelques mois, et pour qui maintenant je n’ai aucun lien réellement défini, traverse tout ceci juste pour s’assurer que je vais bien, c’est juste incroyable ! Je ne l’oublierai pas Clary, j’ai déjà prouvé que je serai toujours là pour toi dès que tu as besoin de mon aide ! Mais là, c’est encore plus grand, je n’oublierai pas ce que tu as fait pour moi, tu pourras me demander n’importe quoi et je le ferai sans hésiter, je serai ton soldat, ton guerrier personnel, j’en fais le serment ma chère ! » Je fis la révérence devant elle comme un chevalier de l’ancien temps.

Je vais vous parler d’un phénomène qui a dû vous toucher au moins une fois dans votre vie, ce phénomène qui consiste à ce qu’on vous apprenne ou que vous appreniez de vous-même une information qui ne devrait pas vous réjouir dans un cadre général, mais qui vous exalte de bonheur dans un cadre personnel. Ce phénomène venait de s’appliquer à moi lorsque la jeune femme m’avait annoncé avoir rompu avec Simon, la raison voulait que je sois triste pour elle, triste que cela n’ait pas marché et triste qu’elle ait dû faire du mal à son meilleur ami. Pourtant mon cœur lui me traduisait une toute autre émotion : la joie. La joie que la femme que j’aime ne soit plus dans les bras d’un autre, en train de l’embrasser, en train de lui sourire de bonheur. Je n’étais pas naïf au point de croire que cela signifiait que j’avais ma chance, je savais que trop bien que ma chance, je l’avais laissé filer lors de la Cité des Os, un moment qui ne cesserait de me hanter jusqu’à la fin de mes jours.

« Je suis désolé Clary, désolé que cela n’ait pas marché tel que tu l’aurais voulu ! Je voyais bien comment tu voulais que ça marche, et effectivement je te voyais heureuse, je suis navré que ce bonheur n’ait pas duré ! Après je te félicite, car peu de gens auraient été capable de faire ce que tu as fait, se rendre compte que vous ne ressentez pas les mêmes choses, et que même s’il va t’en vouloir pour cela, il vaut mieux tout stopper pour vous permettre à tous les deux de trouver le bonheur ! Je t’admire là-dessus, tu as une telle force de caractère que cela en forge le respect ! » Comme un réflexe, je la serrai un peu plus dans mes bras pour la réconforter de tout ceci. « Mais je sais que ça s’arrangera entre vous, ce n’est pas un secret que je ne suis pas vraiment fan de lui ! Mais je sais une chose, tu es vraiment très importante pour lui, vous êtes comme un frère et une sœur en dehors des sentiments qu’il te porte, il saura retrouver l’origine de votre lien, et vous vous réconcilierez, j’en suis sûr ! Donc ne t’en fais pas, tu ne perdras pas ton meilleur ami bien longtemps ! »

J’écoutai un peu plus son explication sur pourquoi elle avait quitté Simon, toujours en exaltant de bonheur intérieurement. Je comprenais exactement ce qu’elle voulait dire, c’était comme si elle décrivait ma relation avec Tanya, même précisément. Tanya était pour moi comme mon âme sœur spirituelle, comme une sœur avec qui on partagerait un lien si fusionnel que la compréhension dépasse l’entendement. Et bien qu’elle soit tombée amoureuse de moi, que je sois son premier amour, je savais maintenant que moi jamais je ne pourrais l’aimer de la même façon. Tout simplement parce j’étais tombé amoureux de Clary et que c’était elle mon premier amour, je voyais Tanya comme une sœur, une sœur avec qui je partage un lien fusionnel et très puissant mais une sœur quand même. Et peut-être bien que si, tout comme elle, la personne que j’aime m’avait dit dans les yeux qu’elle ne m’aimerait jamais de la même façon, peut-être bien que je pourrai passer à autre chose et aimer quelqu’un d’autre. Cependant je n’ai jamais eu le courage de dire mes sentiments à Clary, ce qui fait qu’elle ne pourra jamais briser cette lueur d’espoir en moi, et ce qui fait que je ne pourrai jamais tomber amoureux de quelqu’un d’autre, il faudrait déjà que je le veuille sûrement.

« Comme je te l’ai dit, je t’admire là-dessus, tu es une personne qui sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à se battre pour cela Clary, quitte à se mettre les autres à dos et à être toute seule sur ce chemin ! Tu es sans aucun doute la fille avec l’un des caractères les plus forts que j’ai vu, tu es une femme indépendante et déterminée ! Au final, je ne connaissais pas Jocelyn, mais je peux dire honnêtement qu’elle a tout de quoi être fier, elle a élevé une fille extraordinaire, elle lui a donné les armes pour qu’elle puisse se débrouiller dans la vie sans elle, elle a été une bonne mère malgré certains de ses choix ! » Je continuai de caresser sa joue avec le plus de tendresse possible, profitant de ce moment pour savourer le contact de sa peau, assouvir l’amour que j’avais pour elle à travers ce geste. « Il est vrai que tu n’as pas encore le niveau de chasseuses telles qu’Isabelle, mais niveau mental, tu les dépasses toutes sans exception, rien ne peut te mettre à genoux, tu te bats pour les bonnes causes même si les gens te jugent ou te font du mal ! Il faudrait plus de gens comme toi pour remettre l’Enclave sur le droit chemin, pour le remettre sur les sujets importants et non pas les petites querelles ! »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 11 Juin - 21:00
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Avant même de me rendre compte du véritable sens de mon affection pour Jace, je savais déjà que je ferai tout pour lui. C’était plus fort que moi, quand il s’agit de lui, j’étais incapable de réfléchir calmement. Tout mon corps me poussait à réagir, pour aller vers lui, pour l’aider, pour le sauver. Je ne pouvais pas vivre dans un monde dans lequel il n’était plus, cela m’était tout simplement impossible. Et même s’il avait pris ses distances envers moi, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir besoin d’aller vers lui, de passer du temps avec lui. Il était devenu une drogue dont je ne pouvais plus me passer. A chaque nouvelle dose, le manque se faisait plus vite ressentir. Si bien qu’un jour, il m’a fallu me rendre à l’évidence. Ce n’était pas pour rien que je ressentais cela pour lui. Le coup de foudre ne pouvait pas s’effacer, malgré la filiation pourtant inexacte, malgré les mots qui pouvaient être parfois dévastateurs. J’avais cru pouvoir oublier ce qu’il me faisait ressentir auprès de Simon, mais la vérité, c’était que j’en étais bien incapable. Il avait toujours eu une part sans égale dans mon cœur, celle de l’homme qui avait volé mon cœur d’un simple regard et qui le détenait pour toujours, du moins, je ne me sentais pas capable de pouvoir aimer quelqu’un un jour comme je peux l’aimer lui. Je ne l’envisage même pas. La seule ombre au tableau est la réciproque. Je savais enfin ce que je ressentais pour lui, mais en était-il de même pour lui ? Bien sûr, des indices me poussaient à le croire, seulement, je n’en avais pas la preuve. Il faut dire que Jace a toujours été doué pour voiler ce qu’il peut ressentir. Et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de voir en lui des brides de sentiments égaux aux miens, des gestes et des mots me faisant écho. Vivre dans le doute n’était pas une chose à faire. Bien sûr, j’aurai pu garder ce que je ressens pour lui, mais ne finirais-je pas par regretter de ne lui avoir jamais dit si au final il s’avérait que c’était réciproque ? Alors oui, bien entendu, s’il vient à me dire que ce n’est pas son cas, qu’il ne ressent pas la même chose pour moi, j’en serai dévastée. Mais au moins, j’aurai été jusqu’au bout et je ne me serai pas dégonflée, quitte à ce que mon cœur soit brisé à jamais.

Mais comme pour me rassurer, je remarquais toujours plus de signaux allant dans mon sens. Quand je lui avais conté mes péripéties pour arriver jusqu’à lui, je n’avais pas pu m’empêcher de remarquer les battements de son cœur dans sa poitrine. La façon dont il s’était mis à accélérer au fur et à mesure. J’avais presque totalement occulté les rires qui s’étaient échappés de ses lèvres, bien trop concentrée sur son cœur qui battait près de mon oreille. Je ne pouvais pas me retenir de l’écouter battre, celui-ci sonnant à mes oreilles comme une douce mélodie qui me faisait sourire bêtement. Sa voix me sortit enfin de mes pensées jusqu’alors tournées vers le cœur de l’homme que j’aimais plus que tout dans ce monde. Ses paroles m’arrachèrent un rire. Il faut dire que je n’avais pas vraiment fait attention à ce détail sur le coup. Mais maintenant qu’il le notait, je me doutais que Maryse ne sauraient jamais vraiment la vérité. Et c’était sûrement mieux ainsi. « Je vous étonne en bien j’espère mon cher Jace Lightwood ? Malheureusement, je n’ai pas fait attention sur le coup. Mais il suffira de demander à Isabelle. Elle était là à ce moment précis, et elle pourra nous dire comment ils ont réagi et surtout, quelles excuses ils ont pu sortir à votre mère. » avais-je dis-moi aussi en riant. Il me faudra d’ailleurs remercier Isabelle pour cette aide qui me fut bien utile je dois le reconnaître. Sans elle, je n’aurais certainement pas réussi à arriver jusqu’ici. J’avais ensuite écouté son serment avec un air tendre sur le visage et surtout touché par ses dires. Je posais aussitôt ma main sous son menton pour le forcer à se redresser, pour enfin pouvoir le regarder dans les yeux intensément en souriant tendrement « Tu n’as pas à te sentir redevable Jace, jamais. Tu n’as pas à vouloir m’être en quelque sorte redevable non plus. Car ce que j’ai fait, c’était normal, et je ne l’ai pas fait en pensant que tu me devrais quelque chose en échange. Jamais. Donc il n’y a pas de serment, même si je trouve cela très chevaleresque de ta part. Puis tu sais, on n’est peut-être plus des frères et sœurs, il n’y a peut-être plus de lien pour nous définir officiellement. Mais pour moi, tu n’en restes pas moins très important à mes yeux, même si j’ai parfois l’impression que tu en doutes malheureusement… Alors encore une fois, je te le dis. Je ferai tout pour toi Jace Lightwood, absolument tout. Braver des tempêtes, grimper sur le dos d’un dragon, aller en enfer pour te sauver, absolument tout. Car je te l’ai déjà dit, mais je serai toujours là pour toi. Toujours. ».

Être dans ses bras à cet instant, sentir ces derniers me serraient plus fort contre lui comme pour me réconforter avait en effet le bon effet. Bien entendu que je m’inquiétais pour mon avenir avec Simon, bien sûr que j’ai peur de ne jamais pouvoir récupérer mon meilleur ami. Mais les paroles de Jace me rassuraient. Il avait cet effet sur moi, celui de pouvoir me réconforter quand les choses ne vont pas au mieux. Et ici, c’était le cas, car même si je savais que mon choix comme étant le meilleur pour lui et moi, c’était le plus difficile aussi à prendre. Je poussais alors un soupir de soulagement, le serrant moi aussi dans mes bras un peu plus, profitant pour inhaler son odeur si familière qui m’apaisait d’un rien. « Merci d’être là Jace et de toujours trouver les mots qu’il faut pour m’apaiser. Car en effet, même si je sais que me séparer de lui est la meilleure des solutions pour notre bonheur, je ne peux pas m’empêcher d’avoir peur de le perdre. De perdre un de mes derniers piliers d’avant tout cela. J’ai déjà perdu ma mère et le perdre lui.. cela serait de trop... » avais-je dis la voix tremblotante. Toutefois, je ne pouvais pas me permettre de pleurer, pas maintenant. Même si il n’y avait rien de mal à cela, je ne voulais pas le faire devant Jace, dans un jour comme celui-ci. « Cela ne fut pas évident de prendre cette décision.. cela me fut même très dur. Mais je ledevais, je ne pouvais plus continuer à être avec lui, à prétendre que tout allait bien et que je l’aimerai un jour comme lui le faisait. Non ce n’était pas possible, car je sais que je n’aurai jamais été capable d’être amoureuse de lui. Car je ne pouvais plus tomber amoureuse de quelqu’un.. » dis-je en plantant mon regard intensément dans le sien. Je ne l’avais pas dit clairement, mais je faisais sous-entendre être amoureuse de quelqu’un. Je me demandais alors si Jace remarquerai ce détail, et surtout s’il rebondirait dessus.

Le rouge me monta aussitôt aux jours alors que je l’écoutais me faire tous ces compliments. Je ne me doutais pas de tout cela, et entendre cet homme si formidable me dire qu’il m’admire, cela n’a pas de prix. Mon cœur se mit même à battre la chamade à cet instant précis. Mon regard se perdait intensément dans le sien alors que je souriais doucement « Tu es un peu comme moi sur ce point-là Jace. Tu n’as pas peur de blesser si c’est pour ce que tu crois juste. Tu n’as pas hésité à te mettre à dos ton propre parabatai pour moi, et cela, plus d’une fois. Alors nous sommes pareils quand on y réfléchit. Mais savoir que tu aimes cela chez moi, cela me touche beaucoup. Sincèrement, j’espère que tu as raison. J’aurai aimé la revoir plus longtemps, j’aurai aimé qu’elle puisse voir ce que je deviens et me dire qu’elle est fière de moi. Mais.. quand je sais que des personnes auxquelles je tiens énormément le sont déjà, cela me met du baume au cœur. Savoir que toi, tu es fier de moi, cela n’a pas de prix Jace... » Je marquais une petite pause pour reprendre ma respiration avant de reprendre, un tendre sourire sur mes lèvres « Je suis bien d’accord avec toi sur ce point-là. Malheureusement, l’Enclave n’en a que faire de l’avis d’une enfant, et encore plus de la fille de Valentin.. Mais j’espère sincèrement qu’ils ouvriront les yeux avant qu’il ne soit trop tard et que la guerre soit déclarée… ».

Toutefois, j’étais en train de m’égarer du sujet principal. J’avais une seconde révélation à lui faire, et il me fallait trouver la façon de le dire. Autant dire que je commençais déjà à stresser et à avoir mon cœur qui battait plus vite encore dans ma poitrine. Je pris une grande inspiration afin de me calmer un peu, alors que je me reculais doucement de lui à nouveau, pour poser mon regard dans le sien. J’avais beaucoup de mal à garder mon calme, pourtant, il me fallait le trouver si je voulais réussir à lui avouer que j’étais follement éprise de lui. Seulement, la simple idée qu’il me rejette me terrifiait. Mais je n’avais plus le choix, il me fallait lui dire, d’autant plus qu’il attendait que quelque chose sorte de mes lèvres. « Jace il faut que je t’avoue quelque chose. Je ne sais pas trop comment le dire. Non en fait je ne sais pas du tout comme le dire. Je suis même terrifiée de te dire ce qui va suivre car ce n’est pas facile à dire. Même pas du tout. Car je ne sais pas comment tu vas réagir, si cela se trouve tu vas prendre tes jambes à ton cou et me fuir, très loin, ou alors tu vas me prendre pour une folle.. ».

Devant son air plein d’incompréhension, je réalisais que je n’avais fait que tourner en rond sans arriver à le dire. Bon sang, il devait vraiment me prendre pour une folle à cet instant, c’était obligé. Je parvins au final à reprendre la parole, bien incapable de le  regarder dans les yeux pour ce qui suivit « Bon aller il faut que j’arrête de tergiverser et que j’aille au fond du problème. Si je ne pouvais pas un jour espérer tomber amoureuse de Simon, c’est parce que mon cœur est déjà pris par un autre homme, et cela depuis longtemps maintenant. Depuis le premier regard que j’ai posé sur lui, j’ai su qu’il y avait quelque chose entre nous, quelque que chose sur laquelle je ne posais pas de mot et pourtant que je savais comme très puissante. Je ressentais le besoin de cet homme, sa présence m’était nécessaire sans quoi le manque se faisait ressentir de son absence. J’aime tout chez lui, que ce soit son caractère un peu rebelle et fou sur les bords à sa beauté. Je ne peux pas le regarder dans les yeux sans me perdre littéralement dedans. Je ne peux pas resté près de lui sans avoir cette envie de le prendre dans mes bras, de sentir son parfum citronnée et poivrée que j’aime tant, sans avoir envie de l’embrasser. Et quand il vient à être en danger, je deviens folle d’inquiétude, si bien que je suis capable de braver des tempêtes pour venir à lui. S’il y a une chose dont je suis sûre à l’heure actuelle, c’est que je suis follement et éperdument amoureuse de lui et cela depuis le départ. Il m’aura juste fallu du temps pour comprendre que ce qui me liait à lui, était un amour sans faille. Un amour qui m’effraie aussi d’une autre part. Car c’est la seule chose qui serait capable de me briser totalement, que cet amour ne soit pas réel, que cet amour ne soit pas réciproque ou tout simplement, que je vienne à perdre celui pour qui je porte cet amour démesuré… ». Je n’osais toujours pas le regarder dans les yeux. Car à cet instant, même sans avoir jamais dit le mot Je t’aime, il devait avoir déjà compris que c’était de lui dont je parlais. Et j’avais qu’une seule peur, c’est qu’il me dise que ce n’était pas le cas, que cela n’a jamais été le cas et ne le serait jamais pour lui.

Toutefois, je ne pouvais pas m’arrêter là-dessus. Même s’il devait déjà avoir compris ce qui en découlait, il me fallait lui dire les mots exacts. Ceux que j’aimerai tant lui entendre dire également. Prenant mon courage à deux mains, je relevais la tête vers lui, osant enfin planter mon regard dans le sien, alors que je me mordais la lèvre inférieure nerveusement et jouais avec une de mes bagues au doigt. « Ce que j’essaie de te dire Jace. C’est que cet homme que je viens de décrire et pour qui je ressens cet amour inébranlable.. C’est toi… Je t’aime Jace. Je t’ai toujours aimé, et même si j’ai essayé d’oublier cet amour cela m’est impossible, car je t’aime comme jamais je n’ai aimé quiconque et comme jamais je n’aimerai personne d’autres. C’est toi que je veux et ce sera toujours toi... Je suis follement et éperdument amoureuse de toi même. » Mes joues se tintèrent de rouge alors que je concluais enfin, la peur m’ayant rattrapée que trop rapidement « Je voulais te le dire, même si je me doute que ce n’est pas ton cas. Comme tu as pu me le dire à la Cité des Os… Seulement, pour moi, c’était réel et cela comptait vraiment. Non, en fait cela compte Jace. Et peu importe ce que je ferai, je ne pourrai jamais cesser de t’aimer. »

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Lun 12 Juin - 16:00
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Isabelle l’avait aidé de ce que me disait la jeune femme, cela ne m’étonnait pas vraiment en fait. Si j’avais bien un point commun avec Isabelle, en dehors de notre amour de l’apparence et de notre charme naturel, c’était bien notre implication dans les causes justes quitte à transgresser les règles et à nous mettre la direction à dos. C’était le point que je retrouvais chez elle et que je ne retrouvais pas chez Alec, lui suivait les règles aveuglément le plus souvent. Ces derniers mois, il avait réussi à se dérider là-dessus grâce à Clary et à Magnus sans aucun doute. Néanmoins j’imaginais bien la tête surprise d’Isabelle en entendant que Clary voulait venir ici juste parce qu’elle avait appris que je t’étais blessé. Nous les chasseurs ne faisons pas vraiment dans le sentimental, autrement dit un message disant que tout va bien suffit amplement à rassurer nos proches, je pense donc que ma chère sœur n’avait pas dû comprendre cette volonté de Clary de venir quand même me voir. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle ne tient pas à moi, on a juste été élevé comme ça, contrairement à une jeune rousse qui a été élevé comme une terrestre. J’avais ensuite écouté sa façon polie de décliner mon serment et en même temps de me faire une promesse sur nous deux. Elle avait raison, j’avais du mal à ne pas douter de tout ceci de temps en temps, pourquoi ? Tout simplement parce qu’officiellement plus rien ne nous reliait, nous étions officiellement des collègues de travail. Alors oui je sais bien qu’une affection entre nous est présente, mais de là à ce qu’elle justifie une telle implication à vie, du moins du côté de la jeune femme, j’ai du mal à le croire. Moi je suis fou amoureux d’elle, ce qui explique donc mon besoin de toujours lui venir en aide dès qu’elle a le moindre souci, et ça légitime aussi le fait que toute ma vie, je serais là pour elle, car la savoir morte me détruirait intérieurement. J’avais beau avoir des doutes, je voyais bien dans ses yeux qu’elle était sincère et qu’elle pensait chacun de ses mots, depuis que je la connaissais, j’avais tout de suite remarqué qu’elle possédait ces yeux d’une pureté sans nom, une pureté qui vous montre tout de suite la sincérité des propos qu’elle peut dire.

Je n’en revenais toujours pas de la force qu’elle avait montré après la mort de sa mère, elle s’était effondré seulement à l’enterrement et depuis elle n’avait plus pleuré à ce propos, du moins pas devant les autres. Moi, qui au départ, la prenait pour une fille terrestre submergée par ses émotions et qui ne comprenait rien de la vie, je m’étais lourdement trompé. Certes elle se laissait aller aux émotions, mais elle en avait le contrôle elle, elle ne se laissait pas submergée, elle se laissait aller une fois et ensuite plus rien, le retour à la fille forte et qui ne se laisse pas abattre. Moi à l’inverse, dès que je m’étais laissé aller aux émotions dans ma vie, j’avais failli ne pas m’en relever, je n’avais aucun contrôle sur celles-ci, je me devais donc de bloquer des émotions trop puissantes telles que la tristesse ou le désespoir, par peur de me voir perdre le contrôle de moi-même. Cependant je comprenais qu’elle ne voulait pas perdre Simon, à part Luke, il était le dernier à la rattacher à sa vie d’avant, à la Clary terrestre, si elle le perdait lui et Luke, elle se sentirait seule dans ce monde de chasseurs avec aucune attache.

« Cela ne me regarde pas mais que veux-tu dire par là Clary ? Qu’on t’a fait du mal et que tu ne veux plus tomber amoureuse ? Ou bien que tu es déjà amoureuse de quelqu’un et que tu ne le peux plus ? Car si c’est la deuxième, tu as peut-être bien fait de ne pas lui dire qui, cela n’aurait fait que diriger sa colère sur quelqu’un ! Mais moi je peux savoir si c’est la deuxième option, et même si c’est la première, je veux savoir qui t’a fait du mal, que j’aille lui refaire le portrait façon Jace Lightwood ! » J’avais une nouvelle fois laissé échapper un rire, c’était un peu ma manière d’infantiliser cette conversation que je trouvais trop dans le dramatique, et puis en plus, si j’arrivais à la faire sourire après tout cela, cela ne lui ferait pas de mal vu ce qu’elle avait vécu « Plus sérieusement, tu as pris la bonne décision, et même si au fond de toi, tu dois sentir cette culpabilité, crois moi je sais ce que cela fait, c’était la meilleure décision, tu lui as permis d’avancer et de continuer à vivre sa vie ! »

Elle avait raison une nouvelle fois, j’avais agi pareil pour elle, n’hésitant pas à braver les codes parce que je voulais l’aider. Il faut dire que je me suis toujours senti comme une roue libre, une sorte de vagabond-ermite où ma place ne se situe nulle part pour être honnête. Autrement dit, je n’ai jamais eu peur de transgresser les règles et de braver les autres, parce que je ne voyais pas ce qu’ils pouvaient me faire, je ne voyais pas quelles punitions ils pouvaient me donner alors que j’avais déjà affronté cent fois pire. Quand on vous dit que votre mère est morte en vous donnant naissance, que vous voyez votre père se faire assassiner devant vous, la souffrance devient un peu comme votre meilleure amie, vous ne la craignez plus, vous l’enlacez. Et bien évidemment que j’étais fier d’elle, enfin fier ne correspond pas vraiment car il implique une sorte de lien de parenté, je dirais plutôt que je l’admirais sur tout ce qu’elle avait accompli et sur le chemin qu’elle continuait d’arpenter. Mais je me doutais que quelqu’un comme Luke, qui était un peu comme son père, devait être vraiment fier d’elle, voir à quel point elle s’était adapté à ce monde, à quel point elle était devenue forte et indépendante.

« L’Enclave n’en a peut-être rien à faire, mais moi je peux te dire sincèrement que je préfète te suivre toi que d’accomplir une mission pour eux ! Et que ce que j’ai fait pour t’aider à sauver ta mère, n’était pas un choix d’une fois, à chaque fois que tu auras besoin de mon aide, je braverai les interdits avec toi sans hésiter car je sais qu’au moins avec toi, la cause est juste, que tu te bats pour les vraies choses importantes de ce monde et que cela mérite de prendre des risques pour réussir ! » J’avais le regard plongé intensément dans le sien, admirant la beauté incommensurable de ses yeux verts, des yeux que j’aurais pu regarder toute la journée tant ils étaient uniques. « De plus, sans vouloir défendre Valentin, si ses gênes ont permis que tu viennes au monde, on peut clairement dire que tu es la meilleure chose qu’il ait fait de sa vie, tu es son total opposé, aimante, sans préjugé, attentionné, juste, courageuse, combative, déterminée ! Tu as beau être la fille de Valentin, tu es un cadeau du ciel comparé à lui ! »

Et alors que la conversation me semblait être redevenue normale, il y avait eu cette descente étrange où elle m’annonçait qu’elle avait une révélation à me faire. Vu le ton sérieux qu’elle employait, ainsi que la gêne palpable que trahissait son corps, je me doutais que cela devait être très important, que pouvait-elle avoir à m’annoncer après une bombe telle que j’ai quitté Simon. J’avais vraiment l’impression d’être parti en vacances pendant des mois et d’avoir loupé des milliers de choses. Cependant j’avais bel et bien peur de ce qu’elle allait m’annoncer, ces derniers mois, à chaque fois qu’il y avait eu des révélations, ce n’était jamais très bon pour moi. Tout d’abord le Valentin est mon père et la fille que j’aime est donc ma sœur, ensuite le Valentin n’est pas ton père, donc Clary n’est pas ta sœur mais bon elle est heureuse avec un autre. On allait me dire quoi maintenant ? Que mes parents avaient été retrouvés, qu’ils se doraient la pilule dans les Bahamas, abandonnant leur fils parce que c’était un poids. Je dois dire que cela ne m’étonnerait même pas, il s’était passé tellement de choses ahurissantes, que la normalité était devenu bizarrerie maintenant. Plus sérieusement, j’avais pensé au cas de mes parents, et pour que Valentin se retrouve avec ma garde, deux choix étaient possibles selon moi : Le premier étaient que mes parents s’étaient fait tués par Le Cercle, et que Valentin avait vu en moi la parfaite occasion de faire ces petites expériences. Ou bien la deuxième, que mes parents étaient membres du Cercle, qu’ils soient morts et que Valentin m’ait récupéré, et encore une fois a vu la parfaite occasion de faire de moi son super soldat. Dans le premier cas, ils étaient juste des victimes et je ne pouvais leur en vouloir, dans le deuxième cas ils avaient rejoint ce monstre, et en quelque sorte ils avaient eu ce qu’ils méritent. J’espérais un jour pouvoir découvrir le fin mot de toute cette histoire, comprendre quel était le commencement de mon histoire, qui étaient ou sont mes parents, et pourquoi je me suis retrouvé avec Valentin. Ce n’était pas non plus une nécessité, je pouvais vivre sans le savoir, mais une part de moi le désirait quand même, pour être libéré de ce poids de l’enfant inconnu.

Selon les dictons populaires, la vie est un enchevêtrement de hauts et de bas, un peu comme des montagnes russes, ou bien jouer au loto comme le font les terrestres. On peut avoir une très bonne nouvelle et deux heures plus tard en avoir une très mauvaise. Tout comme on peut en avoir que des mauvaises à suivre pendant un moment. Tout cela pour dire qu’on ne peut jamais s’attendre à ce que la vie nous réserve, les prédictions s’avèrent le plus souvent fausses, et c’est ce qui fait tout le plaisir de la vie. Lorsque la jeune femme avait commencé à m’expliquer qu’elle était bien amoureuse de quelqu’un d’autre, mon cœur s’était littéralement brisé en mille morceaux, comme si tout espoir venait de disparaître à tout jamais. Mais j’avais quand même pris la peine d’écouter sa déclaration jusqu’au bout, et à certains moments la description qu’elle en faisait me faisait penser à moi, c’est dans ce genre de cas, qu’on se demande si on est vraiment objectif et si on ne cherche pas à entendre ce que l’on veut entendre. Mais à un instant précis, il ne faisait aucun doute sur l’identité du garçon, un détail tout bête et pourtant si précis : le parfum. Elle venait de décrire mon parfum, mon parfum à moi, j’étais bien placé pour savoir que j’étais le seul à le porter dans le coin, déjà dans tout l’Institut, et même à New York, de par mon footing, je savais qu’il ne faisait pas grande sensation chez les autres hommes. Je n’en revenais pas de ce que je venais d’entendre, je devais rêver, ce n’était pas possible, je venais d’entendre de la bouche de la jeune femme ce que même mes rêves les plus fous n’avaient pu m’apporter, j’avais l’impression de ne plus savoir où j’étais, comme si tout ceci ne pouvait pas être réel. Toute ma vie, j’avais pris l’habitude de ne pas avoir ce que je veux, que j’étais destiné à subir les obstacles et les tempêtes, et là pour une fois qu’une révélation était bénéfique pour moi, ce n’était nul autre que ce que je désirais le plus dans ce monde. J’avais beau comprendre qu’il s’agissait de moi dans sa description, je devais l’entendre de sa bouche, je devais entendre les mots magiques qui sont sacrés dans ce monde, ceux qui ont conduit à tant de films, livres, poèmes, séries, etc.

Elle venait de le dire, c’était officiel, Clary venait officiellement de dire qu’elle m’aimait, qu’elle était amoureuse de moi, c’était moi l’homme dont elle était éprise et pour qui elle avait quitté Simon. Se pouvait-il que moi, Jace, l’éternel souffre-douleur du destin ait enfin une chance de pouvoir goûter au bonheur ? Si tel était le cas, il était hors de question que je la laisse filer ce coup-ci, je l’avais fait à la Cité des Os pour des raisons légitimes sur le moment, mais j’en avais souffert plus que de raison, il était hors de question que ça se reproduise. Je voulais voir ce qu’elle et moi pouvions construire, je voulais voir ce que je pouvais construire en couple, moi qui n’y avait jamais goûté, c’était un terrain inconnu, mais un terrain que je voulais terriblement arpenter avec elle. Je n’en revenais toujours pas, moi qui avait soutenu Tanya sur le fait que le bonheur n’était pas pour moi, je me retrouvais à l’avoir devant moi en train de me tendre la main pour la première fois, je n’étais pas effrayé, je me sentais plutôt libéré, comme si mon être avait attendu toute sa vie, sachant que tôt ou tard cela se produirait.

Sans hésiter une seule seconde, je la tirai à moi et l’embrassai d’un baiser passionné, regroupant tout cet amour pour elle depuis le début, toute cette attente, toutes ces émotions refoulées, tout ce désir, je ne voulais plus quitter ses lèvres, comme si en le faisant je ne pourrais plus jamais les approcher. Je reculai tout de même ma tête au bout d’un moment, posant mon front contre le sien en la regardant intensément dans les yeux. « Clarissa, écoute moi bien car c’est important ! Depuis le premier jour où je t’ai rencontré, je suis lié à toi, j’ai eu le coup de foudre pour toi, cette notion terrestre que je critiquai ouvertement autrefois, et pourtant tellement réelle ! Je te suivais dans ta quête sans hésitation parce que je voulais être auprès de toi ! Quand j’ai appris que tu étais ma sœur, j’ai tenté de faire taire mes sentiments pour toi, voilà pourquoi je t’ai repoussé à la Cité des Os, pour la même raison que tu as fait cela à Simon, je voulais que tu puisses recommencer ta vie, et que j’ai une chance de t’oublier, du moins oublier mes sentiments pour toi ! Mais je n’ai pas pu, tu ne le sais pas mais Aldertree m’a fait passer un interrogatoire avec l’Epée de Vérité quand j’étais là-bas, et il m’a posé la question de savoir ce que tu étais pour moi, l’Epée m’a fait révéler que tu étais plus que ma sœur, que je t’aimais plus que comme une sœur ! J’ai compris à ce moment que jamais je ne pourrais effacer ces sentiments, que je t’aimerai toute ma vie car j’étais amoureux de toi ! Quand j’ai su que Valentin n’était pas mon père et que tu n’étais pas ma sœur, j’y ai vu ma chance de pouvoir être avec toi, mais quand j’ai vu à quel point tu étais heureuse avec Simon, je n’ai pas pu vouloir détruire cela, pas après que ce soit moi qui t’avait conduit dans ses bras, après la Cité des Os ! Tout cela pour dire que je t’ai menti à la Cité des Os Clary, il y a toujours eu un nous, malgré toutes mes tentatives pour l’empêcher, je suis éperdument amoureux de toi et rien, ni personne ne pourra jamais changer cela ! »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Lun 12 Juin - 20:30
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood


Quand on a traversé pleins d’épreuves comme Jace ou moi, il n’est pas toujours évident de s’ouvrir à la vie. C’était même souvent que je lui répétais de se laisser aller à la vie et aux sentiments qui en découlent. Je me souviens encore de cette nuit où nous avions enterré le corps encore chaud de Simon dans un cimetière juif. Je lui avais dit que c’était l’Amour qui rendait plus fort, et même après tout ce qui a pu se passer entre temps dans nos vies, j’y crois encore. Ce sentiment si puissant me permettait de continuer à avancer, et cela malgré la perte de ma mère. Il me permettait de toujours vouloir me dépasser pour ceux que j’aimais et qui étaient encore des nôtres, pour Jace, pour Simon, pour Luke, et bien d’autres. Il me fallait rester forte pour eux. Bien entendu, il m’arrive de pleurer, il m’arrive d’avoir peur, comme tout le monde. Mais ce sont ses sentiments qui me rendent humaine. Les ressentir me fait me surpasser afin d’être une personne dont on peut être fier. C’est pour cela que je me devais de faire les bons choix, même si ils pouvaient se révéler durs à prendre et douloureux. Quitter Simon, ce n’était pas seulement pour mon bonheur personnel, mais c’était aussi pour le sien. Je ne pouvais pas le voir espérer un jour que je sois amoureuse de lui alors que je savais déjà que jamais cela ne se produirait. Et voilà maintenant que Jace me demandait ce que j’avais voulu dire par là. Si bien qu’il réussit à me faire rire par sa boutade. Ce n’était pas souvent qu’il faisait des blagues et se laissaient aller. Et le voir en faire malgré la situation, le voir se laisser aller me faisait beaucoup de bien. C’était ce que j’avais toujours voulu, voir un Jace qui se laissait aller, si ce n’est totalement, au moins un minimum. Et il faut dire qu’imaginer un Jace en train de casser la figure à un garçon qui m’aurait brisé le cœur, cela avait un petit côté chevaleresque qui lui sciait merveilleusement bien.

D’un sourire amusé, je lui répondis enfin en le regardant toujours dans les yeux intensément. Je ne pouvais décidemment pas quitter ce regard vairon que j’aime tant contempler. « Et bien je ne dirai pas non à voir en action le grand Jace Lightwood, défendant mon honneur. Mais malheureusement non, ce n’est pas la première option. Ou du moins heureusement. Il n’y a aucun garçon qui serait venu me faire du mal de la sorte, du moins pas vraiment… On va dire plutôt que c’est la seconde option avec un mélange subtil de la première. Et je te vois très mal casser la figure de cette personne, cela te serait bien difficile. » dis-je en marquant une petite pause. Il est vrai qu’il ne pouvait pas se faire du mal à lui-même, même si cela, il l’ignorait encore. Tout comme il était vrai que lors de la Cité des Os, il m’avait en quelque sorte brisé le cœur. Mais pourtant, aujourd’hui, quand je réalise tout ce que je peux ressentir pour lui et ce que je pense comme étant réciproque, je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était peut-être faux. Que tout ce qu’il a pu me dire était faux cette nuit-là, et que peut être, ce que je ressens pour lui est réciproque. D’autant plus quand je vois comment il peut être avec moi, protecteur et tendre comme personne. Et je ne pouvais m’empêcher de voir des signes dans tout ce qu’il pouvait dire ou faire. Comme à cet instant où il me disait avoir été aussi dans cette situation. Je me demandais de quoi il pouvait parler. Toutefois, je me contentais de le serrer dans mes bras fortement, nichant mon visage au creux de son épaule, comme pour le remercier une fois encore pour tout, comme si je n’avais pas besoin de mot pour lui faire comprendre à quel point je pouvais lui être reconnaissante à cet instant, d’être encore et toujours là pour moi.

Immédiatement, je sentis les larmes rouler sur mes joues en silence face à une si jolie déclaration de sa part. J’avais toutefois du mal à soutenir son regard, car je savais à quel point il avait horreur de me voir pleurer. Mais même si je tentais tant bien que mal de résister à cette envie, il s’avérait difficile de le faire. Quand c’est une personne comme Jace qui vous dit de pareilles paroles, cela ne peut que vous faire quelque chose. Posant ma main sur sa joue, je le regardais toujours dans les yeux intensément, alors que je reprenais le contrôle de mes émotions, un sourire tendre sur mes lèvres « Ce que tu viens de me dire me touche tellement si tu savais Jace. Je ne me doutais pas que c’était à ce point-là et que cela le serait toujours. Mais je veux que tu saches également une chose, et surtout que tu n’en doutes jamais. Car pour moi, c’est exactement la même chose. Je serai capable de faire bien des choses insensées pour toi, et cela ne changera pas. Tu pourras toujours compter sur moi à tes côtés, dans toutes les épreuves que tu auras à surmonter, nous le ferons ensemble. ». Mon pouce continuait de caresser doucement sa joue alors que l’intensité de mon regard ne faiblissait pas. « Je suis peut être un cadeau du ciel comme tu le dis. Mais toi tu es un Ange tombé du ciel. Et je ne parle pas seulement de ton sang angélique supérieur aux autres chasseurs. Non. Tu es mon Ange dans bien des domaines. Tu m’as sauvée plus d’une fois, tu es venu à me secours, tu m’as aidé là où personne ne voulait le faire. Tu m’as toujours protégé et veillé sur moi aussi loin que je puisse me souvenir. Et même quand tu as su que tu n’étais pas mon frère, que nous n’étions pas lié, tu as continué à veiller sur moi alors que rien ne t’y obligeait. Alors de nous deux, pour moi, c’est toi le véritable cadeau du Ciel. Et je ne peux que remercier ce dernier de t’avoir placé toi, Jace Lightwood sur mon chemin. ».

Ma déclaration terminée, j’attendais une réaction de sa part. Il avait été si silencieux pendant celui-ci que je ne savais pas ce à quoi il pouvait penser. Avait-il l’envie de s’enfuir ? Me trouvait-il ridicule ? Allait-il juste piétiner mon cœur une seconde fois comme à la Cité des Os. C’était peut-être risqué comme déclaration, car il pouvait tout à fait me briser à nouveau, mon cœur était entre ses mains. Et son silence ne faisait que m’inquiéter davantage. Je m’apprêtais à lui demander de dire quelque chose, de ne pas rester aussi silencieux. Mais cela ne fut pas par des mots qu’il me répondit. Non. Il venait de m’attraper pour me coller contre lui avant de me donner un baiser si langoureux et passionné que même les acteurs d’Hollywood en seraient jaloux. Bien évidemment, je n’attendis pas un instant avant de lui rendre ce baiser avec tout autant de passion et d’amour, libérant ainsi toutes les émotions que j’avais enfouie pour lui ces derniers mois. C’est le souffle court que je l’écoutais me déclarer enfin sa flamme alors que nos regards étaient plongés intensément l’un dans l’autre. Mon cœur battait la chamade toujours plus vite à chacun des mots qu’il rajoutait à son discours. J’avais eu raison d’espérer et d’y croire. J’avais eu raison de suivre mon cœur et de tenter ma chance en lui disant la vérité. Car voilà que lui aussi me dévoiler ses sentiments, m’avouait qu’il m’avait toujours aimé et que jamais cela n’avait changé, même pas avec la Cité des Os. Les mots me manquèrent sur l’instant, il faut dire que même si une partie de moi y croyait, une autre ne s’attendait pas à cela et avait définitivement abandonné l’idée qu’il m’aime un jour.

Les larmes qui avaient coulé tout à l’heure sur mes joues redoublèrent d’intensité à présent que je savais la vérité. Une vérité qui ne pouvait que me mettre dans un état de joie incommensurable. Avant même de lui répondre, je vins l’embrasser à nouveau avec une tendresse infinie, avant de coller à nouveau mon front contre le sien, mon regard tout comme mes lèvres ne voulant plus quitter leurs moitiés. « Pendant tout ce temps, je pensais que tu ne ressentais rien pour moi si ce n’est une affection tel un frère pour sa sœur. Tu me l’as encore répété Jace, que je n’étais qu’une sœur à tes yeux, quand bien même notre filiation n’existait plus. J’ai tout fait pour essayer de passer au-dessus mes sentiments pour toi. Encore plus après la Cité des Os. Quand tu m’as dit que rien n’était réel. J’ai senti mon cœur se briser littéralement en morceaux, moi qui malgré notre lien de parenté, ne pouvais nier qu’il y avait quelque chose de bien plus puissant encore. Je comprends pourquoi tu l’as fait maintenant. Je comprends que tu voulais le faire pour nous deux. Seulement au final, ta manœuvre n’a absolument pas fonctionné. Et la mienne non plus d’ailleurs. Je me suis tournée vers Simon car je savais qu’il m’aimait. A vrai dire, je l’ai toujours su au fond. Et je me disais que peut être, je pourrai un jour l’aimer lui aussi. Pourtant, j’avais beau être avec lui, je me retrouvais inéluctablement attirée vers toi. A vouloir tes lèvres, à vouloir le contact de tes bras enserrant mon être. Je n’ai pas réussi à oublier ce sentiment puissant que j’avais pour toi. Jamais. Je ne savais juste pas mettre un mot dessus à l’époque. » Je venais à présent caresser doucement sa joue d’une main et sa main de l’autre alors que mon cœur manquait des notes dans ma poitrine « Certains signes me poussaient à croire que tu ressentais la même chose que ce que je ressens pour toi, et pourtant, une part de moi, avait peur de te le dire, après ce qui s’est passé là-bas. J’avais peur que tu me repousses à nouveau. Mais je ne regrette absolument pas de l’avoir faire. Car braver ma peur m’a permis de savoir la vérité. Que toi comme moi, nous ressentons exactement la même chose l’un pour l’autre. Un amour incommensurable, sans faille et sans limite. Je t’aime Jace, je t’ai toujours aimé et je t’aimerai jusqu’à ma mort. Je ne veux plus de mensonges entre nous, je ne veux plus de secrets. Je ne veux plus qu’on souffre tous les deux alors que nous nous aimons. Je te veux tout entier Jace. Rien n’y personne ne pourra jamais changer cela, je peux te le promettre. Ce sera toujours toi mon premier amour et mon grand amour. Ce sera toujours toi et moi contre le monde entier. Je t’aime Jace plus que quiconque. ».

A cet instant, rien ni personne ne pouvait détruire mon bonheur. J’attendais cela depuis tellement longtemps, et je pouvais enfin le dire, je n’étais pas heureuse. Non. J’étais tout simplement comblée. Si bien que mon sourire bêta devait me trahir. Toutefois, comme sortant de mes pensées, je me mis à me mordre la lèvre inférieure, en le regardant dans les yeux avec cette même intensité, me perdant totalement dans ses prunelles dichotomiques que j’aimais tant observer et peindre. « Ma question va peut-être te paraître idiote Jace mais… Veux-tu bien être mon petit ami ? » demandais-je nerveusement, les joues rouges, telle une collégienne. Il devait certainement me prendre pour une idiote, mais j’avais besoin de lui entendre dire, de pouvoir enfin mettre une étiquette sur notre relation.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 18 Juin - 17:44
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Le fait de parler de son honneur ne faisait que me ramener dans mes souvenirs récents, toutes ces fois où j’étais venu la sauver de tout et de rien. Maintenant que j’y pensais, je me demandais comment elle n’avait pas pu se rendre compte des sentiments que j’avais pour elle, à chaque fois qu’elle appelait pour mon aide, je répondais présent, peu importe les conséquences, les raisons ou même le but de cette aide. J’avais même été jusqu’à me faire mordre par son vampire, presque jusqu’à en mourir, juste pour qu’elle ne le perde pas et parce que je ne pouvais supporter l’idée que ce soit elle qui risque sa vie. Et pourtant, elle n’avait jamais fait le rapprochement entre toutes ces choses, toutes ces paroles, toutes ces actions que j’avais fait pour elle. Le moment le plus marquant avait été lorsque Luke était venu me voir au Hunter’s Moon, j’étais à ce moment en très bonne compagnie avec des fées, et je me laissai complètement aller en dehors de ma mission de chasseur. J’en voulais à Aldertree pour ce qu’il m’avait fait, et je ne souhaitais plus m’impliquer. Pourtant dès que Luke m’avait annoncé que Clary était en danger, j’avais tout de suite mis fin à tout cela pour lui venir en aide. Maintenant que j’y repensais, il me semblait que Luke devait savoir mon ressenti pour Clary, il avait utilisé cet argument de manière à me convaincre, il devait tout savoir évidemment.

Je savais qu’elle aussi disait vrai, cependant ce n’était pas vraiment la même chose, elle ne pouvait pas faire grand choses pour moi. On l’avait bien vu lors de la scène du bateau, elle avait voulu me sauver mais au final en venant sur le bateau, Valentin s’était servi d’elle pour faire pression sur moi, elle était ma faiblesse et il ne le savait que trop bien. Elle voulait bien faire, je n’en doutais pas, mais la volonté de bien faire ne suffit pas dans notre monde, il faut les capacités également et la stratégie. Je devais bien reconnaître par contre qu’elle avait bien progressé, elle avait appris à manier une épée séraphique en très peu de temps, pas à un niveau hors du commun non plus, mais à un niveau bien plus haut que n’importe quel novice. Elle avait réussi à atteindre un niveau respectable, mais je savais que tout comme Isabelle, elle pouvait atteindre un très bon niveau, briller encore plus qu’elle ne le fait déjà, il me suffirait de la pousser dans ce but.

Les mots de la jeune femme m’avaient touché, tout d’abord parce que je n’avais pas l’habitude qu’on me fasse des déclarations. Mais aussi parce que c’était elle qui me faisait cette déclaration, j’appréciais énormément lorsque Tanya me disait que j’étais son Ange, mais avec Clary ce n’était pas pareil, j’étais amoureux d’elle, ce qui multipliait la puissance des compliments qu’elle pouvait me faire. Elle avait raison cependant, j’avais accompli tellement de choses pour elle, limite plus que pour Izzy et Alec à travers toutes les années, il faut dire qu’ils avaient moins besoin de mon aide. Je me demandais d’ailleurs si c’était ce qu’Alec ressentait depuis qu’il avait connu Magnus, ce besoin de le protéger de tout alors qu’il le sait capable de se protéger, être toujours inquiet pour l’autre et vouloir l’accompagner dans chacune de ses quêtes parce qu’être à ses côtés c’est tout ce que l’on désire. La seule différence sans doute était qu’Alec pouvait être avec Magnus lui, ils s’aimaient tous les deux et il n’y avait pas d’ombre à leur tableau. Moi, c’était un amour à sens unique, j’aimais la jeune femme, mais elle non, elle voulait son vampire, et je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir pour ça, je devais souffrir en silence.

Le bonheur est sans doute la donnée de ce monde la moins compréhensible, un petit choix de rien du tout qui nous aura pris qu’une seule seconde peut nous en éloigner de plusieurs années, tout comme un choix, qui d’ordinaire ne serait pas synonyme de bonheur, peut nous y conduire en un clin d’œil. Si on m’avait dit qu’aujourd’hui Clary viendrait m’annoncer des sentiments qu’elle avait toujours ressenti pour moi, mais qu’elle avait essayé d’enfouir par ma faute, je ne l’aurais jamais cru, et pourtant c’était exactement ce qui se passait. Moi, qui pensait que j’avais détruit toute chance avec elle, on m’en présentait une là actuellement sur un plateau d’argent, une chance de faire les choses biens et de pouvoir vivre pleinement mes sentiments pour elle. J’allais pour la première fois de ma vie pouvoir vivre mes émotions sans avoir peur d’être faible ou d’être vulnérable, car être vulnérable pour elle ne me gênait plus, elle m’avait changé, j’avais bien compris maintenant que l’amour était une force et non une faiblesse.

« Comme je te l’ai dit, je sais bien que tu t’es tourné vers lui par ma faute, que ce sont mes paroles qui t’avaient conduit à ce choix ! Cependant je n’aurais jamais pensé que tu ne ressentais rien pour lui de la sorte, je pensais justement que tu ressentais un minimum de sentiments pour lui, ton sourire me faisait croire cela en tout cas ! Je ne suis pas un terrestre Clary, donc tu es bien plus calé que moi pour tout ça, mais de ce que je connais de la culture terrestre, je dirais que j’ai eu littéralement le coup de foudre pour toi, dès que nous nous sommes rentrés dedans ! Depuis cet instant, je n’ai fait que graviter autour de toi comme les anneaux autour de Saturne, peu importe ce que je décidais, mon corps et mon cœur décidaient autrement ! Maintenant que j’y repense, je pense que Luke l’a toujours su, il était venu me voir et pour me convaincre il m’avait dit que tu étais en danger ! Mais il me l’a dit de tel sorte comme s’il était sûr que toi en danger signifierait que je déplacerai des montagnes ! Je ne le connais pas autant que toi mais de ce que j’en ai compris, il est tombé amoureux de ta mère il y a longtemps, il a dû reconnaître mon regard, il a dû se revoir en moi et reconnaître ce que l’on ressent quand on aime une Fairchild ! »

Mes mains venaient caresser celles de la jeune femme avec douceur, mes yeux plongés dans les siens intensément et bien évidemment mon front posé contre le sien comme pour nous enfermer dans notre cocon d’amour, notre instant à nous. L’entendre me dire je t’aime me donnait des frissons dans tout le corps comme si on m’envoyait un courant électrique agréable. Je ne pouvais me lasser de l’entendre dire cela, j’en avais tellement rêvé que même après un milliard de fois, il me procurerait le même genre de réaction. « Je t’aime Clarissa, je t’aime de tout mon être, je t’ai aimé dès notre rencontre, et je t’aimerai bien après ma mort ! Tu as raison, on s’est fait bien assez souffrir, on a mérité d’avoir notre chance, je veux être avec toi ! C’est toi qui m’a permis de comprendre ce qu’était vraiment l’amour, avant je connaissais que la définition, et je savais que nous les chasseurs d’ombre tombions amoureux comme les terrestres ! Mais toi tu m’as appris la vraie valeur des émotions, et que l’amour n’est pas une faiblesse, mais bel et bien la plus grande des forces ! Depuis je le sais, tu es certes ma faiblesse, mais tu es aussi ma plus grande force, ensemble rien ne pourra nous arrêter, car pour toi je suis capable de tout ! »

Je m’étais mis à sourire en entendant la question de la jeune femme, je comprenais sa gêne, la question faisait enfantin et pourtant pour nous deux, elle signifiait tellement, elle signifiait l’accomplissement d’un désir qui avait mûri tant de temps. Elle signifiait une étape pour un couple que mon cœur avait voulu voir se former depuis le début. Je me demandais déjà ce que dirait les autres, je voyais bien Alec se contenter d’afficher un sourire en coin l’air de dire il l’a enfin fait, Isabelle sortir un « il était temps », Tanya me faire un grand sourire narquois en me disant qu’elle me l’avait bien dit, Katerina me faire un sourire coquin en faisant genre qu’elle ne se doutait de rien. Je savais bien que tous mes proches n’attendaient que de me voir heureux et que parfois ils étaient triste que je sois seul dans mon coin à souffrir malgré que je le cachais un minimum.

« Clarissa Adèle Fairchild, oui je connais ton deuxième prénom, désolé d’ailleurs ! Je serais honoré moi Jace Lightwood d’être officiellement votre petit-ami à partir de cet instant ! Maintenant en gage de signature de contrat, je me propose de vous embrasser avec cette même passion qui bouillonne dans mon ventre en vous voyant, m’y autorisez-vous ? Vous savez quoi ? Je m’en fiche de votre autorisation en fait !" Je me mis à l’embrasser passionnément tel un baiser de cinéma avec le cadre parfait, l’eau miroitante à côté de nous, le soleil se couchant et cette légère brise rafraîchissante venant soulever légèrement nos cheveux. « Tu es tellement belle Clary, je te préviens de suite, je vais passer du temps à t’admirer, au réveil par exemple, je veux graver le plus possible ta beauté dans ma mémoire, au cas où tu reviendrais à la raison et tu te dirais que je suis un homme légèrement fou, et que tu décides de me quitter ! » J’avais dit cela avec un sourire en coin, m’amusant dans le sarcasme comme d’habitude, même si je pensais le coup de l’admirer au réveil.

« Dis moi, tu m’aimes à quel point ? Je demande cela pour juger de combien je suis pardonnable à tes yeux ! Par exemple, si je marche sur ton pied, est ce que tu m’en veux ? Je ne pense pas ! Donc écoute, on va tenter notre chance pour ça ! » Je la pris dans mes bras d’un seul coup, puis sans hésiter je me précipitai vers le lac et sautai dedans avec elle dans mes bras. Je remontai ensuite à la surface avec elle en ne pouvant m’empêcher de rire « J’avais vraiment très envie de faire ça, désolé ! » Je m’approchai d’elle doucement, me collant à elle, mes lèvres effleurant les siennes « Puis ce n’est pas ma faute, si mouillé, je te trouve encore plus belle.. mon cœur ! » Je venais de lui dire un mot tendre, et alors que cela m’aurait fait bizarre comme avant, ce n’était pas le cas, c’était sorti naturellement de ma bouche, je n’avais plus à retenir mon amour pour elle, je pouvais le laisser s’exprimer naturellement à travers moi.





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 18 Juin - 21:21
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Existe-t-il quelque chose de plus beaux et merveilleux que ce moment où l’homme qu’on aime de tout notre être nous avoue que c’est la même chose de son côté ? Je ne crois pas non. J’avais rêvé de ce moment plus d’une fois en réalité, et cela ne tournait jamais de la même façon. Dans le plus parfait de mes rêves, Jace m’avouait que c’était réciproque, qu’il avait lui aussi eu le coup de foudre pour moi comme je l’avais eu pour lui. Et dans le pire d’entre eux, il m’avouait que tout n’avait été que mensonge, qu’il avait réellement pensé ce qui s’était passé cette nuit-là à la Cité des Os, qu’il ne m’avait jamais aimé et surtout que ce n’était qu’utopie de croire en des signes inexistants. Et me voilà à cet instant plongé dans le plus parfait de mes rêves. Dans un moment idyllique où il me révélait après toutes les étapes que nous avions traversés, ses sentiments à mon égard. Si bien qu’à chacune de ses paroles, mon cœur battait toujours plus vite au cœur de ma poitrine. Il était presque à la limite d’imploser tant ce moment me comblait de bonheur. Entendre de sa bouche qu’il avait eu littéralement le coup de foudre pour moi comme je l’avais eu pour lui, qu’il gravitait autour de moi tels les anneaux de Saturne, et qu’il serait incapable d’arrêter cet état de fait, il n’y a rien qui pourrait me faire plus plaisir qu’à cet instant. Quand il aborda le sujet de Luke, mon cœur se serra un peu dans ma poitrine. Moi aussi j’avais pu remarquer toute l’affection de celui que je considérais comme mon père, vis-à-vis de ma mère. Il était certain qu’il était fou amoureux d’elle et aurait toujours tout faire pour elle, et malheureusement, il n’aurait jamais la chance de connaître cet amour. Car au fond, je pouvais bien voir à quel point ma mère tenait à lui, et même si nous n’abordions que très peu ce sujet depuis sa mort, je savais qu’elle aussi l’aimait. Le destin aime bien s’amuser avec la souffrance des autres, et elle l’avait fait avec lui. Toutefois, là où j’avais remarqué le regard amoureux de Luke sur ma mère, je n’avais guère remarqué celui de Jace sur moi. Et cette simple donnée me fit soupirer, comme quoi, j’étais vraiment une idiote sans nom de ne jamais voir ce qui est sous mes yeux.

Avec Jace, un simple contact physique m’électrisait totalement. La moindre caresse légère sur ma joue ou dans mes cheveux, suffisait à me faire totalement fondre. Alors imaginez quand ce dernier, le regard intensément plongé dans vos yeux, les mains jointes aux vôtres et vos fronts accolés vous dit déclare enfin son amour pour vous. Mon cœur s’emballait toujours plus en mon sein, alors que ma respiration se faisait haletante. Tout ce qu’il me disait faisait écho dans ma tête. Il était ma plus grande force, me poussant à me repousser toujours plus pour lui, à affronter le moindre danger. Seulement, il était aussi ma plus grande faiblesse, et si je venais un jour à le voir m’être enlevé et ne rien pouvoir faire pour arranger cela, je serai totalement détruite. Je ne serai plus que l’ombre de celles que mes proches ont un jour connu. Alors quand il me disait être capable de tout pour moi, je me reconnaissais en lui, moi qui serais capable de donner ma vie pour lui. Serrant ses mains dans les miennes un peu plus, mon regard s’intensifiait aussitôt sans pour autant dévier de ses merveilleux yeux vairons, je lui répondais enfin d’une voix tendre mais avec pour autant le sérieux que la situation demandait. « Tu sais Jace, tu dis qu’avant tu ne connaissais que la définition du mot Amour. Mais même si j’avais vu l’Amour à l’œuvre, je ne l’avais pourtant jamais connu pour moi avant de te connaître toi. Je n’ai jamais aimé qui que ce soit ainsi avant toi et je sais d’ores et déjà que je serai bien incapable d’aimer quiconque comme je peux t’aimer. Même en essayant avec d’autres, cela ne fonctionnait pas. Pourquoi ? Parce que mon cœur est marqué au fer rouge d’un Jace Lightwood. Et c’est pour cette même raison, que comme toi, tu es ma plus grande force et ma plus grande faiblesse. La même raison qui fait que si je venais à te perdre, je ne m’en remettrai pas. Je serai totalement détruite, et même pour ceux qui resteraient, ils n’auraient à faire qu’à une pâle copie de la Clary d’antan. Tu es mon Premier amour et mon grand Amour, avec un grand A. Et rien n’y personne ne pourra jamais changer cela. ».

Je n’avais pas pu m’empêcher de remarquer le sourire se dessiner sur le visage de Jace après que je lui ai demandé d’être officiellement mon petit ami. Pendant une fraction de sourire, l’inquiétude pourtant idiote, d’un refus, me traversa l’esprit. Seulement ce qu’il me répliqua m’arracha un grand sourire, car je m’inquiétais pour rien du tout, bien au contraire. Un gloussement s’était échappé de mes lèvres en entendant Jace parler de contrat. Je n’eus même pas le temps de répondre qu’il venait déjà me voler un baiser des plus passionnés alors que je fermais les yeux. Un baiser que je lui rendis avec la plus grande des passions, relâchant enfin tout ce que j’avais refoulé, tout ce que je pouvais ressentir pour lui, me déchargeant de tout l’amour et la passion que j’avais à son égard. Reprenant doucement mon souffle, je replongeais mon regard intensément dans le sien une fois mes yeux rouverts avant de lui répondre enfin, un sourire au coin de mes lèvres « Jace Lightwood, je n’ai rien à te cacher, pas même mon deuxième prénom. Je ne veux plus qu’on se cache quoi que ce soit, alors que tu saches cela, n’est pas une honte, loin de là même. Après tout, tu es officiellement mon petit ami après cette magnifique signature de contrat. D’ailleurs, j’espère bien que j’aurai le droit à ce type de baisers pour d’autres occasions que cette signature ci ? ». Je m’étais mordue la lèvre inférieure, je connaissais déjà la réponse bien entendu, mais cela me plaisait d’entendre de ses lèvres que nous aurons pleins d’autres baisers comme celui-ci, mais aussi que nous aurons d’autres moments comme ceux qu’il me décrivait. J’avais toutefois roulé des yeux tout en poussant un gloussement, avant de tapoter doucement son épaule « Alors premièrement, maintenant que tu es à moi et rien qu’à moi, il est strictement hors de question que je te laisse filer, aussi fou sois tu. Je t’adopte comme tu es, et à mes yeux, tu es tout simplement parfait Jaja. Ensuite, je ne dis pas non à ce que tu me regardes au réveil, même si dans ce genre de situation, j’ai plutôt peur que ce soit toi qui t’enfuit en courant. Car si tu me trouves encore jolie de journée, au petit matin, ce n’est pas la même histoire. Tu pourrais regretter de m’avoir dit oui. » dis-je avec un petit sourire en coin. Sur ce point-là, je doute très certainement qu’il le fasse. Mais j’aimais bien le taquiner un peu là-dessus. Car après tout, nous sommes sur la même longueur d’onde, et je sais que lui comme moi, nous serions à tout pour l’autre, et ce n’est pas des cheveux dans tous les sens au réveil qui nous ferait tout arrêter. Encore moins après tout ce que nous avons traversé pour en arriver là.

Mais voilà qu’il me demandait à quel point je pouvais l’aimer. Il paraissait évident que je l’aimais plus que tout au monde, et sa question sonnait étrangement dans ma tête. Mais ce n’est qu’après que je compris où il voulait en venir alors qu’il m’avait déjà pris dans ses bras telle une princesse. Je m’étais accrochée à son cou en essayant de remuer les jambes pour qu’il me lâche à terre alors qu’il se rapprochait du Lac Lynn « Non… non non non ne fais pas… ». Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’il avait déjà sauté dans l’eau avec moi dans ses bras.

De nouveau à l’air libre, ayant remonté avec lui, j’étais à présent totalement trempée tout comme lui d’ailleurs. Je ne devais ressembler à rien et pourtant il venait de me dire que j’étais encore plus belle ainsi. Mais ce n’est pas ce qui me sauta aux yeux, c’était le petit surnom qu’il venait d’utiliser, un surnom amoureux que je ne pouvais qu’aimer entendre de ses lèvres, prouvant ainsi que je suis à lui et rien qu’à lui, et surtout que nous sommes enfin ce que nous avons tous deux rêvé d’être secrètement depuis toujours. Je n’attendis pas un instant de plus avant de passer mes bras autour de sa nuque pour l’embrasser à nouveau avec une passion si ardente que je ne m’en devinais pas capable. Je reculais ensuite mes lèvres des siennes, effleurant celles-ci alors que mon regard brûlait de désir dans le sien « Tu sais quoi dire pour te faire pardonner mon ange.. Comment t’en vouloir quand tu me regardes ainsi et que tu me dis de si belles choses.. Quand tu me dis de tels surnoms… Et sache que c’est toi le plus beau de tous, encore plus quand tu es mouillé. A vrai dire, je me demande même quand tu n’es pas sexy... » dis-je en roulant des yeux avec un sourire amusé. Mon regard se perdit intensément dans le sien alors qu’un sourire malicieux se dessinait sur mon visage, je me mordis légèrement la lèvre avant de lui lancer « Et moi, je me demande si tu me pardonneras cette petite folie... » demandais-je en prenant une impulsion pour sauter sur lui, m’accrochant autour de son cou, passant mes jambes autour de son bassin en essayant de le couler comme je le pouvais, en le faisant chavirer en arrière. Pour donner plus de chance de mon côté, je me risquais à lui faire des chatouilles dans l’espoir de gagner cette bataille qui s’annonçait pourtant perdue d’avance. Seulement cela m’était égal, car pour la première fois depuis fort longtemps, je me sentais enfin complète et comblée de bonheur.

Toutefois, comme je m’y attendais mes attaques étaient vaines, et la position inchangée. J’étais toujours accrochée à lui, bras et jambes autour de lui, alors que j’approchais mon visage du sien à nouveau avant de venir l’embrasser à nouveau avec plus de désir et d’ardeur dans ce baiser. Je posais ensuite mon front contre le sien, me perdant dans la contemplation de ses yeux « Merci de me rendre heureuse mon amour. Merci de faire de moi une femme à nouveau complète et comblée de bonheur. Merci de m’aimer malgré tout, mon caractère et mes actions parfois folles. Merci d’avoir dit oui. Merci pour absolument tout. Je t’aime à un point que tu ne puisses pas t’imaginer, et que personne ne le peut. Tu es ma moitié, et au fond de moi, je l’ai toujours su. Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai jusqu’à la fin de mes jours Jace Lightwood, l’homme de ma vie à la vie et à la mort. Qui n’arrivera pas avant qu’on soit très vieux, car je serai toujours pour veiller sur toi, à te chérir et à t’aimer. Je serai là pour m’assurer que tu vivras une très longue vie à mes côtés mon cœur. C’est une promesse. Ce sera toujours toi et moi contre le monde entier. ». Sans me décrocher de lui, je venais à nouveau l’embrasser mais avec plus de tendresse cette fois-ci, comme scellant mes mots dans un baiser tendre et éternel dont nous nous souviendrons toujours.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 2 Juil - 18:35
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Personne ne devrait jamais sous-estimer le pouvoir des mots, on n’imagine pas à quel point une phrase dite par une certaine personne peut avoir un effet incroyable sur une autre personne. La déclaration que m’avait fait la jeune femme me faisait un tel effet que j’avais envie de crier littéralement pour rien dire, juste pour exprimer mon bonheur, juste pour exprimer la joie d’entendre enfin ces mots après tant de souffrances. Quand vous voyez la femme que vous aimez dans les bras d’un autre, le serrant contre elle, lui souriant grandement et lui rendant chaque baiser avec une tendresse infinie, on peut clairement dire que vous avez connu l’Enfer alors. Il n’y a pas de plus grande force que l’amour, mais ce n’est pas pour rien, c’est aussi un sentiment traître, il vous apporte la force et le bonheur que si vous pouvez vivre cet amour, si vous ne pouvez pas le vivre, il vous plonge dans le désespoir, la tristesse et la souffrance, et là c’est votre plus grande faiblesse. Je me rendais compte qu’il me faudrait quand même du temps pour effacer de mon esprit la vision de Clary dans les bras de Simon, elle avait beau m’avoir choisi moi, ces images faisaient toujours mal.

« Petit-ami », je n’arrivais même pas encore à mesurer toute l’étendue que ce terme signifiait, de tout ce que je venais de gagner, qu’en seulement quelques minutes ma vie était devenu une belle journée ensoleillée avec aucun nuage à l’horizon. Je n’avais pas l’habitude d’obtenir ce que je veux, j’avais beau avoir la plupart des filles à mes pieds, réussir mes missions avec facilité, pour le reste de ma vie, c’était toujours chaotique, comme si la nature voulait me donner au moins un désavantage, pour que je ne réussisse pas tout. Alors savoir que je venais d’obtenir la femme que j’aimais éperdument, relevait du rêve éveillé pour moi, il me faudrait du temps pour m’y faire et sûrement quelques phrases réconfortantes de Clary, pour bien me faire comprendre que c’est la réalité. Je n’avais pu m’empêcher de sourire devant ses mots me demandant si elle aurait le droit à d’autres baisers aussi passionnés, évidemment qu’elle y aurait le droit, pour dire la vérité, je ne pouvais même pas m’en empêcher, il me fallait absolument goûter à ses lèvres sinon j’en ressentais vite le manque.

C’était l’un des points qui me faisait le plus craquer chez la jeune femme, son côté modeste et timide, elle se mettait à rougir, ou se dévalorisait d’un rien. Pourquoi est-ce que j’aimais cela ? Tout simplement parce qu’elle était mon opposé, je savais bien que j’étais quelqu’un d’arrogant et de sûr de moi, en quelque sorte elle me ramenait sur Terre par ses paroles, elle me rappelait que personne ne pouvait être parfait. Même si elle se trompait, il ne faisait aucun doute qu’elle était la plus belle pour moi, et que peu importe les conditions, elle serait toujours aussi belle pour moi, voir plus au réveil vu que son visage serait paisible, endormie, et illuminé par le Soleil. Pour lui faire prendre conscience à quel point elle était belle à mes yeux, il aurait fallu qu’elle se voit à travers mes yeux, j’avais connu beaucoup de femmes malgré ma courte vie, et pourtant aucune ne lui arrivait à la cheville, elle avait cette beauté fascinante, que je ne cesserai jamais d’admirer. Je comprenais totalement pourquoi Simon n’avait jamais renoncé à elle, je ne fréquentais pas les terrestres donc je ne pouvais pas en être sûr, néanmoins j’avais l’intuition, que même parmi eux, Clary était une beauté rare, une fille qui retenait le regard des garçons autour.

Je n’avais pu m’empêcher de rire en voyant la jeune femme remonter à la surface, les cheveux en bataille, et l’air outré sur son visage, elle avait la parfaite réaction que j’avais recherché. J’avais su instinctivement qu’avec elle je pouvais me permettre ça, comme si mon cœur m’avait soufflé la réponse. Je savais qu’avec elle, je pourrais laisser aller mon côté joueur, qu’on pourrait rigoler tous les deux, sans se prendre la tête, loin de tous les problèmes qui nous attendaient à New York. Si je m’étais écouté je ne serais sûrement jamais parti d’Alicante, j’aimais l’action, le combat, j’étais un soldat après tout, mon sang battait dans mes veines pour se battre. Néanmoins le bonheur que je ressentais en ce moment même avec la jeune femme surpassait de loin l’adrénaline du combat, une fois que j’avais quitté Alicante, je m’étais juré de ne jamais y vivre de nouveau, trouvant la vie trop monotone ici, pas assez d’action. Mais maintenant que j’avais Clary, le côté paisible d’Idris me paraissait bien plus intéressant, comme si j’en voyais enfin ses bienfaits. Tandis qu’à New York, c’était les missions, les problèmes et bien d’autres choses qui m’attendaient, rien de bien plaisant pour notre couple. Cependant il y avait aussi nos proches qui vivaient là-bas, et elle comme moi, nous ne pouvions pas vivre sans eux, même notre amour ne suffisait pas à tout compenser.

J’avais utilisé pour la première fois un surnom de couple avec elle, je m’étais demandé avant de le dire si elle le remarquerait ou s’il passerait inaperçu. Il s’avérait au final qu’elle l’avait bel et bien remarqué, et elle m’en avait même rendu un, un qui avait sonné comme la parfaite mélodie dans mes oreilles, une mélodie que je ne me lasserais jamais d’écouter sans aucun doute. Quand elle avait énoncé ma beauté, je n’avais pu m’empêcher de rougir, une réaction que je n’avais pas d’ordinaire, pour personne à vrai dire. Quand une femme me disait cela, c’était comme si elle me disait qu’il fait beau, j’en avais pris l’habitude, pourtant avec Clary, je ressentais des sensations nouvelles, comme un garçon qui vient à peine de découvrir ce qu’est une fille et que l’amour existe. Avant, j’aimais savoir le regard des femmes sur moi pendant que je m’entraînais, tandis que maintenant, le seul regard qui m’intéresserait, serait le sien, savoir qu’elle me regarde, ferait battre mon cœur plus vite et m’apporterait une bouffée de bonheur pour quelques heures au moins.

J’avais très bien compris où elle voulait en venir dès qu’elle avait parlé de pardon, elle comptait faire la même chose, elle comptait me couler à son tour, j’aurais pu très bien l’éviter ou bien la couler de nouveau. Mais je m’étais juste contenté de ne pas bouger, restant droit comme un rocher, elle n’avait dès lors pas la force nécessaire pour me couler au fond de l’eau. Mais pour dire vrai, le fait de se couler importait peu, ce n’était pas là le but de cette baignade inattendue, le but était de profiter tous les deux de ce moment, fêter notre mise en couple par des moments simples de pur bonheur, sans complication, ni même intervention d’individu, rien que nous deux le temps que nous voudrions. Il était même fort possible que nous ne rentrions pas le soir arrivé, il fallait profiter plus que cela, il était possible que nous restions à Alicante une journée de plus et donc la nuit.

Lorsqu’elle m’avait fait une autre déclaration, je n’avais pas pu résister, je m’étais dès lors collé encore plus à elle, embrassant ses lèvres avec une passion et une tendresse infinie, ne voulant plus quitter ses lèvres, ni même m’éloigner d’elle. Ce qu’elle venait de me dire était incroyablement beau, elle avait dit absolument tout ce que j’avais toujours voulu entendre de sa bouche, vraiment tout. Elle avait même parlé de choses que je ne lui aurais probablement pas demandé avant des années, je ne voyais même pas ce que je pouvais dire pour égaler tout ceci, j’aurais eu le sentiment de gâcher cette déclaration parfaite. Pourtant il fallait bien que je m’exprime moi aussi, je ne pouvais pas la laisser sans réponse après cela, on avait déjà passé beaucoup trop de temps dans le doute elle et moi. Dorénavant, on ne devrait plus rien se cacher, tout se dire pour ne jamais créer un doute et des questions chez l’autre, être en parfaite harmonie pour vivre notre couple pleinement, sans aucun problème à l’horizon. Comme pour me donner de courage avant de lui répondre, je décidai d’embrasser une nouvelle fois ses lèvres amoureusement, la serrant contre moi pour profiter du contact réconfortant de son corps, gardant mon front contre le sien, le regard plongé intensément dans ses yeux.

« Clarissa, tu ne dois pas me remercier, c’est moi qui doit te remercier ! Tu as vu qui j’étais avant de te connaître, j’étais ce garçon stupide qui pensait que les émotions étaient une faiblesse, et qu’il fallait mieux ne pas en ressentir ! Tu m’as ouvert les yeux, tu as fait de moi un homme mon cœur ! Voilà pourquoi je suis tombé fou amoureux de toi, mon cœur savait que tu étais la femme parfaite pour moi, celle qui me ferait évoluer ! Ce matin ma vie était grise pour moi, rien de bien à l’horizon, toujours la même chose, et voilà que tu fais de moi l’homme le plus heureux du monde ! C’est moi qui doit te remercier Clary, tu fais de moi un homme meilleur, un homme heureux qui n’a plus à souffrir intérieurement, quelqu’un qui peut être lui-même et savourer chaque seconde qu’offre la vie ! Je t’aime plus que tout Clarissa Fairchild, chaque seconde qui passe me fait t’aimer encore plus, j’ai prouvé que peu importe les épreuves, personne ne pourrait jamais me faire cesser de t’aimer, personne ! Peu importe si nous sommes séparés, je te retrouverai toujours, nous sommes liés à jamais, mon cœur t’appartiendra toujours et c’est ce qui fait que je te retrouverai toujours ! Maintenant si cela ne te gêne pas, je veux essayer quelque chose.. »

Je plongeai avec elle sous l’eau, l’embrassant tendrement, j’avais toujours eu envie d’essayer cela, j’avais vu cela dans un film et l’envie de le faire m’avait toujours trotté dans la tête. Je remontai ensuite avec elle dans les bras, prenant la sortie du lac, je la serrai fortement contre moi pour qu’elle n’ait pas froid. Je sorti ensuite ma stèle et traçai la rune de chaleur sur son poignet, elle devait déjà ressentir les effets et sentir son corps se réchauffer sous l’air froid. Je la reposai les deux pieds au sol une fois que nous avions atteint la terre ferme « La rune marche bien ? Je l’ai bien tracé ? Tu n’as pas froid ? Cela fait beaucoup de questions, désolé ! » Je pris de nouveau sa main et me dirigeai de nouveau vers Alicante avec la jeune femme « Je ne sais pas toi mon cœur, mais je n’ai pas envie de rentrer à New York tout de suite, que dirais-tu de rester ici ce soir, cette nuit, et même demain, pour ne rentrer que demain soir ? Ils peuvent bien se passer de nous deux jours, je préviendrai juste Maryse et les autres, et ça suffira ! Enfin bien évidemment, c’est si tu es d’accord, sinon on rentre, je ferai ce que tu décideras ! » Je gardai ma main dans la sienne, nous dirigeant toujours vers Alicante.

En chemin je montrai à la jeune femme des lieux où j’avais été, des anecdotes sur mon enfance à Alicante et ses environs, je lui montrai aussi les quelques animaux, ainsi que certains paysages époustouflants qui devaient la changer beaucoup de New York. C’est d’ailleurs sur ce chemin qu’on vit une sorte de vendeur ambulant, je ne sais pas si on aurait pu appeler cela vraiment un vendeur ambulant mais en tout cas il avait des glaces. Je n’hésitai pas une seconde et en prit deux pour la jeune femme et moi, deux sorbets pour être exact, un à la pêche pour moi et un à la framboise pour elle, je trouvais que ces goûts nous représentaient bien. Je croisai mon bras avec le sien pour que chacun puisse goûter la glace de l’autre « Je suis désolé mais je n’ai pas pu résister à l’envie de les acheter, il faut dire que des glaces à Alicante, c’est rare alors les partager avec toi, c’est un pur bonheur mon amour ! Par contre c’était un sorcier, espérons qu’il n’y a pas de drogue dans les glaces ou pire encore une potion bizarre ! »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Mar 4 Juil - 2:06
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Pourquoi faut-il toujours que la vie soit compliquée ? Pourquoi vient-on toujours compliquer quelque chose qui pourtant est censé être simple ? C’était bel et bien ce qui était arrivé pendant ces dernières semaines dans ma tête. Tout s’était imbriqué pour former un nœud qu’il m’était impossible à résoudre. J’avais beau tirer le fil dans une direction qui me paraissait la plus logique pour le résoudre, tout ne faisait que s’emmêler un peu plus à chaque. Tout aurait dû me rendre heureuse, me combler de bonheur. J’avais perdu ma mère certes, mais j’avais une nouvelle famille, des personnes auxquelles je tiens énormément, un petit ami que je connaissais depuis toujours et qui me rendait heureuse. Et pourtant, je n’étais pas comblée, il me manquait quelque chose. Et pourtant, en faisait le choix d’être avec Simon, cela aurait dû résoudre ce nœud qui s’était logé dans mon cœur. Un nœud qui ne voulait bel et bien pas se défaire malgré mes décisions et mes choix que je pensais être les bons. Rien n’était vrai, rien ne m’aidait. Car en réalité, je ne faisais rien pour aller dans ce sens. Ce n’est qu’en ouvrant les yeux sur mes véritables sentiments, sur ce que je pouvais ressentir en présence des deux hommes que j’aimais le plus dans ce monde que je défaisais peu à peu cette pelote nouée. J’avais beau aimer énormément Simon, je ne l’aimais pas de la même façon que lui le faisais vis-à-vis de moi, je n’en étais pas amoureuse. La réalité, je me l’étais cachée depuis  bien trop longtemps. C’était de Jace dont j’étais follement et éperdument amoureuse, et cela avait toujours été le cas. Et dès lors que le voile tombe, la pelote se défait pour reprendre son aspect initial. Tout parait beaucoup plus simple après cela.

Et quand vous réalisez enfin l’amour sans limite que vous portez pour quelqu’un, il semble normal d’espérer être aimé de la même façon en retour. C’était ce que je rêvais secrètement depuis longtemps, que Jace ressente les mêmes sentiments que moi à son égard et que nous n’aurions plus jamais à cacher ceux-ci, que nous pourrions enfin dévoiler au grand jour tout l’amour que nous nous vouons. Et il y a une différence entre rêver et l’entendre de la bouche de la personne qu’on aime éperdument. C’était comme si j’étais sur un petit nuage qui pouvait très bien disparaître pour me laisser m’écraser au sol. Mais les paroles que Jace pouvait me dire ne faisait que consolider ce nuage, me garantissant à présent une place sans limite aucune. Nous étions enfin ensemble après tout ce temps à nous faire du mal l’un l’autre. Car il me paraissait évident maintenant que je connaissais la nature de ses sentiments qu’à chaque vision de Simon et moi, il avait dû ressentir une souffrance sans nom. Et cette simple idée de l’imaginer souffrant à cause de moi me peinait au plus haut point. S’il y a bien une chose que je déteste, c’est être la raison de sa peine. Même si je ne peux pas effacer ce qu’il a pu ressentir auparavant, j’espérais bien être à la hauteur à présent et finir par effacer ces mauvais souvenirs de son esprit au profit de d’autres parfaitement heureux dans lesquels nous serions unis sans plus de barrière à notre amour.

Pour se faire, il paraissait essentiel de profiter des moments les plus simples qu’ils soient. Une simple baignade dans l’eau miroitante du Lac suffisait à me faire sourire à et me combler de bonheur. Il ne me fallait rien d’autre pour être réellement heureuse. Seulement lui à mes côtés, voilà ce qu’il m’avait manqué pour être comblée. Rien que de le voir sourire, me suffisait à sourire à mon tour. Voir enfin les traits de son visage s’illuminer pleinement, c’était tout ce que j’avais toujours demandé. Lui et moi contre le monde. Je ne demandais strictement rien de plus que ce que j’avais déjà. Je ne m’attendais d’ailleurs pas à ce qu’il réponde à ma déclaration, son regard me suffisait à comprendre qu’il en était de même pour lui et que cela ne changerait pas. Que nous nous complétions, et qu’en étant enfin ensemble, nous étions également réellement heureux. Même si l’entendre de ses lèvres finiraient de me réconforter sur notre amour, m’assurer une fois encore que tout ceci était bel et bien la réalité et qu’elle n’allait pas être à nouveau brisée. Quand il m’avait embrassé amoureusement, je ne m’étais pas fait prier pour lui rendre son baiser avec la même intensité tandis que mon corps s’était pressé contre le sien instinctivement. J’avais écouté son discours au rythme de mon souffle que je tentais de reprendre difficilement alors que mon cœur battait plus intensément dans ma poitrine. Mon regard ne quittait pas le sien, se perdant totalement dans celui-ci, ce qui n’arrangeait en rien mon battement cardiaque au fur et à mesure de son discours. Chaque mot qu’il pouvait dire me faisait battre la chamade encore plus vite, comme si tout ceci était irréel tant ce qu’il disait me touchait. Il faut dire que ce n’est pas souvent que Jace se dévoile de la sorte, et l’entendre me dire toutes ces belles paroles, l’entendre me dire que je suis celle qui a fait de lui l’homme le plus heureux, cela n’a aucun prix.

J’en perdais mes mots, je ne savais pas quoi répondre à la suite d’un si beau discours de sa part. Mais je n’eus pas à le faire qu’il m’entrainait sous l’eau pour me voler un énième baiser tendre digne des films les plus romantiques du cinéma. Je lui avais rendu son baiser avec toute la tendresse que j’éprouvais pour lui alors que mon corps se pressait à nouveau contre le sien dans ce qui me paraissait un baiser durant une éternité. J’étais totalement envoutée par le moment, ne pensant à strictement rien si ce n’est la douceur de ses lèvres contre les miennes, leur goût légèrement salé par l’eau du Lac. Mais cela n’ôtait en rien le côté magique de ce moment. C’est presque à regret que le baiser du se stopper là. Mais la sortie de l’eau n’était en rien moins magique, moi dans ses bras, le serrant fortement contre moi autant qu’il me serrait dans ses propres bras. Une simple étreinte de sa part suffisait à me faire frissonner de part et d’autre. Même si en réalité, nos vêtements mouillés n’aidaient pas à ce que j’ai plus chaud. Je n’eus toutefois pas à dire un mot qu’il sortait déjà sa stèle pour tracer une rune de chaleur sur mon poignet. Immédiatement, un vague de chaleur réconfortante envahissait mon corps, réchauffant mon corps alors froid. Lui ne semblait en aucun cas ressentir cette sensation, il semblait au contraire plus inquiet de mon propre bien être. Il suffisait de voir les questions qu’il venait de me dire à la suite. Ceci me fit plus sourire qu’autre chose, je trouvais cela tellement mignon de sa part, et je me reconnaissais bien là. Toujours à m’inquiéter pour lui, même pour un rien. De nouveau sur mes deux pieds, je venais le gratifier d’un baiser aussi passionné et amoureux que possible alors que ma main venait caresser ses cheveux encore mouillés avant que je ne pose mon front contre le sien, plongeant mon regard intensément dans le sien, je me mis à sourire le plus tendrement possible pour le rassurer avant de répondre « Je vais parfaitement bien mon amour. Tout est parfait, je ne ressens pas le froid, je ne ressens que la chaleur de cette rune et celle de tes lèvres contre les miennes. Tu n’as pas à t’en faire pour moi, tout va bien. Mais toi, tu n’as pas froid ? » demandais-je avec appréhension. C’était un peu hypocrite quand on y pense. Je venais tout juste de lui dire de ne pas s’en faire pour moi, alors que je m’inquiétais moi aussi pour lui. Mais c’est plus fort que moi, c’est et ce sera toujours ainsi. Je m’inquiéterai pour lui pour un rien, et cela ne changera jamais.

Ma main venait serrer un peu plus celle de l’homme dont j’étais follement éprise, venant même enlaçant nos doigts l’un dans l’autres alors que je le suivais sur le chemin d’Alicante. J’aurai aimé passer un peu de temps ici avec lui, loin des horreurs de New York, profité d’un moment d’innocence ensemble, à fêter notre amour enfin révélé au grand jour. Je n’avais nullement l’envie de rentrer maintenant. Bien entendu, je ne disais pas que je pourrai rester ici indéfiniment, ceux restés à New York me manqueraient beaucoup trop. Mais nous avions bien le droit de nous accorder quelques jours de repos. Et il faut croire que lui comme moi, nous pensions à la même chose au même instant. Il me proposait exactement ce à quoi je pouvais penser auparavant. Un grand sourire se dessinait alors sur mes lèvres alors que je serrais un peu plus ma main dans la sienne, plongeant mon regard intensément dans le sien, venant m’y noyer comme à chaque fois où je les regardais un peu trop longtemps « Je suis plus que d’accord. Je pensais exactement la même chose, et j’allais même te le proposer. Je n’ai pas envie de rentrer maintenant non plus. Je n’ai envie que d’une chose, passer un peu de temps avec toi, tous les deux, à savourer ce que nous avons amplement mérité depuis le temps. Alors oui mon amour, restons ici jusqu’à demain soir au moins. Puis comme tu le dis, ils peuvent se débrouiller sans nous un jour de plus. ».

Sur le chemin nous guidant jusqu’à la Cité de Verre, je n’avais pas manqué d’être attentive à son récit, à toutes les petites histoires qu’il avait à me raconter sur sa jeunesse ici, sur la cité en elle-même et ses environs. Je ne connaissais rien à Idris et j’étais plus qu’heureuse d’être avec celui dont je suis follement amoureuse pour la découvrir. Je ne rêvais pas meilleur guide pour m’apprendre à connaître celle-ci. En route, nous tombions sur un vendeur ambulant et Jace n’hésita pas un instant avant de nous prendre deux glaces dont les parfums étaient divinement choisis. Sans hésitation, je croisais mon bras au sien afin de pouvoir lui faire goûter ma glace et lui la mienne. « Sorcier ou non, tant que je suis avec toi pour tester cette glace, tant que je suis auprès de toi pour découvrir ce monde, je ne demande rien de plus. Et s’il faut qu’on soit drogué ou changé en rat, et bien tant pis. J’aurai au moins eu cet instant de bonheur partagé avec l’homme dont je suis follement éprise. » Je m’étais mise à sourire, avant de donner un coup de langue sur la sienne. Je ne le quittais pas des yeux, bien trop absorbée à l’observer, tant je le trouvais magnifique, même à cet instant en train de lécher une glace. Elle me semblait tout à fait normale cette glace, si ce n’est son goût qui était excellent, on aurait vraiment eu l’impression de manger une pêche ou de la framboise pour la mienne. Même si il y avait un arrière-goût que ne connaissait pas, qui dénotait un peu avec le parfum original.   « Je les trouve excellentes et toi mon amour ? Et je me sens tout à fait normale d’ailleurs. Comme quoi, on n’avait pas de raisons de s’en faire. » avais-je ajouté pour préciser. Je voyais après tout, très mal un sorcier s’amuser à cela dans le pays des chasseurs d’ombre, même si je me doute que la drogue ou la potion n’aurait pas été dangereuse.

Nous avions continué notre route, nous rapprochant d’Alicante, même si j’avais l’impression que celle-ci ne se rapprochait pas pour autant et restait à bonne distance de nous au contraire, tandis que les rayons du Soleil disparaissaient les uns après les autres. Me demandant combien de temps il nous restait avant d’arriver, je me maudissais de ne pas avoir choisi une meilleure paire de chaussures avant de venir. Comme pour exhausser mes vœux, j’avais relevé la tête de mes chaussures pour les poser sur un cheval qui broutait tranquillement dans son près. C’était le véhicule idéal pour aller plus vite, seulement, je ne voyais nul écuyer pour nous le prêter. Un sentiment d’euphorie avait envahis mon corps, j’avais envie de faire des folies, l’envie de profiter du moment sans faire attention aux éventuelles conséquences de mes actions. Je posais un regard intense sur Jace alors que mon sourire se faisait malicieux « Tu penses à la même chose que moi mon cœur ? ». Sans hésitation, je m’étais dirigée vers le cheval, escaladant la barrière pour me retrouver du côté près. C’est avec le plus de calme possible que j’avais approché le cheval qui ne bougeait pas d’un poil. Tendant ma main vers lui, je le regardais alors sans une once d’agressivité, parlant d’une voix douce « On va faire une petite balade, d’accord mon tout beau ? Puis cela te fera du bien de faire un petit tour. ». C’est sans mal que je parvins à l’approcher, il faut dire qu’il était habitué à la présence de l’homme. Après tout, les cheveux sont les seuls moyens de locomotion dans Idris, et le pays est relativement vaste pour ne pas y faire les trajets à pieds. Une fois assez proche, je caressais son flanc avant de me mettre à grimper sur lui. Il n’y avait pas de selle malheureusement, et je devais reconnaître n’être pas une excellente cavalière loin de là. Les seules fois où j’étais montée à cheval, c’était enfant lors de nos vacances à la campagne. Seulement, je me doutais que Jace serait un très bon cavalier et qu’il rattraperait mes éventuelles erreurs. Mon équilibre n’étant pas le meilleur qu’il soit, je me tournais alors vers celui qui était à présent mon petit ami, le regardant intensément dans les yeux alors que mon sourire se faisait plus large sur mon visage « Tu montes mon bébé ? J’ai envie de faire une balade à cheval avec le petit ami le plus merveilleux et parfait de tous les petits amis. Puis, nous arriverons sûrement plus rapidement à Alicante ainsi. ». Je n’attendais à présent plus qu’une chose, le voir monter sur le cheval avec moi et où il le voudra. Tout ce qui comptait à cet instant, c’était que nous soyons tous les deux ensembles. Car là où il sera, je serai, là où il ira j’irai. Maintenant que nous sommes officiellement tous les deux, je ne compte pas le lâcher une seule minute. Puis quant au propriétaire, nous lui rendrions le lendemain en prétextant une excuse comme quoi nous l’avons trouvé au beau milieu d’un champ, ou quelque chose dans ce style-là. Mais je sais qu’à cet instant précis, je n’avais pas envie de me prendre la tête. Je voulais juste profiter de lui au maximum, comme si une part de moi avait toujours la peur d’être dans un rêve et qu’un tout moment, je pouvais me réveiller.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 16 Juil - 21:38
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Je me rappelle avoir vu un jour dans un journal terrestre, un article qui avait comme titre « Pourquoi l’Homme court-il autant après l’amour ? ». Je me souviens qu’en lisant ce titre, je m’étais mis aussitôt à rire en me disant que c’était en cela qu’existait la différence entre les terrestres et les chasseurs d’ombre, que nous n’avions pas ce besoin irrépressible d’amour, que nous pouvions faire sans nous. Qui aurait-crû que maintenant je leur donnais raison, que de simples terrestres avaient raison au moins sur une chose. Depuis que je connaissais Clary, je me rendais compte que je n’avais fait que lui courir après, j’avais beau inventer des raisons ou démentir d’autres choses, à chaque fois je la suivais pour affronter tout et n’importe quoi. Tout ceci aurait dû me faire comprendre qu’un tel dévouement ne peut être que de l’amour, mais je préférais suivre l’éducation de Valentin, cette éducation stupide consistant à bloquer ses émotions et à agir tel un être dénué de sentiments. Je comprenais enfin toutes ces chansons d’amour, tous ces livres traitant du sujet, tout cela traduisait une seule et unique morale : il faut se battre pour l’amour, peu importe les obstacles, il faut être prêt à tout sacrifier pour acquérir l’amour car il n’y a pas de plus beau sentiment, de plus grand bonheur.

Je me rendais bien compte que j’avais agi bizarrement concernant notre sortie de l’eau, limite comme un terrestre trop inquiet pour sa petite amie. Cela ne me ressemblait pas du tout, je m’étais sans doute laissé trop emballer par cette récente mise en couple me comblant de bonheur. Cependant je ne comptais pas arrêter d’être aux petits soins de la jeune femme, j’avais toujours été comme cela avec mes proches, moi je ne demandais rien mais je faisais toujours tout pour eux. Et puis en plus, Clary avait ce visage d’innocence, de porcelaine, qui vous donnait envie de la protéger de tout, de tout lui apporter pour qu’elle soit totalement comblée. Autrement dit, elle m’avait déjà totalement en son pouvoir, on peut même dire à son service, je ne pouvais rien lui refuser, mais par contre je pouvais truquer le jeu, faire semblant que je résiste. Un peu de la même manière que les fées évitent de dire la vérité, je pouvais éviter de céder en détournant son attention par mon charme ravageur.

Bizarrement je me mettais à trouver cela mignon le fait que nous ayons pensé à la même chose exactement au même moment, cela me faisait penser à une symbiose d’esprit, n’était-ce pas le but recherché pour un couple ? Que d’être parfaitement accordés. Il était vrai que nous avions amplement mérité le droit de nous consacrer à tous les deux et oublier les autres, avec tout ce que nous avions fait ces deux derniers mois, on méritait du repos. Et puis il s’agissait surtout de tout ce qu’on avait dû traverser pour en arriver à former un couple tous les deux, il s’agissait limite d’une quête. Pourtant je ne regrettai plus rien de tous les choix que j’avais fait, car je me rendais compte que toutes ces épreuves avaient permis de me changer, de faire celui que je suis aujourd’hui. Sans elles, je serai toujours cet homme proche de la philosophie de Valentin, un homme qui n’aurait eu aucune chance que son couple avec Clary dure, un homme qui aurait montré trop peu de sentiments pour la jeune femme. Tandis que maintenant, je comprenais qu’on ne devait pas forcément se montrer émotif, mais toutefois il fallait laisser les gens voir certaines de nos émotions, ne pas tout cacher sous peine de les repousser.

La jeune femme avait vraiment le don de rendre n’importe quelle situation romantique et adorable, rien que sa façon de dire que si on venait à subir des effets indésirables par la glace ne serait pas grave car elle avait pu passer un moment avec moi, me faisait littéralement fondre. Moi j’avais beau vouloir dire des choses mignonnes, j’étais loin d’un tel niveau, je comprenais bien qu’il me restait du chemin dans ma quête de mieux appréhender mes émotions et mes sentiments, j’étais loin d’être un expert. Mais j’espérais qu’en étant avec Clary, je pourrais encore plus laisser libre court à mon cœur, et devenir quelqu’un d’autre, l’homme qu’elle mérite. Je savais bien qu’elle était tombé amoureuse de moi comme je suis, mais je savais aussi que je pouvais faire mieux, être un meilleur copain, pas seulement ce super soldat seulement bon pour la guerre. Je voulais donner une autre image à mes proches, l’image d’un homme qui veut lui aussi goûter au bonheur, construire quelque chose, évoluer dans sa vie et non seulement dans ses compétences. Je ne cherchais l’approbation que de Clary, mais j’aurais été content de voir Izzy ou Alec noter un changement, qu’ils voient qu’être élevé par leur famille m’a beaucoup apporté.

Elle avait eu raison de ne pas s’inquiéter, il s’avérait que les glaces étaient tout à fait normales, enfin pas tout à fait, elles avaient encore plus le gout de fruit que des glaces normales, sûrement par le biais d’un sort. Mais ce sort avait fait en sorte de les rendre délicieuses, c’était sans aucun doute les meilleures sorbets qu’il m’avait été donné de manger dans ma vie. Je me réjouissais surtout de l’image que cela pouvait signifier, si les sorciers étaient assez à l’aise à Idris pour se permettre de vendre des glaces, peut-être bien que les choses étaient finalement en train de changer, enfin dans le bon sens. Il faut dire que ces dernières années, je n’étais pas revenu souvent à Idris, je dirais même très rarement donc je n’avais pas pu voir les changements s’opérer dans les mentalités. Je me doutais cependant que seule une minorité devait vouloir une meilleure unité avec les créatures obscures, la plupart restaient ces chasseurs hautains et supérieurs, voulant dominer les autres. J’avais beau moi-même être arrogant, je ne me sentais pas supérieur à une créature obscure, bien au contraire après toutes mes erreurs, je me sentais plutôt inférieur, ayant besoin de me racheter.

Lorsqu’elle m’avait posé sa question de savoir si je pensais la même chose qu’elle, il m’avait fallu tourner la tête pour comprendre de quoi elle voulait parler. En voyant ce cheval, je compris effectivement parfaitement où elle voulait en venir, d’ordinaire l’idée ne m’aurait pas plus emballé que cela, mais là avec elle, cela pouvait être une activité créant un bon moment. Voir ce cheval me remémorait aussitôt mon enfance avec mon père, enfin Valentin, lui m’apprenant à faire du cheval alors que ma tête n’arrivait même pas à la hauteur de la selle. Me prenant plein de chutes car le cheval était trop grand et trop fort pour moi, je me souviens même avoir demandé pourquoi est-ce que je ne montais pas un poney plutôt, et tout ce qu’il avait fait après cette question, c’est donner une grande claque au cheval pour qu’il se mette à galoper et m’envoie voltiger. C’est en pensant à tout cela que je ne comprenais pas pourquoi je ressentais de l’affection pour lui, la majeure partie de mon enfance n’avait été que souffrances.

J’avais beau savoir que ce cheval était apprivoisé, le fait qu’elle réussisse à l’approcher si facilement, sans avoir peur, me poussait à l’admirer encore plus, décidément cette jeune femme ne cesserait jamais de m’étonner, ma copine ne cesserait jamais de m’étonner. Je continuai de la regarder faire en admirant sa beauté pour être honnête, je n’allais pas me priver de la regarder maintenant que j’étais son chéri, j’avais tous les droits de la trouver extrêmement belle et de ne pas vouloir la quitter du regard. Je me demandais même comment faisaient les autres hommes en couple pour laisser partir leurs copines, peut-être était-ce parce que ce n’est que le début mais je ne me voyais pas la voir loin de moi plus de quelques minutes à ce moment précis, j’avais bien trop besoin de sa présence pour la laisser m’échapper. Il allait pourtant falloir que je m’y fasse car en tant que chasseurs d’ombre, nous risquions très souvent d’être séparés plusieurs heures, voir toute la journée, nous avions des rôles bien trop importants pour que je fasse passer mon petit bonheur personnel au-dessus des vies des New Yorkais. Avec le temps, je réussirais à la laisser se détacher de moi, je me rattraperais sans aucun doute le soir, ne la lâchant plus sauf pour des cas d’extrême urgence.

« Il paraît évident que je ne peux rien refuser à ma chérie, donc oui je monte mon amour ! Et de ce que j’en vois, il vaut mieux car sinon je vais te retrouver au sol dans un piteux état ! Et avec tout le temps que j’ai passé dans cette maudite infirmerie aujourd’hui, il est hors de question que j’y remette les pieds, ils seraient capable de te garder une semaine juste pour une chute ! » Je montai sur le cheval d’un bond, me mettant derrière la jeune femme sans mal, prenant les rennes pour éviter qu’on finisse dans un arbre « Je reconnais que ta tentative de me flatter pour que j’accepte la balade à cheval, c’est bien joué, qui a corrompu la terrestre que j’ai rencontré il y a de cela deux mois ? Cette fille qui brillait l’innocence ! Voilà maintenant qu’elle joue de manipulation pour pousser les gens à faire ce qu’elle veut, vous vous êtes dévergondé Miss Fairchild ! Je le dirais à votre père, croyez-moi, il ne va pas du tout aimer ! » Je ne pus m’empêcher de rire après avoir dit cela, j’imaginais mal Valentin en train de m’écouter énoncer les mauvais comportements de sa fille.

J’avais donné un petit coup pour faire démarrer le cheval, à petit trot pour commencer, il s’agissait d’une balade, d’un moment de partage dans un endroit que la jeune femme ne connaissait pas, et non d’une course. Je décidai même de quitter le chemin conventionnel en partant sur l’herbe et donc les grandes plaines en marge d’Alicante, il n’y avait pas à dire, ce moment était tout simplement parfait. Moi voyant la chevelure de la jeune femme au vent avec son parfum si appréciable dans l’air, le soleil couchant donnant un air paisible au paysage, une verdure à perte de vue, une température idéale de ni trop froid, ni trop chaud et pour finir pas un bruit à part les oiseaux, la plénitude totale. Je me rendais compte de l’excellente idée qu’avait eu la jeune femme, cela se plaçait magnifiquement bien dans la suite du lac romantique et des sorbets délicieux. Je faisais tout d’ailleurs pour graver chaque image de ce moment dans ma mémoire, pour pouvoir m’en souvenir à tout moment, dans les coups durs ou même dans les moments où la jeune femme pourrait me manquer.

C’est en voyant un pommier au loin que j’eus une idée, je décidai de pousser le cheval au galop ce coup-ci dans le but de l’atteindre vite, et en plus cela me permettrait de montrer mes talents à la jeune femme. Sans ralentir, je réussis à attraper deux pommes au passage et en tendit une à la jeune femme « Pomme récoltée à la sueur de mon front mon amour, je suis sûr qu’elle sera d’autant plus savoureuse ! Je te préviens, en goûtant cette pomme, tu ne pourras plus revenir aux pommes classiques, tu voudras qu’on tienne des pommiers et que je te les attrape après ! Je t’aime mais j’ai mes limites, je ne tiendrais pas des pommiers ! » J’esquissai à nouveau un sourire en croquant dans ma pomme à moi, c’est vrai qu’elles étaient savoureuses, décidément Alicante s’était drôlement amélioré sur la nourriture, je commençais à envisager des voyages plus fréquents. « Il faudrait qu’on trouve un endroit où dormir mon bébé ! Car il y a bien les dortoirs de chasseurs mais c’est un peu spartiate et ce sont des lits individuels ! Or, nous deux, on vient de se mettre ensemble, donc je veux dormir avec toi dans un lit confortable ! Et maintenant je n’ai plus aucun manoir, le manoir Wayland est toujours à moi techniquement parlant, plus pour longtemps d’ailleurs, mais je ne m’y sens plus chez moi désormais, c’est une imposture complète ! Que dirais-tu de nous la jouer Bonnie and Clyde en rentrant dans un manoir éloigné et en s’y installant pour la nuit ? Êtes-vous assez criminelle pour cela Clarissa Fairchild ou bien choisissez-vous les dortoirs ternes et spartiates ? Je te laisserai choisir le manoir si tu acceptes ! » dit-je en lui faisant les yeux doux.





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Mar 25 Juil - 1:45
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Les joies d’être en couple avec une personne à laquelle on tient énormément, j’y avais déjà goûté. Durant les quelques semaines qu’a duré notre couple avec Simon, j’étais heureuse pour la première fois depuis longtemps. J’avais de nouveau le sourire aux lèvres malgré les pertes que nous avions essuyées les deux mois ayant précédé, malgré la perte de ma mère qui m’a profondément touché. Voir ce même sourire sur le visage de mon ancien meilleur ami suffisait à me contenter, j’étais heureuse que nous le soyons tous deux. Puis après tout, c’était quelque chose de nouveau à laquelle je n’avais pas encore expérimenté. Toutefois, malgré le sentiment de bonheur que j’éprouvais à être avec lui, je n’étais pas pour autant comblée. Une part de moi réclamait toujours plus, sa moitié qui la comblerait réellement. Il avait fallu du temps, des épreuves et des pertes pour que je comprenne qui détenait vraiment la clé de mon bonheur complet. Jace. Et maintenant que nous sommes vraiment ensemble, je ne regrette absolument pas. Cela ne fait que quelques heures à peine et pourtant, je suis plus heureuse encore que je ne l’ai été ces dernières semaines. Je n’ai aucun doute sur le fait que c’est pour lui que mon cœur battait. Et ce prémisse de couple me suffisait à me conforter dans l’idée que c’était lui et personne d’autre avec qui je veux être et passer les prochaines années à venir. Je ne laisserai jamais personne me voler ce que j’ai si durement acquis, rien ni personne ne viendra briser cela, ce bonheur dont je profiterais le plus possible.

Pour cela, j’avais même décidé d’emprunter un cheval dans un des près d’Idris. Emprunter bien entendu car je ne suis pas une voleuse et que je l’aurai rendu au propriétaire dès que possible. C’est une fois monté sur le dos du cheval, et mon regard tourné vers Jace que je remarquais que ses pensées s’étaient égarées l’espace d’un instant. Il ne m’était pas bien compliqué de comprendre vers quoi elles étaient tournées, un souvenir de son enfance à Alicante je suppose. Un souvenir sûrement douloureux même, et je m’en voulais au fond de lui rappeler pareils moments là où les miens étaient joyeux. Quand bien même l’absence d’un père m’avait manqué durant mon enfance, c’était moindre comparé à une enfance avec Valentin comme père. Mes pensées retrouvèrent l’ordre en même temps que lui. Si bien que je ne manquais pas de remarquer le regard intense qu’il me portait, presque comme admiratif. Ce n’était pas la première fois que des garçons me regardaient ainsi, mais avec lui, cela a toujours eu un effet différent, comme s’il était le seul dont le regard pouvait me toucher. Si bien que mes joues devaient s’empourprer au fur et à mesure qu’il restait silencieux avec son regard posé sur moi. Il faut dire ce qu’il en est. Jace déclenche depuis le départ des sensations étranges chez moi, des ressentis particuliers que personne d’autres n’arrivaient à me faire sentir. Il y a cette connexion entre nous deux, une connexion si puissante que même les épreuves les plus dures n’ont pas eu raison d’elle. Pour mon plus grand bonheur actuel d’ailleurs.

Sans plus attendre, il s’était glissé derrière moi pour prendre les rênes du cheval. Sa simple présence contre mon dos, sous souffle sur ma nuque nue suffisait à me faire frissonner toute entière. Je n’avais pas manqué de rouler des yeux tout en soupirant légèrement à l’écoute d’une éventuelle fin de soirée à l’infirmerie si c’était moi qui nous guidais. Bien entendu mon soupire était plus amusé qu’autre chose, et je ne prenais pas mal ce qu’il venait de dire. A vrai dire, je me demande s’il m’arrive de prendre quelque chose venant de lui vraiment mal. Encore un effet de ce magnifique jeune homme sur ma personne. Puis ce fut un rire franc qui quitta mes lèvres alors que Jace énonçait l’idée de parler de mon comportement à mon géniteur de père. Voilà l’idée plutôt amusante je devais bien le reconnaître. Mais je doute très fortement que Valentin en ait quelque chose à faire de ma personne. Après tout, je ne suis que son rejeton de fille, je n’étais clairement pas désirée. De toute façon, même s’il avait quelque chose à faire de moi, je ne le laisserai jamais occuper une telle place dans ma vie, pour moi il ne serait jamais rien de plus que mon géniteur et l’homme à abattre.

Si tôt eu-t-il donner un petit coup de talon au cheval que celui-ci démarrait au trot. Je me laissais porter par le cheval, admirant les merveilleux paysages des plaines d’Idris, ses montagnes à la frontière, la cité de Verre brillant de mille feux sous les derniers rayons du Soleil. L’arrière de ma tête venait se reposer sur le torse musclé de mon merveilleux petit ami, afin de savourer son contact. Je ne manquais pas de sentir son effluve baignant l’air, une odeur si reconnaissable à présent et qui m’évoquait la sécurité et le bien-être. Il m’était aussi impossible de ne pas venir jeter des coups d’œil furtifs au jeune homme, admirant ainsi sa beauté si parfaite. Il était impossible d’entrer dans une pièce où il était sans remarquer sa splendeur. Je n’avais jamais vraiment fait attention aux hommes, mais lui, c’était comme si il attirait les regards même quand il ne le voulait pas. Autant dire qu’avant, j’étais jalouse de voir celui des femmes se tourner vers lui avec envie. Alors maintenant que je suis sa petite amie, ma jalousie risque de redoubler d’intensité. Seulement, je pourrai me permettre de leur fermer leurs bouches baveuses en l’embrassant passionnément devant elles, montrant ainsi que j’étais sa petite copine que je ne comptais nullement le lâcher. Tout comme je ne comptais pas oublier ce moment si parfait. Même si il ne serait que le premier d’une série que je veux des plus longues.

Soudain sans comprendre ce qui arrivait, le cheval se mit au galop. Me redressant un peu à regret, je regardais autour de nous surprise par ce revirement de situation. Ce n’est qu’à l’approche d’un arbre au loin que je reconnus comme étant un pommier que je commençais à cerner les intentions de mon amoureux. Toutefois, je ne m’attendais pas un instant à ce qu’il attrape deux pommes aussi aisément dans un pommier tout en restant au galop. Il n’avait même pas peiné un instant pour cela. Les yeux grands ouverts, je m’étais mise à sourire grandement tout en me saisissant de la pomme qu’il me tendait alors qu’il ralentissait le cheval à présent. Je m’étais aussitôt retournée sur le cheval avec la plus grande précaution afin de ne pas tomber, mais pour ainsi lui faire face. Mon regard plongé dans ses yeux, j’avais eu du mal à ne pas rire en l’écoutant parler. C’était tellement bon de l’entendre s’ouvrir de la sorte, de se laisser aller à l’humour ainsi. Je m’étais mise à sourire d’autant plus grandement avant de lui répondre. Je croquais avant dans ma pomme, poussant ensuite un petit soupire de plaisir. Il fallait bien reconnaître que son goût était des plus délicieux et que je n’avais jamais mangé pareille pomme. Je me décidais alors à répondre avec un air amusé sur le visage « Je ne doute pas un instant de l’excellence d’une pomme attrapée avec tant de talent. Vraiment ? Mais comment vais-je faire moi qui voulais te voir chaque matin nous cueillir des pommes de la sorte ? ». Me mordant la lèvre, je venais effleurer mes lèvres contre les siennes avant de murmurer, mon regard perdu intensément dans le sien « Puis j’aurai pu te récompenser pour ce dur labeur… de cette façon pour commencer mon amour... » dis-je avant de venir embrasser ses lèvres avec le plus de passion possible et amoureusement tout en caressant sa nuque pour l’intensifier doucement. Arborant un petit sourire en coin, je venais me perdre à nouveau dans ses yeux intensément, reculant que très légèrement la tête « Mais je trouverais bien pleins d’autres raisons de t’embrasser de la sorte mon coeur. ».

Le Soleil avait disparu et la Lune était déjà bien haute dans le ciel tout juste étoilée quand il énonça l’idée d’un endroit pour dormir. Il me fallait reconnaître que l’idée de dormir dans un dortoir avec d’autres personnes, dans un lit loin de Jace ne m’emballait strictement pas. J’avais envie de me lover dans ses bras, de dormir pour la première fois ensemble l’un contre l’autre comme le couple que nous sommes à présent. Je comprenais totalement pourquoi il se refusait à dormir dans le manoir des Wayland, j’aurai été pareille à sa place. Alors quand il énonça l’idée de voler pour la nuit un manoir inhabité et de nous la jouer tels des criminels, je n’allais pas dire non. D’autant plus qu’avec lui, c’était horriblement excitant. Et puis, il avait la parfaite façon de me le proposer, comment dire non quand l’homme qu’on aime plus que tout au monde nous fais les yeux doux de la sorte ?

Avec un grand sourire, je me décidais enfin à répondre à sa supplique « Comment puis-je te refuser quoi que ce soit quand tu me regardes ainsi et me le demandes de la sorte mon bébé ? Bien entendu que je veux passer ma nuit avec toi, dans tes bras, mon visage dans ton cou. Je ne veux en aucun cas entendre les ronflements des autres chasseurs alors que je pourrais entendre le doux battement de ton cœur qui me berce la nuit. Alors oui. Clarissa Fairchild préfère mille fois entrer par effraction dans un manoir que gâcher cette première nuit en amoureux. Même si mon cher géniteur de père risque de désapprouver que vous me dévergondiez de la sorte mon cher Clyde. » avais-je dis en rigolant cette fois. Comme il l’avait énoncé plus tôt dans la soirée, je m’en fichais totalement de l’avis de Valentin. C’était plutôt pour faire un parallèle avec ce qu’il m’avait dit tout à l’heure. Puis moi j’aimais beaucoup l’idée qu’il soit mon Clyde et moi, sa Bonnie.

Sans hésiter une seconde, je lui volais un nouveau baiser amoureux et complice avant de me retourner sur le cheval pour prendre cette fois-ci les rênes. Donnant un petit coup de talon sur son flanc, je le faisais reprendre le trot en direction des éventuels manoirs inhabités. Perché sur ce qui semblait être une petite colline, j’observais les étendues de verdure à l’horizon avant de repérer un manoir au bord d’une rivière. Le cadre avait l’air parfait, entouré d’arbres, éloigné de tout, absent de toutes lumières illuminant la demeure, c’était sur celui-ci que mon choix s’arrêtait. Montrant la demeure du doigts tout en arborant un sourire, je lui lançais « Ce sera notre demeure pour la nuit mon amour. » Donnant un nouveau coup de talon, je faisais partir l’animal au galop cette fois, essayant de me maintenir en équilibre sur ce dernier alors que nous approchions rapidement de la demeure choisie.

Arrivé devant la vaste bâtisse de pierres dorées, je m’apprêtais à descendre de cheval, mais Jace avait déjà sauté et me tendait les bras pour me recevoir. Je n’hésitais pas un instant avant de sauter dans ceux-ci tout en souriant grandement avant qu’il ne me repose pieds à terre « Je vais finir par prendre goût à tant de galanterie mon amour. ». Mon regard se posa sur le cheval juste à côté de nous et je décidais de le libérer de ses fonctions en ôtant ses rênes pour qu’il retourne dans son près. C’est ce qui était bien avec les cheveux d’Idris de ce que j’en avais lu dans les livres, ils connaissent leurs propriétaires et savent toujours retourner là d’où ils viennent. Je reportais enfin mon attention sur mon petit ami, me noyant dans ses iris verrons que j’aimais tant avant de me mordre la lèvre « Mais j’y pense mon cœur, comment va-t-on entrer dans ce manoir sans qu’une quelconque alarme magique ne retentisse et nous repère ? ».

Sans prendre le temps de me répondre, il se reculait de moi en arborant un sourire malicieux sur ses lèvres. Je ne comprenais pas encore ce qu’il s’apprêtait à faire. Et c’est là que je le vis faire un salto arrière des plus impressionnants, non impossible en fait. Il venait d’atteindre le balcon de la demeure sans un mal, là où personne ne pouvait réussir quelque chose d’aussi fou. Comment était-ce possible ? Je savais que Jace était un excellent chasseur, qu’il avait plus de sang d’ange que les autres chasseurs à égalité avec moi, mais tout de même. Perdue dans mes pensées, je n’avais pas remarqué qu’il s’était engouffré dans la bâtisse. Reprenant mes esprits je criais « Mon cœur ? Tout va bien ? » demandais-je avec appréhension, de peur qu’il se soit fait mal. Je m’étais aussitôt précipitée à la porte du manoir prête à la défoncer s’il fallait pour aller le chercher là-haut quand celle-ci s’ouvrit sur lui. Mais avant de pousser un soupir de soulagement, se fut un hoquet de surprise qui s’échappa de mes lèvres. Il était debout devant moi, parfaitement bien, un grand sourire fier de lui sur les lèvres. Mais ce n’était pas le plus choquant non. C’était le fait que ses yeux brillaient, ils étaient à présent d’une couleur dorée comme je n’en avais jamais vu. Que lui arrivait-il ? Je venais aussitôt me précipiter vers lui, l’examinant avec une inquiétude palpable dans ma voix alors que mon regard se faisait presque effrayé « Tes yeux… ils sont dorés Jace. Comment c’est possible ? Tu te sens bien au moins ? Que t’arrive-t-il ? Tu n’as rien de cassé mon bébé ? Et ce saut ? Comment as-tu pu sauter de la sorte, c’est impossible même pour toi qui est vraiment le meilleur d’entre nous. ». L’explication serait peut-être bête, je n’en sais rien. Seulement c’était plus fort que moi, la peur qu’il lui arrive quelque chose, la peur de le perdre était bien trop forte. Dès qu’il s’agit de lui, je perds mes moyens, je ne réfléchis plus posément et je deviens fébrile. Tout ce que je pouvais avoir besoin à cet instant, c’est qu’il me rassure, qu’il me prenne dans ses bras et qu’il me dise que ce n’était rien, que tout irait bien.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Mer 26 Juil - 18:52
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Qu’est-ce que l’amour ? C’est vrai après tout, qu’est-ce que l’amour dans son exactitude ? Toutes les définitions du monde, toutes les interprétations sont très abstraites. L’amour est comme une rivière selon moi, le jour où cette rivière se crée en vous, elle entraîne beaucoup de choses dans son sillage. On découvre la jalousie, ce sentiment qui nous pousse à haïr des inconnus dès lors qu’on croit qu’ils s’intéressent à la personne qu’on aime. Le manque, cette sensation où une personne obnubile vos pensées au point où vous ne pouvez rien faire d’autre, et n’avez qu’une envie : la voir. La joie, se sentir parfaitement bien en compagnie de l’autre au point de vraiment ressentir le bonheur. Mais tout ceci, ce ne sont que les points positifs, il y a aussi la tristesse, de perdre la personne qu’on aime, soit par la mort ou soit par rejet. La souffrance de la voir dans les bras d’une autre personne, souriante et heureuse alors que vous, vous ne voulez qu’elle. Pourquoi je dis tout cela ? Tout simplement parce qu’on voit trop souvent le côté positif de l’amour, je peux dire honnêtement que l’amour m’a fait plus souffrir que ressentir du bonheur. Et même si maintenant je suis enfin avec la femme que j’aime, cela ne compense pas toutes ces fois où j’ai souffert de la voir loin de moi, dans les bras d’un autre. Cependant je trouvais mon lien avec Clary parfait comme cela, avant d’être un couple, nous avions aussi cette connexion qui nous permettait de nous amuser tous les deux d’un rien, enfin c’était surtout moi qui en rajoutait à chaque sujet. Là par exemple, nous nous amusions sur mon anecdote avec le pommier et moi pour récolter. Je m’étais amusé à dénigrer ce rôle, mais quand je regardais la jeune femme dans les yeux, je m’imaginais parfois loin de tout cela, elle et moi, dans une maison au calme à tenir une ferme par exemple. Certes arrêter le combat serait très difficile pour moi, mais je l’aimais elle bien plus encore, et la savoir heureuse, me savoir heureux serait bien suffisant à compenser. Cependant je ne me voyais pas lui parler de cela, cela impliquait beaucoup trop de changements, c’était un projet irréalisable, un rêve de fou va-ton dire. Pourtant je me souviens parfaitement des moments où Valentin m’emmenait à cette cabane qu’il possédait dans les bois, être à l’écart de tout, rien que nous deux, cela me faisait quelque chose, comme si je pouvais être quelqu’un d’autre, plus Jace le chasseur, mais Jace l’homme avant tout.

C’est lorsqu’elle m’avait embrassé avec passion, que j’avais pensé à un sujet crucial mais en même temps délicat : les ébats sexuels. Je me rendais compte que je n’avais jamais parlé de cela avec la jeune femme, je ne savais pas du tout si elle avait déjà effectué sa première fois, et si c’est le cas, avec qui. Rien que de penser à Simon dans ce domaine, il fallait que je pense à autre chose sous peine d’exploser. Moi dans mon cas, il paraissait évident que j’avais déjà fait ma première fois, j’avais une fille après tout. Je ne savais pas comment parler de ce sujet à la jeune femme, je ne voulais rien précipiter, je voulais aller à son rythme, j’étais prêt à attendre le temps qu’il faut pour qu’elle se sente prête avec moi. J’avais enfin tout ce que je voulais, c’était son amour que je voulais, et non son corps comme une personne en manque, je n’étais donc en rien pressé, cela arriverait au moment opportun sans aucun doute. Le désir est l’une des émotions les plus fréquentes de la vie d’une personne, on peut désirer bien des personnes à la fois, tout simplement parce qu’il existe beaucoup de beautés différentes dans ce monde. Cependant, lorsque l’on ne désire pas seulement une personne, mais qu’on l’aime en plus, ce désir devient très accru, comme si vous ne voyez qu’elle, comme si vous ne voulez qu’elle. Alors sentir les baisers passionnés de la jeune femme contre mes lèvres créait un désir en moi vraiment très puissant, un désir que je parvenais à peine à maîtriser. Encore une preuve que l’amour est le sentiment le plus étrange, j’ai connu beaucoup de femmes et pourtant aucune a fait monter un tel désir en moi, absolument aucune. Certaines s’en sont rapprochés mais aucune ne m’a fait perdre la tête comme le fait cette jolie rousse. C’est comme plonger dans un jacuzzi très chaud, vous savez que si vous y mettez les pieds dedans, vous ne voudrez plus en sortir, que la force d’attraction sera trop intense. Je ressentais exactement la même chose avec les lèvres de la jeune femme, ma raison me disait de ne pas lui rendre les baisers sous peine de perdre le contrôle, mais mon amour pour elle me poussait à vouloir toujours plus de ses lèvres, clairement un cercle vicieux cette histoire.

Elle avait en plus accepté mon idée excentrique consistant à entrer par effraction dans l’un des manoirs libres d’Alicante. Tout comme moi, elle voulait qu’on passe cette soirée rien que nous deux, qu’on renforce notre cocon d’amour après cette journée de mise en couple, après cette journée extraordinaire. Personne n’avait le droit de nous reprocher de vouloir profiter de notre nuit ensemble, après tout ce que nous avions traversé, nous l’avions amplement mérité. On pouvait nous reprocher par contre d’entrer par effraction dans la propriété de quelqu’un. Bien que la politique immobilière d’Alicante soit compliqué, des propriétés peuvent être reprises en fonction des agissements de la famille et donc de leur degré d’honneur pour les autres chasseurs. Par conséquent il pouvait être possible que la maison choisie n’appartienne à personne, il était possible qu’elle soit juste la propriété de l’Enclave, dans tous les cas cela ne changeait rien, je ne me sentirais absolument pas coupable. Je trouvais que je méritais au moins cela vu tout ce que j’avais fait pour l’Enclave ces dernières années, sans compter l’emprisonnement par erreur à la Cité des Os, juste parce qu’ils me prenaient pour le fils de Valentin. Je laissai évidemment la jeune femme choisir, je crois bien qu’avec cette merveilleuse journée, j’étais prête à lui accorder tout ce qu’elle voulait sans même m’en rendre compte, j’étais littéralement sur un petit nuage, épanoui comme jamais. Elle ne mit pas longtemps à choisir et je dois dire que j’adhérais à son choix, la maison avait vraiment l’air charmante, lugubre pour l’instant vu qu’elle était plongée dans le noir mais charmante d’aspect. De plus, le fait qu’elle soit éloignée nous protégeait de tout risque de se faire attraper ou repérer, ce qui était un bonus non négligeable. Je venais encore d’avoir ce cliché dans la tête, de la jeune femme et moi dans une maison au calme, décidément Alicante produisait des changements bizarres en moi, comme si je venais de comprendre que mon for intérieur envisageait peut-être une autre vie, une vie loin des combats, une vie de calme et d’amour. Pourtant je savais que j’y perdrais une grande partie de moi-même, chasseur d’ombre n’était pas juste un rôle ou une obligation comme pour certains, c’était une réelle vocation pour moi. Valentin ne s’était pas trompé, j’étais fait pour être une arme, un soldat, la guerre me plaisait et je me délectais de chaque combat.

J’avais souri lorsque la jeune femme m’avait parlé de galanterie, je trouvais cela tout à fait normal moi, je m’étais toujours conduit comme ça avec tout le monde. Je me souvenais même d’une fois où Izzy surveillant Max s’était endormi près de lui, Alec s’était chargé de porter Max jusqu’à sa chambre, moi je m’étais chargé d’Isabelle, cela m’avait paru tout à fait normal. Même mes conquêtes d’un soir avaient toujours eu le droit à la même galanterie que pour quiconque, je ne faisais aucune différence, sans doute parce que pour moi, la femme était un trésor qu’il fallait choyer. Je ne l’avais jamais dit à personne, mais je trouvais la femme bien plus utile que l’homme dans ce monde, tout d’abord cette pureté, la plupart des femmes possèdent une pureté d’âme qui rend ce monde bien plus lumineux. Je ne dis pas que toutes les femmes méritent cette attention particulière mais la plupart que j’ai rencontré, le méritaient. Tandis que les hommes, c’est différent, je ne m’enlève pas du lot pour autant, nous sommes beaucoup plus dans nos besoins à nous, et même si on se soucie des autres un minimum, c’est parfois pour de mauvaises raisons, des raisons cupides. Je m’étais douté qu’elle me demanderait comment nous allions entrer dans cette demeure, j’y avais bien réfléchi et j’avais pensé à un plan. Un plan qui consistait d’ailleurs à montrer mon nouveau pouvoir à la jeune femme, le pouvoir d’activer les runes sans stèle, après tout elle n’était pas dans cette ruelle et n’avait pas pu le voir. Et puis, frimer devant sa chérie, c’est un peu le but non ? Vouloir qu’elle nous regarde avec des étoiles plein les yeux en se disant que son copain, c’est le meilleur, tous les garçons veulent ça. Je l’avais donc regardé avec un léger sourire au coin des lèvres avant d’activer ma rune d’agilité de moi-même, je fis ensuite un salto arrière pour atteindre le balcon du premier étage de la bâtisse. Je fis ensuite glisser la fenêtre pour m’engouffrer à l’intérieur discrètement, j’avais misé sur le fait qu’aucun chasseur ne prendrait la peine de fermer les fenêtres de l’étage, et j’avais eu totalement raison. Il faut dire qu’Alicante est une ville où la sécurité est à son maximum donc personne ne craint une réelle effraction, ce qui est bien pour nous.

Je venais de me cogner pile au moment où la jeune femme avait parlé, je n’avais pas fait attention, en d’autres circonstances, j’aurais sûrement rouspété contre elle, mais comme je l’avais énoncé plus tôt, j’étais bien trop épanoui pour cela, je ne ressentais aucune colère de toute sorte. Cependant ce manoir est un véritable labyrinthe, déjà parce que la pièce où j’avais atterri, était une chambre d’enfants pas rangé avec plein de jouets par terre. Mais aussi parce que je m’étais trompé deux fois de chemin, arrivant dans la salle de bains et dans la chambre parentale juste après. Il faut dire que mettre une porte à un couloir qui donne à l’escalier de la maison, c’est une bonne idée pour faire perdre les gens. Cette maison était réellement mal agencé, mais bon on ne demandait pas réellement à ce qu’elle le soit, tout ce qu’on voulait, c’est un coin tranquille pour être rien que tous les deux. Une fois l’escalier trouvé, je me laissais descendre jusqu’en bas, à une allure moyennement rapide tout de même vu que la jeune femme devait s’impatienter devant la porte.

Et dire que je pensais avoir joué les petits-amis inquiets à la sortie du lac, comparé à la jeune femme, j’étais encore loin du compte, un petit joueur sans aucun doute. Elle venait non seulement de m’impressionner par le débit de paroles qu’elle avait énoncé, mais aussi par le nombre de questions, nul doute que mon petit numéro n’avait pas du tout eu l’effet escompté, l’effet du « Waouh, mon copain c’est le plus fort ». Mais néanmoins je trouvais toute cette inquiétude mignonne, touchante, car cela traduisait à la perfection son attachement pour moi, son amour pour moi. Elle avait réagi exactement comme Tanya maintenant que j’y pensais, deux femmes tenant à moi avaient réagi par l’inquiétude. Il était peut-être temps que je me pose des questions, j’avais pris cette histoire à la légère en me disant que c’était forcément une bonne chose d’avoir un tel pouvoir. Mais je n’avais pas pensé une seule fois aux conséquences possibles, après tout j’avais obtenu ce pouvoir par le biais d’une expérimentation, en étant le cobaye de Valentin, est-ce qu’un beau jour je n’allais pas en subir les séquelles, il n’y avait rien de naturel là-dedans.

Je ne pus m’empêcher de venir la tirer contre moi pour l’embrasser passionnément. « Tu sais que j’aime quand tu t’inquiètes pour moi mon bébé, c’est tellement craquant ! J’ai découvert ce pouvoir lors de l’affaire du Guide, Isabelle était en danger, j’ai réussi à activer ma rune de vitesse sans stèle et je l’ai sauvé ! Toi, tu peux voir des runes qui n’existent pas, moi je peux activer des runes sans stèle, bienvenue à la foire aux monstres mon cœur ! Donc je t’assure que je vais très bien, pour être honnête je pensais t’épater avec le saut et mes yeux, mais c’est raté ! Rentre en tout cas, mission accomplie ! ». Il est vrai que j’étais un peu déçu de sa réaction, enfin pas vraiment déçu non plus, mais j’aurai espéré un peu d’excitation de sa part et pas seulement de l’inquiétude, c’était quand même quelque chose d’exceptionnel. Je fermai la porte derrière nous, avec le verrou évidemment, il fallait remettre la porte comme on l’avait trouvé. Puis dans un souci à ce qu’on ne voit pas les lumières de l’extérieur, je fermai tous les volets du salon, ainsi nous pourrions profiter sans risque de se faire surprendre.

Je vis ensuite la cheminée et aussitôt une idée me vînt à l’esprit, je n’aurai sans doute plus l’occasion de faire un feu de cheminée de sitôt. De plus, il s’agissait de notre première soirée romantique, quoi de mieux qu’un feu de cheminée pour la rendre parfaite. Je commençai donc à la préparer, mettant du journal, ainsi que du bois, puis avec ma stèle, je traçai la rune de chaleur dessus, l’allumant aussitôt. Je pris ensuite une couverture que je trouvais bien plié sur le canapé, et la déroulait devant la cheminée pour faire un nid douillet, je rajoutai plusieurs coussins pour le confort. Puis je fis venir la jeune femme et la fit s’allonger près de moi devant la cheminée, regardant le crépitement des flammes avec fascination « Tu fais de moi le plus heureux des hommes Clary, j’ai l’impression de revivre, comme si un Jace mourrait et un nouveau prenait sa place, un plus heureux, épanoui, qui a fini de souffrir ! » Je tournai ensuite la tête vers la jeune femme et posai mon front contre le sien, embrassant ses lèvres tendrement « Je t’aime éperdument Clarissa Fairchild, et à partir de ce moment, je te le prouverai chaque jour de ma vie ! »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Mar 1 Aoû - 17:05
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Avant d’entrer dans le monde obscur, je ne me rendais pas compte que la vie pouvait être aussi complexe et éprouvante. Je vivais dans un petit quartier tranquille avec ma mère. J’étais entourée de ma famille composée d’elle, de Luke et de Simon. Je m’apprêtais à intégrer une école d’arts huppée et enfin exercer ce que je sais le mieux faire : dessiner. Je ne pensais pas que du jour au lendemain, tout basculerait comme cela a été le cas il y a quelques mois. Je n’aurai jamais imaginé que les dessins que je faisais sur mes carnets de croquis existaient bel et bien. Pourtant, tout ce que j’avais cru de l’ordre de l’imagination existait bel et bien, cela n’avait jamais été une pensée mais bien une réalité. Ma vie a totalement basculée dès lors, en bien comme en mal. Les épreuves furent des plus dures à affronter pourtant je m’en suis toujours relevée, quand bien même des morceaux de moi-même se détachaient après certaines. La mort de ma mère m’a laissé une marque indélébile, que je ne pourrai jamais oublier. Je ressentirai toujours de la peine, de la douleur et de la colère pour sa perte. Mais malgré cela, je me suis relevée, j’ai continué à me battre pour ce que je pensais juste, j’ai continué à vivre tout simplement. Et cela grâce à mes amis et ceux que j’aime. Même si je n’en parle pas forcément, leur simple présence me suffit à aller mieux. Jace joue un grand rôle là-dedans et l’a toujours fait. Etre dans ses bras me suffit à me sentir en paix l’espace d’un instant, sentir son cœur battre à mon oreille suffit à me calmer, son parfum suffit à me plonger dans une bulle qui me permet de tout oublier durant un moment. Pour dire vrai, c’est grâce à lui que je me sens vraiment bien, c’est en sa compagnie que j’oublie mes soucis. Et maintenant que je peux enfin être vraiment avec lui, je me sens réellement mieux, j’oublie mes peines et mes doutes. J’ai besoin de lui pour me sentir pleinement vivante tout simplement.

Autant dire qu’aujourd’hui était la journée tout simplement parfaite. Certes je m’étais beaucoup inquiétée pour Jace. Certes j’avais parcouru le monde, littéralement, pour le retrouver et m’assurer qu’il allait bien. Mais cela n’égalerait jamais le bonheur que j’ai pu ressentir quand il m’a avoué m’aimer en retour tout autant que je peux l’aimer pour lui. Toutes les peines, les inquiétudes, les regrets se sont volatilisés au même instant que les mots traversaient ses douces lèvres. Et même s’il nous était impossible de rester dans cette bulle éternellement, même si nous devions rentrer à New York demain, je comptais bien profiter de chaque instant jusque-là pour être avec lui, profiter de notre nouvelle vie et des bonheurs qui se profilent à l’horizon. C’était d’ailleurs ce que nous faisions depuis le départ, à nous baigner dans l’eau du Lac Lynn, à manger des glaces aux goûts exquis, à faire une balade à cheval tous les deux en profitant du paysage somptueux d’Idris et d’une nuit dans une maison de campagne qui ne nous appartient pas.

Seulement, malgré tous les bénéfices que pouvaient avoir notre moment à deux comme chasser les idées noires, celles-ci revenaient au galop à l’idée qu’il aille mal. C’était plus fort que moi, quand je l’avais vu sauter de la sorte jusqu’à l’étage de notre maison d’emprunt, quand je l’avais vu m’ouvrir avec les yeux dorés, la peur de le perdre m’avait de nouveau assaillie. C’était sûrement rien au final, mais pourtant la seule pensée que j’avais en tête et celle que cela pouvait être dangereux pour lui, que je pouvais le perdre à peine étions nous enfin unis. Fort heureusement pour moi, mes doutes se dissipèrent au fur et à mesure que ses lèvres venaient baiser les miennes passionnément et ses mains tenir fermement mon dos. Je m’étais empressée de répondre à son baiser tout aussi passionnément, baladant mes mains amoureusement dans sa chevelure soyeuse tout en pressant mon corps contre son torse musclé alors que mes yeux se fermaient pour savourer chaque instant de se baiser, s’imprégner de tous les sens sollicités. Ce n’est qu’au bout d’un moment que je rouvris les yeux avant de poser mon front contre le sien, reprenant mon souffle alors que mes yeux se perdaient intensément dans ses yeux verrons. J’avais écouté avec attention son discours, et je comprenais alors que c’était son équivalent de mes runes créées, je me sentis aussitôt soulagée mais mon regard ne s’en faisait pas moins intense dans le sien « Je m’inquiéterai toujours pour toi, jusqu’à mon dernier souffle mon amour. C’était une véritable prouesse alors ce que tu as fait. Ce pouvoir, il est fantastique vraiment. Tu imagines tout ce que tu peux faire avec ? Tu peux tout faire sans avoir besoin de stèle, en cas de combat imprévus, de stèle cassée et j’en passe, c’est fantastique ! Mais tu n’es pas un monstre pour moi, et tu ne le seras jamais mon cœur.. » Je marquais une courte pause avant de venir l’embrasser à nouveau avec tout autant de passion et d’ardeur avant de venir effleurer mes lèvres contre les siennes tout en souriant d’un air amusé, la peur et l’inquiétude étant passées. J’avais remarqué qu’il semblait déçu de ma réaction, et je le comprenais. Il pensait m’épater et à la place, il a eu le droit à une petit amie morte d’inquiétude. « Je sais que c’est un peu tard pour te dire cela. Mais tu m’as pourtant bel et bien épatée mon amour. Il faut reconnaître que ton saut était vraiment très impressionnant. Non, impossible en fait. Je dois reconnaitre que j’étais vraiment très impressionnée en plus d’être inquiète je te l’accorde. Et il me faut aussi dire que tes yeux… » Elle glissa son doigt délicatement sur sa joue tout en susurrant « Ce doré… c’est vraiment parfait sur toi.. Cela ne fait que diviniser un peu plus ta beauté. » lançais-je avant de le suivre à l’intérieur, le laissant verrouiller la porte et clore les volets de la maison.

Remarquant la cheminée au même moment que lui, je me suis mise à penser la même chose que mon amoureux, à croire que nous étions connectés plus que de raison. Il faut dire quoi de plus plaisant que de s’allonger devant un feu de cheminée, sur peau de bête, rien que tous les deux, dans les bras l’un de l’autre ? Cela faisait très film romantique mais je m’en fichais, c’était exactement ce que je voulais. Je l’avais regardé allumer ce feu de cheminé comme si c’était des plus simples à faire, et c’était vraiment le cas quand on le voyait réaliser une telle tâche. Il faut dire aussi que Jace m’impressionne dans tout ce qu’il peut faire, et je ne pense pas que cela changera un jour, c’est même impossible à y songer plus attentivement. Sans le quitter des yeux, j’avais quant à moi parcouru un peu le rez de chaussé de la demeure pour voir s’il y avait des choses intéressantes. C’est là que je vis un petit objet que je n’eus pas de mal à reconnaître, en ayant déjà utilisé un quand j’étais plus jeune alors que je fouillais les cartons dans le garage de Luke. J’avais aussitôt pris ce dit objet pour venir le poser près du canapé, là où Jace installait actuellement la couverture qui ferait office de peau de bête dans notre vision du film romantique.

Mais à peine eu-je posé l’objet de façon à ce que Jace ne le voit pas encore, qu’il m’attrapait par la hanche pour m’attirer contre lui sur cette couverture à même le sol. J’avais gloussé en le sentant faire, me laissant totalement aller alors que je venais me coller contre lui davantage, posant ma tête à cheval sur son épaule et la pile de coussin, ne manquant pas de regarder avec attention le crépitement des flammes qui me réchauffaient déjà fortement. Je me sentais parfaitement bien contre lui à ce moment précis. Certains auraient relevé l’inconfort d’un sol dur au dépit d’un matelas moelleux, mais moi je m’en fichais bien. Je ne ressentais pas la dureté de notre installation, je ne ressentais que la douceur de ses bras m’enlaçant doucement puis celles de ses paroles et de son baiser. Mon front toujours collé contre le sien, je le regardais dans les yeux intensément, mon regard trahissant sûrement tout l’amour que je pouvais ressentir pour lui, alors que j’effleurais ses lèvres des miennes délicatement « Je suis désolée que tu ais du à endurer de la souffrance par le passé, je m’en veux d’avoir eu une part dans cela mon amour. Mais sache qu’à l’heure d’aujourd’hui, je ne te serai plus jamais source de douleur et de tristesse. Je compte bien te rendre heureux comme jamais tu ne l’as été et cela pour le restant de mes jours. Je veux lire le bonheur dans tes yeux, je veux voir ton magnifique sourire sur tes lèvres chaque matin, chaque jour. Je veux sentir ton cœur battre fortement dans ta poitrine parce qu’il vivra le bonheur, je ne veux pas l’entendre battre de douleur. Je veux te montrer chaque jour un peu plus que je t’aime plus que tout au monde Jace Lightwood. Je me battrai pour nous et cela pour le restant de mes jours. ».

C’était le moment parfait pour réaliser ce que je voulais faire tout à l’heure. Je me détachais un peu de ses bras à regret pour aller attraper l’objet que j’avais récupéré tout à l’heure de sur le côté du canapé. Revenant à ma place, non pour être plus précise, à cheval sur ses hanches, je cachais alors derrière moi celui-ci alors que mon regard venait se perdre intensément dans ses yeux bleus et marrons, mon sourire ne se faisant que plus grand encore « Comme tu le sais mon cœur, pour avoir vu mes carnets de croquis, j’ai énormément de dessins de toi, et ce dans beaucoup de circonstances différentes. Seulement, je n’ai que des dessins de toi, et parfois même de toi et moi. Bon ceux-ci je reconnais que je te les ai cachés car je ne savais pas comment tu réagirais. Mais bref là n’est pas la question. Je veux graver ce moment tous les deux, ce début d’une nouvelle vie dans ma mémoire dans mes souvenirs, et je ne veux plus avoir que de simples croquis de nous alors pardonne moi d’avance.... » Je sortais l’appareil photo polaroïd de derrière mon dos et tendis le bras sur le côté avant de lancer d’un sourire amusé « Mais j’espère que tu aimes les photos mon bébé ! ». Je ne lui laissais même pas le temps de réagir que je venais l’embrasser amoureusement et passionnément tout en appuyant sur le bouton de l’appareil photo qui se déclenchait aussitôt, libérant ainsi une photo d’eux deux, la première d’une longue série que je comptais bien faire. Je comptais vivre pleinement notrerelation et avoir tous les souvenirs possibles de nous deux, pour pouvoir tout revoir quand nous serons plus vieux. Posant mon front contre son front à nouveau tout en gardant mes lèvres presque contre les siennes, je souriais d’un air innocent avant d’oser demander « Tu ne m’en veux pas pour la photo surprise j’espère mon amour ? », ma main libre venant doucement caresser sa joue gauche alors que je tenais toujours fermement l’appareil photo dans mon autre main, n’ayant pas encore admiré le résultat, je préférais m’assurer qu’il ne m’en voulait pas pour cet instant photo surprise.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Jeu 3 Aoû - 17:03
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Elle avait raison, si je réussissais à vraiment maîtriser ce pouvoir, son implication dans mes combats serait incroyable. Je pourrais réactiver mes runes juste par la volonté sans n’utiliser aucune stèle, plus de perte de temps et une efficacité redoutable. Cependant il paraissait évident que cela ne pouvait pas être si facile, il devait avoir forcément un revers à la médaille, par exemple une fatigue intense au bout de plusieurs utilisations de suite. Après tout, cela n’avait rien de normal ce pouvoir, il paraissait donc peu probable que je puisse en activer six de suite par exemple sans ressentir aucune fatigue, j’allais devoir pousser l’expérience jusqu’au bout pour voir les limites de ce pouvoir. Elle trouvait vraiment que je n’étais pas un monstre, avec ce que j’arrivais à faire maintenant ? Pourtant c’était bel et bien ce que j’étais devenu, cela n’avait rien de naturel, je n’étais qu’une expérience de laboratoire limite, une expérience réussie mais une expérience quand même. Cependant je pensais exactement la même chose la concernant, elle était loin d’être un monstre, son pouvoir était juste incroyable, le pouvoir de créer des runes, on ne peut pas faire mieux que ça. Terrasser un démon de la paume de la main, rendre inerte un des Instruments Mortels, rien que cela lui accordait un sacré palmarès. Le saut n’avait rien d’extraordinaire pour moi, j’avais toujours réussi à faire des prouesses comme celle-là depuis mon adolescence. Maintenant que j’y pensais, il y avait peut-être un rapport avec mon apport de sang d’ange, il m’avait donné un pouvoir mais il était possible qu’il ait augmenté aussi mes capacités naturelles, d’où le fait que je sois plus fort que tout le monde. Lorsque je le voulais, personne n’arrivait à me battre, si je me donnais sérieusement dans un entraînement ou un combat, j’étais à chaque fois sûr de finir vainqueur La preuve est que j’avais réussi à débarrasser tout un nid de vampires avec simplement un bâton cassé, un bâton que j’avais pris sur les lieux dans le feu de l’action. Je ne connaissais personne à part moi capable de faire cela, même Alec n’aurait pas réussi sans arme, il avait beau être mon parabatai, je me savais plus fort que lui depuis longtemps. Cependant je reconnaissais son haut niveau tout de même, et il est possible que sans mon sang d’ange, il aurait été plus fort que moi, mais ça on ne le saurait jamais.

Le doré, le même doré dont m’avait parlé Tanya dans cette ruelle contre ce fameux Guide. Cela me donnait vraiment envie de voir à quoi je ressemblais avec, ce que cela faisait à mes yeux. Il allait falloir que j’en active une devant mon miroir ou toute autre source de reflet, il était très facile d’activer ce pouvoir maintenant. Et comme je le supposais, cela ne devait être qu’au bout de plusieurs activations de suite que je ressentais un effet. Autrement dit je ne risquais absolument rien à en activer une ou deux même pour m’amuser, par exemple celle de vitesse pour faire la course avec la jeune femme ou bien celle de souvenir si je veux me souvenir d’un moment en particulier. Une pensée assez amusante avait néanmoins traversé mon esprit lorsqu’elle m’avait dit que cela ne faisait que diviniser ma beauté, le fait que ce nouvel atout m’aurait permis de séduire encore plus de femmes si je l’avais voulu, des yeux dorés, aucune femme n’aurait pu résister. Je serais passé du mec très sexy au niveau de légende, cependant je ne regrettai nullement d’être avec la jeune femme rousse, car mon cœur allait enfin être comblé, je ne pouvais rien demander de plus. La déclaration qu’elle venait de me faire, avait eu pour effet de faire battre plus vite mon cœur, lui faire battre la chamade comme on dit. Comment voulez-vous ne pas craquer lorsque la femme que vous aimez, vous dit tout cela ? C’est impossible, et c’est surtout très addictif, un peu comme prendre une seule chips, une fois que vous avez commencé, vous en voulez toujours plus, c’est ce que je ressentais, je voulais plus de mots doux de la jeune femme. Je pensais exactement pareil qu’elle, je l’avais fait souffrir à la Cité des Os tout comme elle m’avait fait souffrir avec Simon, on était en quelque sorte quittes, cependant il était hors de question que je laisse tout cela se reproduire, plus jamais je ne la repousserai comme à cette Cité. Je l’aimais autant qu’un simple être humain puisse aimer une personne, j’étais tout simplement fou amoureux d’elle au point où vivre sans elle n’était même pas concevable, au point où m’éloigner d’elle plus d’une journée me paraissait impossible, au point où la voir suffisait à me faire sourire. Je n’avais jamais mesuré la vraie puissance de l’amour avant de le connaître, tous les livres, toutes les chansons, tous les films ne font que décrire l’amour, mais ils sont loin d’en expliquer toute la profondeur, il faut le vivre pour se demander comment on a fait pour vivre sans.

Lorsqu’elle avait commencé à me parler de ses croquis et de ses dessins, je n’avais pas du tout vu le rapport avec la situation, je ne voyais pas du tout où elle voulait en venir. Cependant lorsqu’elle avait énoncé avoir fait des dessins d’elle et moi, c’est là que mon cerveau s’était arrêté, que mon audition avait arrêté d’écouter le reste. Je ne m’étais jamais douté qu’elle aurait pu faire ce genre de dessins d’elle et moi, en particulier parce que cela voulait dire qu’elle l’avait fait pendant qu’elle était avec Simon. Faire des dessins de moi n’a rien de significatif, je sais à quel point je retiens le regard des femmes donc elle n’est pas la première à vouloir m’immortaliser et ne sera sûrement pas la dernière. Mais faire des dessins de couple, c’est bien différent, car là cela veut dire que la personne a le désir profond de voir les situations qu’elle dessine, se produire. J’étais donc très impatient de voir ces dessins dès que nous serions rentrés. J’avais repris mes esprits juste à temps pour entendre la jeune femme me parler de photos, et ainsi avant même que je puisse dire un mot, elle se mit à embrasser passionnément mes lèvres. Sans une hésitation, je me mis à lui rendre le baiser aussi passionnément, caressant même sa joue pour accentuer le baiser. Mais c’est alors que je compris ce qu’elle avait voulu dire juste avant, un flash venait de nous taper directement sur le visage, elle venait de nous prendre en photo. Je reculai légèrement la tête après le baiser, avec un léger sourire sur le visage, elle m’avait bien eu, je devais l’avouer. Pourtant, elle n’aurait pas eu besoin de le faire en douce,, j’avais été pas mal de fois immortalisé malgré ma jeune vie, les dessins par elle, les peintures par Katerina, j’avais même fait des photos avec une photographe louve que je fréquentais à l’époque, et même des photos nues parmi les clichés. Autrement dit, contrairement à beaucoup de gens, je n’avais aucune gêne à être pris en photo, bien au contraire je trouvais cela amusant de revoir les photos ensuite.

« Bien sûr que j’aime les photos mon bébé, tu sais bien que je suis très à l’aise avec moi-même, donc me faire immortaliser, c’est un pur plaisir pour moi ! Néanmoins je comprends que tu te poses la question vu le nombre de personnes qui n’aiment pas cela ! Donc non mon cœur, je ne t’en veux absolument pas pour la photo surprise, déjà parce que je ne suis pas sûr de pouvoir t’en vouloir de base ! Mais la prochaine fois, inutile de le faire discrètement, il suffit de me demander, je ferais autant de photos avec toi que tu veux ! D’ailleurs.. » Je lui piquai l’appareil photo des mains car j’avais envie de faire une photo amusante avec elle. Je levai mon bras pour que nous soyons bien dans l’objectif, puis je me mis à frotter mon nez contre le sien comme dans un baiser esquimau que font les petits. J’appuyai sur le bouton, ce qui déclencha le flash et imprima notre photo, je la tendis ensuite à la jeune femme avec un sourire au bord des lèvres « Voilà ta photo mignonne, il en faut toujours une pour un couple, tu ne pourras pas dire que je ne te fais pas de cadeaux mon bébé ! »

Je pensais ensuite au fait qu’aucun de nous deux n’avait dû manger, j’avais bien évidemment pris un repas pour moi dans mon sac mais je ne savais pas si cela irait à la jeune femme. Je pris donc mon sac que j’avais laissé à l’entrée de la porte et le ramenai avec nous sur la couverture, décidément avec les coussins en plus cet emplacement devenait confortable. Je commençai donc à sortir les affaires du sac en regardant la jeune femme par instants, par chance, étant un grand mangeur j’avais pris tout en double. J’avais deux sandwichs, un au thon, et un au poulet, faits par mes soins qu’avec des ingrédients frais, j’avais aussi deux paquets de chips, ce coup-ci c’était bel et bien mon côté paresseux qui l’avait emporté, deux bouteilles d’eau aromatisées citron, et pour finir plusieurs fruits bien conservés. Je me rendais bien compte que tout ceci ne faisait pas beaucoup pour deux, il faut dire que rien de tout ceci n’avait été prévu et ce n’était pas comme si nous avions un supermarché à disposition. Et le fait d’aller à Alicante juste pour manger paraissait bien compliqué vu la distance, pour ensuite revenir jusqu’ici, il suffisait que quelqu’un nous voit venir ici et notre plan tombait à l’eau. J’espérais quand même que ce maigre festin pourrait satisfaire la jeune femme, je ne connaissais pas son appétit après tout.

« Alors je n’ai pas grand-chose mon cœur, j’avais juste prévu pour moi à la base, je ne savais pas que je te verrais ! J’espère juste que ce sera un tant soit peu suffisant, je ne connais pas ton appétit mais je ne veux pas que mon bébé meurt de faim ! S’il faut vraiment, je fonce jusqu’à Alicante nous chercher quelque chose, à toi de me dire mon amour ce que tu préfères ! Si tu penses que cela peut te suffire, alors je n’y vais pas ! Mais sois honnête, pas de mensonges entre nous on a dit, donc si cela ne te suffit pas, tu me le dis, promis ? » Je regardai la jeune femme intensément dans les yeux dans l’attente de sa réponse, je n’avais pas menti, pour elle cela ne me gênait nullement de faire tout le chemin et de prendre des risques, je voulais tout faire pour son bonheur, hors de question qu’elle meurt de faim si je peux y faire quelque chose.





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Jeu 10 Aoû - 17:15
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

La plupart des personnes détestent être prise en photographie, pour la plupart d’entre eux, c’est immortaliser un instant où ils n’ont aucun contrôle, où leur apparence n’est pas à leur avantage. Et oui d’un côté, c’était la vérité. Il est très rare qu’on soit à notre avantage sur une photo prise au hasard, dans un instant de spontanéité. Forcément, il y a parfois de quoi ne pas se trouver au mieux sur les clichés, pourtant, je pense quant à moi qu’il faut regarder au-dessus de cela. Ce n’est pas sur ce à quoi on ressemble au moment où la photo a été prise qu’il faut s’attarder, mais bel et bien sur l’instant, le moment partagé immortalisé. La plupart du temps, c’est un instant magique qu’on ne veut pour rien au monde oublier. Un instant dont on aimerait se rappeler éternellement mais que notre mémoire finit par effacer lentement d’elle-même pour des informations qui lui paraissent plus utiles tels que notre nom, celui de nos parents, où on est né, ce qu’on fait dans la vie. Ce n’est pour moi, pas cela qui nous définit, c’est ce que nous faisons de notre vie, ce sont les moments qu’on y vit, ces moments qui peuvent être pris au hasard et immortalisé à jamais sur une photographie. C’était de ces moments dont je voulais me souvenir même dans de nombreuses années. Toutes ces photos surprises que j’avais pu prendre par le passé, que ce soit avec ma mère ou Luke, Simon un soir de bêtise, mes moments de bonheur. Ceux dont je veux me souvenir jusqu’à la fin de mes jours comme au cours de cette journée. Jace est une nouvelle page de ma vie, une page que je ne compte jamais oublier, tout comme nos petits moments ensemble. Je veux pouvoir me souvenir de chacun d’entre eux quand je serai plus âgée, afin de n’en oublier aucune seconde aucune émotion ressenti.

C’est bien pour cela que j’avais immortalisé un moment volé à Jace, un de nos premiers baisers à l’aide de ce polaroïd. Je voulais saisir chacun de nos moments de bonheur pour les revivre pour toujours. Seulement, j’appréhendais un peu la réaction de mon amoureux. Je sais certes qu’il est magnifique et très à l’aise avec lui-même. Cependant, je ne l’avais jamais vu poser sous le flash d’appareil photographique. Il y avait bien des peintures très réalistes de lui que j’avais pu voir dans le bureau de Katerina un soir où j’étais chez les Bradford ; des dessins de moi. Mais rien qui n’était l’exacte reproduction de ses traits masculins, de sa beauté angélique. Il pouvait tout aussi bien détester cela, et ne me l’avoir jamais dit. Après tout, je n’avais jamais abordé ce sujet avec lui, il m’était impossible d’en connaître la réponse avant de l’avoir mise en pratique. De plus, il avait reculé quelque peu sa tête jusqu’alors proche du mien pour me regarder avec ce léger sourire qui m’inquiétait toujours comme si la suite n’allait pas me plaire. Fort heureusement, toutes mes inquiétudes s’envolèrent quand il énonça le fait qu’il n’avait absolument rien contre être pris en photographie, qu’il ne m’en voulait pas pour ce coup surprise et surtout quand il énonça l’idée qu’il serait sur autant de photo que je le désirerai.

Avant que je n’ai pu répondre à cela, le voilà en train de me voler l’appareil polaroïd que j’avais emprunté aux propriétaires de notre logis. Ce n’est que lorsqu’il approcha son nez du mien que je compris où il voulait en venir et aussitôt un grand visage illumina mon visage. Je frotta bien entendu mon nez au sien délicatement alors que mon regard se faisait des plus intensément plongé dans ses yeux vairons. Le flash nous éclaira en plein visage et il ne tarda pas à me tendre la photo qu’il venait de prendre de nous deux, une à l’image des enfants mais cela m’était bien égal. Pour moi, cela restait une image de nous deux, une image d’un moment tendre et amoureux ensemble. Un gloussement finit par s’échapper de mes lèvres à la suite des propos tenus par mon petit ami. Déposant la photo avec la précédente prise, je venais lui voler un nouveau baiser amoureux et tendre sur ses lèvres, mes deux mains posées sur chacune de ses joues. Au bout d’un moment, je me décidais enfin à poser mon front contre le sien, sans rompre notre jeu de regard   « Tu es un cadeau à toi tout seul mon amour. Tu es mon bien le plus précieux même. Et je compte bien immortaliser pleins d’autres moments avec toi, sans pour autant manquer de vivre chacun de ces instants pour autant. ».

Sans crier garde, il se leva de notre petit coin douillet pour aller chercher quelque chose à l’entrée de la maison. Ce n’est qu’en le voyant revenir avec son sac que je compris qu’il comptait en sortir quelque chose. M’asseyant en tailleur sur la couverture tout en le regardant faire avec interrogation, me demandant ce qu’il s’apprêtait à sortir du sac. Voilà que sur notre couverture se trouvait dorénavant tout en double : sandwichs, paquets de chips, bouteilles d’eau et des fruits. C’était presque à croire qu’il avait prévu qu’on soit deux à manger. Même si la solution la plus exacte était son appétit débordant. En même temps, c’est un homme, un chasseur qui plus est qui bouge beaucoup, il faut nourrir un tel organisme. D’ailleurs il me confirma cette supposition aussitôt et s’enquit de savoir si cela me suffisait. Moi qui n’ai jamais eu un gros appétit, c’était amplement assez, mais pour lui, je ne savais pas. Je ne voulais pas qu’il meurt de faim à cause de moi. Il attendait ma réponse, prêt à courir jusqu’à Alicante pour nous prendre quelque chose en plus.

Immédiatement, je posais ma main sur sa joue tout en le regardant intensément dans les yeux tandis que mon sourire ne partait plus depuis que nous nous étions enfin retrouvés « Tu dis de moi mon bébé, mais toi aussi tu t’inquiètes bien trop en ce qui me concerne. Pour moi, c’est largement suffisant ce que tu as ramené, je n’ai jamais eu un très gros appétit et d’ailleurs je n’en ai pas besoin au vu de ma carrure. Je le promets. Mais à partager, j’ai plutôt peur pour toi, que tu n’ais pas assez mon amour… C’est plutôt à toi de me promettre que tu as assez à manger si on partage cela. » Je marquais une pause avant de venir prendre de ma main libre une des siennes, pour joindre mes doigts aux siens avant de reprendre   « Par contre, même si tu venais à me dire que tu n’as pas assez, tu n’iras pas à Alicante. Je ne veux pas que tu partes. Je veux qu’on reste ensemble, même si cela veut dire emprunter de la nourriture dans les réserves de cette maison. Mais il est hors de question que je te laisse partir loin de moi, plus jamais mon amour. ».

Sans plus attendre, je lui tendis le sandwich au poulet après l’avoir déballé et pris quant à moi celui au thon. « J’ai cru comprendre que tu préférais le poulet mon bébé. Non je t’observe pas à distance pour récolter des informations, c’est faux ! » lançais-je en riant, alors que mes joues se teintaient un peu de rouge. J’ouvris nos deux paquets de chips avant de tendre ma propre bouteille aromatisée vers lui pour trinquer tout en souriant grandement   « A notre premier repas ensemble mon bébé. Qu’il soit le premier d’une très longue série. Bon appétit mon amour ! » dis-je avant de boire une gorgée de l’eau. Je croquais ensuite dans le sandwich au thon et poussait un soupir après avoir mangé ma bouchée   « Laisse-moi te dire mon bébé, que je vais te demander de me faire souvent des sandwichs car il est excellent. Vraiment ! Tu veux goutter mon cœur ? Même si c’est toi qui l’as fait, je sais. ». Piochant dans le paquet de chips, j’attrapais quelques pétales salés avant de lui tendre en bouche pour le faire manger, ne le quittant pas des yeux   « Mais avant… Ouvre grand la bouche mon bébé ! Tu dois te nourrir ! » dis-je en gloussant.

Toutefois, je n’avais pas encore à finir mon sandwich, que je ne sentais déjà plus la faim, il faut dire aussi qu’il était bien garni et plutôt imposant. Je me mordis aussitôt la lèvre en lui tendant ce qu’il me restait de sandwich, le regardant dans les yeux en rougissant   « Je ne sais pas si on en est déjà là ou non mon bébé, mais je veux te proposer de terminer le sandwich pour moi. Comme je te l’ai dit, je le trouve excellent, mais j’ai un petit appétit, et ton sandwich est vraiment énorme alors je n’arrive pas au bout. Qui plus est avec les chips déjà mangées, et les fruits qui sont à suivre. Tu ne m’en veux pas mon bébé ? » demandais-je en papillonnant des cils alors que mes joues se mettaient à rosir davantage encore. Je rajoutais aussitôt en souriant un peu   « Puis d’un côté, cela me permet d’être certaine que tu auras mangé assez pour tenir mon bébé. Car je ne veux pas non plus que tu meurs de faim. Et je t’assure que je n’ai vraiment plus faim. ». Je ne tenais pas un instant à ce qu’il pense que je n’aimais pas ce qu’il avait fait, ou que je le faisais uniquement pour qu’il mange plus. J’avais réellement plus faim si ce n’est pour un ou deux fruits et encore. Même si d’un côté, mon petit appétit permettait de compenser son grand appétit, ainsi j’étais plus sereine à l’idée qu’il puisse manger un peu plus, déjà que je le privais de presque la moitié de la ration qu’il avait préparée. Je n’aimais pas du tout l’idée d’être celle qui le prive de manger convenablement, car si une chose est certaine. Je veux toujours m’assurer qu’il est en bonne santé, que ce soit mental ou physique. Et cette dernière passe aussi par le bien manger.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 13 Aoû - 18:26
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


Elle avait remarqué que j’aimais le poulet, je dois dire que cela me surprenait qu’elle sache cela de moi. Bien que vu ce qu’elle disait, qu’elle était folle amoureuse de moi, elle devait donc se comporter comme moi, or moi-même je l’observais très souvent. Et ce que je préférais la voir faire sans hésiter, était dessiner, elle paraissait si paisible et si concentré à la fois, c’était comme si quand elle commençait à utiliser le crayon, elle passait dans une autre dimension, une dimension où elle était inaccessible. Plusieurs fois, j’étais resté à l’entrée de sa porte sans dire un mot, l’observant faire avec fascination, ne voulant absolument pas qu’elle me remarque et que ce moment soit gâché. Il est étonnant de voir comment notre esprit peut s’habituer à une chose très rapidement, je ne connaissais Clary que depuis deux mois maintenant et pourtant, si je ne la voyais pas pendant un long moment, je ressentais un manque très dur à supporter. Je ne lui avais jamais dit car je n’étais pas son copain, ni elle ma copine, je n’avais donc aucun droit de lui imposer de me voir souvent, de lui dire qu’elle me manque beaucoup trop lorsqu’elle est loin de moi.

Lorsque j’avais commencé à manger le sandwich en même temps que la jeune femme, je n’avais pas pu m’empêcher de la regarder manger. Regarder une autre femme m’aurait sûrement fait rire, personne n’était vraiment gracieux lors d’un repas, et pourtant en la voyant faire elle, je ne pouvais m’empêcher d’être fasciné à nouveau, un sourire sur les lèvres. Même en mangeant, elle était magnifique, c’était donc ça l’amour, être fasciné par toutes les actions de l’être aimé, le dire faisait pathétique mais le vivre était bien différent, cela m’allait totalement de paraître accro à elle. Au fond j’avais une part d’objectivité dans mes propos, on pouvait croiser beaucoup de blondes retenant l’attention, pareil pour les brunes, mais les rousses il en existait peu. La plupart se teignaient les cheveux ou bien étaient loin de pouvoir rivaliser avec les autres femmes. Clary était donc bien une beauté rare, sn visage était juste une pure merveille, son regard, son sourire, son nez, son menton, tout était parfait dans celui-ci. Je me trouvais très chanceux de pouvoir appeler cette fille, ma copine officielle, je ne comptais jamais la laisser partir, elle était l’une des rares pour qui museler ma personnalité compliquée, ne me posait pas de problème.

J’étais content de savoir que cela lui plaisait, j’avais été totalement pris au dépourvu dans cette histoire, je ne me serais jamais attendu à la voir aujourd’hui, et encore moins pour me déclarer ses sentiments. Je savais en partant ce matin que les sandwichs seraient parfaits pour moi, mais je n’étais pas un expert encore dans les goûts de la jeune femme. Je me rendais bien compte qu’il me restait énormément de choses à apprendre sur la jeune femme, que Simon en savait largement plus que moi, d’où le fait que leur couple semblait si bien marcher. J’y avais totalement crû d’ailleurs, je ne me serais jamais attendu à ce qu’elle me révèle qu’elle ne se sentait pas entièrement heureuse, elle jouait très bien la comédie, ce qui ne me rassurait pas sur notre couple, elle pouvait très bien faire la même chose avec moi plus tard. J’avais beau jouer les arrogants avec quasiment tout le monde, au fond je n’ai jamais aimé ce que je suis vraiment, je n’étais donc pas du tout confiant sur le fait d’être à la hauteur pour la jeune femme. Mais je comptais me surpasser, tout faire pour qu’elle soit réellement heureuse et pas seulement un faux semblant, je saurais même écouter les conseils d’un type comme Simon si cela me permettait de tout savoir d’elle et de la combler.

Me nourrir, j’avais plutôt l’impression qu’elle voulait me farcir comme une dinde. J’avais beau avoir pris deux sandwichs, je n’avais pas un appétit féroce ce soir, sans doute parce que mon corps était en euphorie d’amour, littéralement sur un petit nuage, les besoins comme la nourriture lui paraissaient futile. Cependant, je comprenais son besoin que je mange, je ressentais exactement la même chose la concernant, la peur qu’elle se sous-alimente, le besoin de savoir qu’elle est rassasiée et qu’elle va bien. Décidément il n’y avait pas à dire, l’amour changeait bel et bien une personne, avant il n’y avait que pour Alec que j’aurais pu m’inquiéter ainsi mais dans ce cas, c’est un peu normal, étant donné que nous sommes parabatai. Même pour Tanya, c’était différent, nous agissions comme des chasseurs, on s’inquiétait pour la vie de l’autre, mais jamais sur des choses futiles comme se nourrir ou autre, on avait été éduqué comme des guerriers et non comme des terrestres. Bien sûr il y avait aussi la tristesse de l’autre comme lorsque Tanya avait appris la mort d’Elliot, mais à part ça rien d’autre, aucun chasseur n’agirait comme cela avec ses amis ou ses frères d’armes. Tandis que l’amour, c’était bien différent, je ne contrôlais pas du tout ce que je ressentais, j’avais ce besoin de m’assurer que la jeune femme allait bien dans tous les domaines.

J’avais fini mon propre sandwich et mon paquet de chips quand j’entendis la jeune femme me dire qu’elle n’en pouvait plus et qu’elle me proposait de finir. Elle tombait mal ce coup-ci car je n'avais pas mon appétit d’ordinaire, ce paquet de chips et ce sandwich avaient déjà sacrément entaillé ma faim, un ou deux fruits suffiraient à bien me caler pour aujourd’hui. Ce qui m’avait amusé surtout dans ses paroles était le fait qu’elle avait peur que je ne tienne pas sans cela, elle était bel et bien comme moi, elle ressentait la même inquiétude pour l’autre. Mais de là à ce que je ne tienne pas, il n’y avait rien à craindre, j’avais plusieurs fois passé des journées sans rien manger, pour des missions ou d’autres inquiétudes, et ma présence prouvait que cela ne m’avait pas tué.

Je posai ma main sur sa joue, joue que je caressais tendrement tout en la regardant intensément dans les yeux et en arborant un sourire au coin des lèvres. « Crois-moi, ton inquiétude pour moi me fait craquer mais rassure toi mon bébé, je suis plus résistant que cela, je ne m’écroule pas juste parce que je ne mange pas ! De plus, je t’assure que je n’ai vraiment plus faim, il faut croire que mon corps est empli d’une joie qu’il attendait depuis un moment, manger ne l’intéresse pas actuellement ! En tout cas, si tu as mangé suffisamment, j’en suis content mon cœur, dorénavant je répondrai à chacun de tes besoins, il est hors de question que je te laisse souffrir d’un manque de quelque chose ! » Je pris ensuite les fruits que j’avais apporté, deux pommes pour être exact, j’en donnai une à la jeune femme avant de me lever avec elle, je fis même exprès de croquer dans la sienne en arborant un sourire malicieux « Ce n’est pas moi mon cœur, elle était déjà comme ça, je n’y suis pour rien, parole de scout, c’est ça que disent les terrestres non ? J’ai vu ça dans un film ! »

Je continuai de manger ma pomme en regardant la jeune femme intensément dans les yeux « Je veux que tu me promettes un truc mon bébé, c’est la seule chose que je te demande de me promettre ! Si un jour, tu ressens la même chose que tu as ressenti avec Simon, ce sentiment de ne pas être totalement heureuse, d’avoir un manque de quelque chose ! Ne fais pas comme avec Simon, ne me le cache pas juste pour ne pas me faire souffrir, dis le moi, car si je peux y changer quelque chose, je le ferai sans hésiter ! Je sais que je ne suis pas parfait, je dis le contraire aux autres mais bon ce n’est pas ce que je pense ! Je n’ai jamais changé pour personne, mais toi je t’aime plus que ma propre vie, pour toi je changerai, pour toi je serais prêt à tout ! Donc sois toujours honnête avec moi mon bébé, tu le promets ? » J’avais déjà fini ma pomme et je me rendis compte que la jeune femme également, je pris donc sa main et l’entraînai avec moi dans de nouvelles aventures.

Je grimpai à l’étage, toujours la main dans la sienne, j’entrai dans la salle de bain avec elle, une grande salle de bain il faut dire, mais cela ne m’étonnait pas du tout vu les manoirs des chasseurs d’ombre. Une fois la porte fermée, je me retournai vers elle pour planter mon regard dans le sien tout en arborant un sourire malicieux « Tout d’abord, tu as fait de l’activité physique comme moi aujourd’hui ! Ensuite, on s’est baigné dans le Lac, qui n’est pas non plus une source d’eau pure! Et pour finir, j’ai la terrible envie de me doucher avec toi ! Donc Clarissa Fairchild, me feriez-vous l’immense honneur de m’accorder votre divine compagnie dans cette grande douche derrière vous, dans le but que je puisse profiter de votre contre le mien sous une eau à parfaite température, dans le but que je puisse savonner votre magnifique corps et que j’en apprenne les courbes par cœur, dans le but que je puisse vous voir tout simplement nue ! » Je ne perdis pas une seule seconde, je commençai à enlever mes vêtements devant la jeune femme, je n’avais plus à me gêner, elle était ma copine dorénavant, et peu importe sa réponse, je comptais aller me doucher. Et puis, je savais mettre les moyens pour la convaincre, j’étais maintenant nu devant elle, le parfait moyen de convaincre une femme à prendre une douche avec vous.





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Jeu 17 Aoû - 19:30
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Avec Jace, tout était tout de suite plus différent. C’était comme si je revivais totalement, comme si chaque partie de mon être était de nouveau assemblée pour ne former qu’un tout. Il me permettait d’aller de l’avant, de me sentir vivante. Malgré les épreuves que nous avions tous surmontés, malgré les morts auxquelles nous avons dû faire face comme celle de ma mère, malgré tout cela, à ses côtés, je me sentais entière. C’était un peu comme si il permettait à la douleur de s’estomper en sa présence, comme si je ne ressentais plus que l’amour et la joie à ses côtés, cela encore plus depuis que j’ai réalisé que j’étais amoureuse de lui depuis le départ. Car auparavant, je me mettais des œillères pour ne pas penser à cela, je ne me laissais pas aller totalement, encore plus quand j’étais avec Simon car je ne voulais pas tout perdre. Et au final, maintenant que je me retrouvais à ces côtés, je ne regrettais aucune de mes décisions car elles m’avaient conduite au moment que nous étions en train de vivre actuellement. Pour rien au monde je n’échangerai celui-ci pour un autre. J’étais bien trop heureuse à cet instant pour une telle chose, encore plus quand on sait toutes les épreuves que j’ai dû surmonter pour arriver à ce dernier et enfin être pleinement heureuse.

C’est ainsi qu’un simple moment à manger des sandwichs et des chips devant un feu de bois dans une maison de campagne perdue au beau milieu de nulle part, se transformait en quelque sorte en rêve. Même si je venais à m’inquiéter d’un rien pour lui, comme le fait de savoir s’il avait assez mangé pour tenir debout. C’était un peu idiot je devais le reconnaitre, et il me le confirmait d’ailleurs à ce moment-là. Il était bien plus résistant et au fond je le savais pertinemment. Seulement, c’est plus fort que moi, quand il s’agir de Jace, je me trouve déraisonnable et irréfléchie, beaucoup trop inquiète en somme. Mais même si je m’inquiétais pour lui, il trouvait toujours le moyen de m’apaiser et de détourner mes pensées de l’inquiétude vers quelque chose de plus joyeux. Il avait dévié la conversation vers le fait des paroles tout de suite plus romantiques qui me faisait totalement fondre. Il faut dire que dès que c’est lui qui se met à me parler de la sorte, à me dire qu’il se sent bien et rassasié à cet instant par amour. Puis il y a aussi le fait que rien n’est plus beau à entendre que l’homme que l’on aime nous promettant que nous ne manquerons jamais plus de rien à ses côtés. Je n’en avais jamais douté dès lors que je lui avais révélé que je l’aimais et que lui aussi. Je sais qu’ensemble, nous aurons d’autres épreuves à surmonter, mais qu’ensemble, nous y arriverons sans le moindre mal. Car nous serons toujours là pour veiller l’un sur l’autre, aussi longtemps que nos cœurs battront dans nos poitrines.

D’ordinaire, Jace est quelqu’un de plutôt réservé, qui a du mal à se confier sur ses sentiments et qui parfois fait preuve de sarcasme pour se défendre. Avec le temps, il avait commencé à changer, à s’ouvrir un peu plus, tout en restant au fond, fidèle à ce que lui avait appris Valentin. Mais je devais reconnaître que je n’avais jamais vu l’homme que j’aime aussi ouvert qu’aujourd’hui. C’était un peu comme si on venait de libérer un petit garçon qui s’amusait d’un rien, non pour me déplaire, bien au contraire. Je pouvais le voir rire, le voir s’amuser avec moi et me faire des blagues comme venir me voler un bout de ma pomme. Cela m’avait plus faite rire qu’autre chose en fait, car je m’en fichais totalement de perdre une petite part de ce fruit tant qu’elle était prise par l’homme dont je suis follement amoureuse, tant que je peux le voir s’amuser de la situation. Je ne demande rien de plus que de lire la joie de vivre dans ses yeux comme à cet instant. Le voir heureux, c’était la plus belle chose qu’il m’était donné de contempler car elle faisait également le mien.

Je repensais à ce qu’il m’avait dit ensuite. Il avait peur que ce qui s’est passé avec Simon nous arrive à nous. Seulement, il se trompait totalement, cela n’arriverait jamais. J’étais allée vers Simon car je savais que je ne pouvais plus aller vers Jace, parce que j’avais aussi peur de perdre Simon alors qu’il se rapprochait de Maïa. J’étais totalement perdue dans ce que je pouvais ressentir, et il y avait là face à moi, un garçon pleinement amoureux de moi, me connaissant par cœur. Je ne risquais rien à essayer, je n’avais rien à perdre. Mais seulement, on ne peut pas forcer l’amour, même si j’aime Simon de tout mon cœur, je n’aurai jamais pu tomber amoureuse de lui, c’était impossible. Alors qu’avec Jace, mon cœur lui avait immédiatement appartenu, je m’étais éprise de lui en moins temps qu’il n’en faut pour dire son prénom. Savoir qu’il pouvait penser cela de moi me décevait un peu, je devais le reconnaître. Car il devrait savoir que jamais cela n’arriverait, que j’en étais tout bonnement incapable même.

M’arrachant de mes pensées, il m’entraîna à l’étage de la maison de campagne avant de me faire pénétrer dans la salle d’eau qui était plutôt vaste il fallait le reconnaître. La porte refermée, le voilà qui se tournait vers moi un sourire malicieux sur les lèvres qui me fit rougir avant même qu’il ne commence à parler, voyant très bien où il allait en venir. Il avait entièrement raison, nous avions combattu pour lui et couru pour moi, nous avions piqué une tête dans l’eau du Lac qui n’était pas des plus transparentes, et puis même au-delà de cela, j’avais l’envie de prendre une douche avec lui depuis le départ. Je n’en avais jamais eu l’occasion et maintenant que nous sommes un couple il n’y a plus rien qui nous en empêche. Cependant, l’idée de me retrouver totalement nue devant un garçon, et devant lui pour la première fois me fit rougir plutôt fortement. D’autant plus que je n’avais jamais dépassé le cap de la nudité avec nul garçon. C’est alors qu’il se mit totalement nu devant moi, dévoilant son corps des plus parfaits. Mon regard se posa d’abord sur son torse couvert de runes, puis sur ses abdominaux musclés et enfin sur son entrejambe qui n’avait rien à envier des stars des films pornographiques. Car oui, on a beau dire, mais même les filles vierges ont déjà regardé des films pornographiques, bien que je n’irai pas le crier sur tous les toits.

Me mordant fortement la lèvre inférieure en voyant un tel spectacle, je m’approchais alors de lui pour reporter mon regard dans ses yeux vairons avant de déposer un baiser passionné sur ses lèvres. Un sourire s’étira sur mes lèvres et même si mon cœur battait la chamade à cet instant, j’étais bien décidé à ne pas le laisser aller se doucher seul.   « Je dois bien reconnaître que la vue présentée à l’instant ne peut que me convaincre à te rejoindre dans cette immense douche pour complaire nos corps l’un contre l’autre, ruisselants d’eau chaude. Je ne vais donc pas te laisser seul ainsi mon amour... J’espère juste que la vue te plaira autant que celle qui m’est offerte me plaît. ».

Aussitôt, je me reculais d’un pas avant de porter mes mains à mon maillot que je vins ôter en premier. Puis je laissais glisser mon jean sur mes jambes avant de l’enlever totalement à son tour. J’étais à présent en sous-vêtements devant lui et mon cœur ne faisait que battre plus fort encore. Prenant un inspiration légère, je portais mes doigts dans mon dos pour y dégrafer en premier mon soutien-gorge, le laissant tomber au sol, libérant ma poitrine à sa vue. Ce fut le tour de mon boxer d’y passer ensuite, me présentant alors totalement nue devant lui alors que mes joues rougissaient intensément. Je relevais le regard dans le sien pour voir sa réaction que j’espérais ne serait pas trop déçu   « J’espère que tu aimes ce que tu vois mon bébé... ».

Sans plus attendre, je décidais de prendre sur moi et de m’emparer de sa main pour l’entraîner dans la douche italienne. Ouvrant le mitigeur, je choisissais une température plutôt élevée mais non brûlante, je ne tenais pas à ce que cela se transforme en salon de brûlure. La vapeur dégagée par la chaleur venait déjà embuer la paroi de la douche, quiconque entrerait dans la salle d’eau à cet instant distinguerait à peine la forme de deux corps humains. A cet instant, deux sentiments se battaient en moi, d’une part, mon côté timide se mettait à rougir à l’idée de prendre cette douche nue avec l’homme que j’aime, et l’autre part de moi,  celle qui n’attend que cela depuis des mois se montraient assoiffé. Mais il ne fut pas longtemps pour que mon regard déviant à nouveau sur le corps magnifique de mon petit ami ait raison de la première partie de moi avant même que nous ne commencions à nous doucher réellement. « Je ne peux pas lutter... » murmurais-je alors.

Sans plus attendre, je vins plaquer mes lèvres passionnément contre celle de Jace, me perdant totalement dans ce baiser alors que sans le vouloir, je le plaquais contre la paroi carrelée de la douche. Mes mains venaient caresser quant à elles les cheveux mouillés de Jace alors que ma poitrine se collait contre le torse musclé de mon petit ami. Plantant mon regard intensément dans le sien, je susurrai contre ses lèvres alors que mes se glissaient le long de son dos quelque peu fébrilement toutefois « Moi aussi je veux apprendre chaque courbe de ton corps. Je veux m’en souvenir à chaque moment, je veux pouvoir reproduire chacune d’elles dans mon esprit et sur papier. Je veux sentir ta peau vibrer sous mes doigts mon bébé... » avais-je dit alors que mes doigts effleuraient son dos et le creux de ses reins le plus lentement possible, mon corps toujours contre le sien, ma poitrine montant et redescendant contre son torse à chacune de mes respirations plus intenses sous l’excitation de ce moment et sous mon faible contrôle sur mes pulsions et envie. Mais c’était cela aussi l’amour, perde le contrôle de nos esprits et de notre corps avec l’homme qu’on aime.

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Ven 18 Aoû - 19:50
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


On a beau être aussi confiant que je le suis concernant mon corps, entendre les compliments d’une femme fait toujours son petit effet. Alors imaginer ce que cela peut nous faire ressentir lorsque la femme qui nous fait ce compliment, est en plus celle dont on est éperdument amoureux. C’est assez simple en fait, cela correspond parfaitement à l’expression « Être sur un petit nuage », on a l’impression d’être totalement léger, comme si l’avis du reste du monde ne comptait plus, comme si on avait atteint son objectif. Je repensais à ce qu’Alec m’avait dit, que j’avais changé depuis que je connais Clary, il est vrai que j’avais beaucoup changé, c’était comme si les fondements de ma vie s’étaient effondrés, comme si j’en avais bâti de nouveaux, incluant les émotions ce coup-ci. J’étais bel et bien un échec aux yeux de Valentin, lui qui m’avait inculqué pendant toute ma jeunesse de ne pas se laisser aller aux émotions, sa fille elle, m’avait inculqué totalement l’inverse, la preuve irréfutable que le sang ne décide pas qui on est après tout. J’avais en quelque sorte reçu trois éducations, celle du guerrier sans peur et sans pitié par Valentin, celle de la famille soudée par les Lightwood et celle des émotions par Clary, ils m’avaient tous façonnés à leur façon.

Mais ce fut réellement lorsque la jeune femme s’était déshabillée que j’avais totalement perdu pied, comme si mes yeux étaient fixés sur son corps, j’avais même cru un instant que ma rune de vision s’était activé tant je pouvais déceler parfaitement chaque trait de son corps tel avec un zoom. Elle était si belle que j’avais littéralement l’impression de rêver, un peu comme à la cérémonie de runes de Max où nous avions tous eu des hallucinations. Je n’avais jamais douté de sa beauté, pas une seule fois, mais avec les vêtements j’étais loin de m’imaginer de la merveille qu’elle était vraiment, cette merveille qui était maintenant bel et bien à moi. Avant même qu’elle me tire pour aller dans la douche avec elle, je l’avais embrassé le plus passionnément possible pour en quelque sorte répondre à son interrogation concernant son corps, lui faire comprendre que son corps était parfait à mes yeux. Pour la première fois de ma vie, je me trouvais étonnamment chanceux, comme si plus rien d’effrayant ne m’attendait à l’avenir, comme si chaque ténèbre de ma vie l’avait quitté pour de bon et qu’il ne me restait que du positif pour les temps à venir, naïf oui, mais si plaisant.

Dès que nous avions commencés à nous doucher, j’avais bien ressenti ce désir devenir de plus en plus puissant en moi, la voir nue, ainsi collée contre moi sous une eau chaude, c’était déjà bien trop pour ne pas être tenté. Je me demandais d’ailleurs si la jeune femme avait fait des choses avec le vampire, si moi je ressentais cela en la voyant nue, il devait en être pareil pour le vampire, après tout lui aussi était amoureux d’elle. Evidemment je ne comptais pas lui reprocher ou la blâmer si elle avait fait des choses, j’avais fait quant à moi bon nombre de choses avec bon nombre de filles, donc je ne pouvais attendre d’être forcément le premier de la jeune femme. Cependant j’aurais menti si j’avais dit ne pas le vouloir, savoir que je serais son premier m’aurait fait très plaisir, savoir qu’elle se serait réservé pour un homme qu’elle aime vraiment et que je suis cet homme, n’aurait fait que me la faire aimer encore plus. Il faudrait tôt ou tard que je sois fixé sur cette question mais il était hors de question que je gâche la magie de notre mise en couple, cette question pouvait attendre.

« Je te rassure, lutter contre le désir que je ressens pour toi me paraît totalement impossible aussi ! Tu es tellement belle Clary, c’est incroyable à quel point tu es belle ! Comme tu le sais, j’ai connu beaucoup de filles et pourtant je peux affirmer de tout mon cœur à cet instant que tu es la plus belle fille qui m’ait été donné de voir ! Tu as beau être la fille de Valentin, c’est comme si tu étais son exact opposé, tu es lumineuse, rayonnante, quand on te regarde, on a envie de te protéger, ta câliner, tu es inspirante Clary ! Et quand moi je te regarde, c’est une déesse que je vois, une déesse que mes lèvres brûlent d’envie d’embrasser à chaque seconde ! » J’avais ensuite fait exprès de passer mon doigt le long du corps de la jeune femme, commençant tout d’abord par son visage, le long de sa joue jusqu’à son cou, pour passer entre le creux de ses seins et enfin finir la course sur son abdomen, plus précisément son nombril.

Libérer tout ce désir quand la jeune femme m’avait embrassé, avait été clairement délivrant. Je lui avais rendu le baiser avec une passion dévorante, tout cet amour pour elle depuis le premier jour, tout ce désir refoulé par cette situation familiale, autant dire que cela représentait beaucoup. Mais il n’y avait pas que ses baisers qui me faisaient un bien fou, sentir son corps collé au mien était vraiment très plaisant, je pouvais même sentir les frictions de sa poitrine contre mon torse, c’était pour dire notre proximité. Je sentais bien que chaque parcelle de mon corps souhaitait qu’une seule chose avec la jeune femme, continuer dans cette voie pour aller jusqu’à la consommation charnelle. Cependant, je ne savais même pas si la jeune femme le voulait, elle voulait peut-être s’arrêter aux baisers et aux caresses chastes. Et je ne lui en voudrais absolument pas, car comparé à beaucoup de femmes, ce n’était pas pour le physique que j’étais avec elle, mais bel et bien par amour, un amour fou qui ne cesserait jamais de m’habiter à coup sûr. De plus, même ce moment simple d’apparence suffisait à me faire ressentir beaucoup de choses, je pouvais donc largement me contenter de ces baisers et de ces caresses, tout ça ne faisait que commencer après tout.

« Je veux aussi des moments simples entre nous, tel que moi te regardant au réveil pendant que tu dormiras paisiblement, je sais d’avance que cela me fera sourire pour toute la journée ! Je veux te regarder dessiner, tu es si paisible et concentré à la fois quand tu le fais, on croirait voir un ange se penchant sur les mortels pour les observer ! Je veux te voir t’entraîner, tu as cet air si déterminé sur le visage que cela en devient un spectacle fascinant, on peut clairement sentir ta volonté de toujours progresser ! Je veux te voir manger de la nourriture comme un cheeseburger et te voir rougir parce que tu en auras sur le menton, une réaction toute simple mais qui montre ta nature douce et timide ! Je veux tout voir de toi Clary, je veux que chaque moment de ma vie soit animé par toi, je veux me voir sourire parce que je trouverais que la femme que j’aime est merveilleuse et amusante ! » J’avais esquissé un grand sourire en gardant mon regard plongé intensément dans les beaux yeux verts de la jeune femme.

Je profitai ensuite un peu de l’eau chaude avant d’avoir l’idée de commencer à nous savonner. Je regardai les gels douches disponibles, et je fis mon choix malgré un mécontentement qu’il n’y ait pas le parfum pêche ou quelque chose dans le genre. J’en mis une certaine quantité dans ma main tout en regardant la jeune femme intensément dans les yeux. « Je peux ? » Il s’agissait plus là d’une information que d’une réelle question mais j’avais préféré le dire. Je commençai ensuite à savonner le haut du corps de la jeune femme, débutant par son cou, en faisant le tour bien correctement. Puis, je descendis mes mains sur le haut de sa poitrine, pas encore ses seins, juste au-dessus pour ne pas la gêner dès le départ. Une fois cela fait, je m’occupais ensuite des épaules ainsi que de ses bras, prenant bien soin de les frotter correctement, je m’arrêtai même aux aisselles rapidement. Il était temps que je m'attaque à la tache sérieuse, mais néanmoins très plaisante du haut de son corps, je mis donc mes mains sur ses seins pour les savonner correctement tout en levant mes yeux jusqu’à ceux de la jeune femme pour déceler à tout moment une quelconque information me demandant d’arrêter.

J’aurais bien été tenté de laisser mes mains sur sa magnifique poitrine bien plus longtemps encore mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses non plus, je me décidai donc à descendre mes mains pour savonner son abdomen, toujours avec la plus grande délicatesse possible. « J’ai fini ce côté-là ! Il faut que tu te tournes maintenant mon bébé, il faut que je savonne ton dos si bien dessiné ! » Une fois tournée, je repris une dose de gel douche, il n’y avait rien d’économique dans mon utilisation mis non seulement je m’en fichais, mais en plus ce n’était pas notre gel douche donc aucune contrainte. Je commençai à savonner son dos doucement, m’amusant à retenir à la perfection chaque trait de son dos, pour me garder l’image en tête et ne jamais oublier le corps de la jeune femme. « Tu es vraiment parfaite tu le sais ça ? Je sais que tu dois en douter te connaissant un peu maintenant mais tu l’es, en tout cas tu l’es pour moi, ton corps est tout simplement la perfection, aucun défaut ! Je peux le crier haut et fort désormais, je suis l’homme le plus chanceux à ce jour, et jamais je ne laisserai cette chance tourner, jamais je ne te laisserai partir loin de moi ! »





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar


The Runic Girl

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Katherine McNamara . J'ai actuellement : 18 ans mais déjà : 7974 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 5352 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Tanya & Katerina .Je n'ai qu'un but dans la vie : : veiller sur ceux que j'aime. . Pour cela, je réside actuellement : à l'institut de NY tout en étant d'une humeur : heureuse. . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

UNCONDITIONAL LOVE
Jace... Nous nous sommes éloignés l'un de l'autre pour de multiples raisons, et pourtant, quoi qu'on y fasse, quoi qu'on dise, on se retrouve de nouveau attiré l'un par l'autre. J'ai découvert pourquoi de mon côté. Je sais que je suis amoureuse de toi depuis le premier jour où j'ai croisé tes magnifiques yeux vairons. Je n'ai plus peur de dire ce que je ressens réellement au fond de moi. Et depuis que c'est fait, je dois bien admettre que je suis la plus heureuse des femmes. Car toi et moi, je le sais au fond, c'est gravé dans la pierre. Je t'aime plus que tout au monde Jonathan Christopher Lightwood et rien ne changera jamais cela.

ANCHOR IN THIS WORLD
Simon... Nous deux, nous avons traversé tellement de choses, tellement de moment drôle, triste, joyeux, énervant. Nous nous sommes relevés encore et toujours et nous le ferons à nouveau. Oui je ne suis plus avec toi, mais c'était pour ton bien, et le mien. Mais cela ne veut pas dire que je ne t'aime pas. Tu seras toujours l'un des êtres les plus importants dans mon coeur. Absolument toujours. Tu restes toujours dans ma vie, dans mon cœur, et je tiendrai toujours à toi plus qu'à ma propre vie.


Journal intime
Mon statut: Avec l'homme de ma vie #J ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 27 Aoû - 16:32
          



« True love can defeat anything. »
feat Jace Lightwood

Quand on sait qu’il y a un interdit, contrôler nos pulsions et nos désirs devraient être beaucoup plus simple car cela tombe dans l’immoralité.  Cela avait été le cas pendant des semaines vis-à-vis de Jace. Dans un premier temps, il semblait normal de ne rien tenter, nous étions liés par le sang, nous savions tous les deux que plus rien n’était possible. Et quand ma mise en couple avec Simon s’était faite, c’était encore plus clair. Tout aurait dû disparaître au fur et à mesure, s’estomper pour ne plus exister. Pourtant, cela n’avait pas été le cas. Au moment même où j’ai su que lui et moi n’avions jamais été frère et sœur, où ce premier interdit était tombé, je me suis sentie chamboulée au plus profond de moi-même. C’était comme si quelque chose avait changé et que certaines libertés m’étaient rendue, quand bien même j’étais toujours en couple avec Simon. Mon désir pour Jace semblait tout de suite moins interdit. Alors savoir maintenant que je suis avec lui, savoir que nous pouvons faire tout ce que nous désirons sans craindre de le faire dans l’illégalité, cela ne m’aidait pas à garder sous clefs mes envies même aussi tôt dans notre relation à deux. Car au fond, c’était un peu comme si nous nous connaissions déjà, comme si nous étions fait pour nous rencontrer, pour tomber amoureux, que ce soit physiquement ou mentalement. Je n’avais pas de secret pour lui, rien que je ne désirai pas venant de lui. Et autant dire qu’il l’avait sans nul doute remarqué dans cette douche quand je m’étais empressée de l’embrasser passionnément tout en le plaquant contre la paroi de douche. C’est l’effet qu’il a sur moi, une inhibition totale du contrôle que je peux avoir en temps normal sur mes désirs.

Mais même si mon désir pour lui n’avait pas de limite, je devais bien reconnaître que me retrouver pour la première fois nue devant lui avait le don de faire battre mon cœur à toute allure dans ma poitrine. C’était un effet secondaire de l’amour, le stress de décevoir l’être aimé qui nous voit pour la première fois sous tous les angles. Si lui était parfait, je ne savais pas avant de le voir m’embrasser que je l’étais également pour lui, et l’entendre de ses lèvres n’a pas de prix. Surtout qu’il avait une façon exceptionnelle de toujours me rassurer, me complimenter, me faire m’aimer moi-même par ses magnifiques paroles. J’étais peut être sortie avec Simon, mais je n’avais jamais ressenti toute l’attraction et le désir que j’ai pour Jace. Simon avait toujours été au fond comme un frère, un frère sexy c’est vrai, mais un frère quand même. Il n’y avait jamais eu cette alchimie entre le magnifique blond et moi et cela n’arrivera jamais. J’en venais à me demander si Jace avait dû sûrement se poser la question de ma virginité, de mon passif dans ce domaine avec mon ancien petit ami. Sûrement, mais il était bien trop poli pour me la poser, du moins pas pour ce premier jour en tant que couple, et au fond je l’en remerciais. Même si je n’ai rien à cacher et que je sais que ce moment viendra tôt ou tard, je ne tenais pas forcément à ce qu’on gâche notre moment ensemble.

Voilà qu’il énonçait toutes les choses qu’il avait envie de faire avec moi, de voir avec moi ou de ressentir. On ne croirait pas comme cela à première vue, mais Jace était beaucoup plus romantique et sensible qu’on pourrait le penser. Il avait le don de dire des choses magnifiques qui me font à chaque fois rougir ou pleurer. Ici, j’avais plutôt rougi sous de telles paroles, car tout ce qu’il venait d’énoncer, je voulais les mêmes choses avec lui. Je tenais à faire et voir toutes ces choses avec lui, tout simplement, je tenais à ce qu’on soit heureux tous les deux, plus heureux que l’on ne l’a jamais été. C’était absolument tout ce dont je rêvais, qu’après toutes les épreuves que nous avions dû affronter, nous soyons enfin heureux ensemble.

Le nettoyer avec application, pouvoir passer mes doigts partout sur sa peau pour la nettoyer certes, mais aussi profiter de chaque parcelle de celle-ci était vraiment très agréable. Il faut dire que son corps m’avait toujours fait très envie et pouvoir l’avoir enfin pour moi toute seule ne me laissait pas du tout indifférente. Et même si dorénavant il n’était que mien, je ne pouvais m’empêcher dans savourer chaque parcelle le plus lentement possible de peur qu’un matin je ne puisse plus y toucher comme je le voudrai. Mais il n’y avait pas que moi qui en profitait, lui aussi le faisait quand il avait commencé à me savonner à son tour, une fois que j’eu fini de nettoyer chaque parcelle de son corps d’Apollon. Chaque caresse sur mon corps m’arrachait des frissons, frissons liés au désir incommensurable que j’éprouve à son égard. Alors quand l’homme qu’on aime vient caresser votre poitrine, certes dans un contexte de douche prise à deux, cela ne laisse pas du tout indifférente. Son regard s’était planté dans le mien à ce moment-là, prêt à arrêter au moindre signe de ma part. Seulement moi, je ne voulais pas qu’il arrête, bien au contraire. Le sentir enfin déposer ses mains sur mon corps me faisait totalement fondre. Je ne tenais en aucun cas à ce que cela s’arrête.

Et même quand il nettoyait mon dos, tout mon corps réagissait à ses caresses délicates, je frissonnais à chaque fois que nos peaux s’effleuraient. Alors ajouté à cela, un énième discours vantant ma beauté, son amour pour moi et la chance qu’il a à l’heure actuelle, allait finir de m’achever. Fort heureusement pour moi, il venait de terminer de me nettoyer partout, si il avait continué, je n’aurai pas été en mesure de résister plus longtemps à l’attraction de mon corps au sien. Prenant le pommeau de douche, je nous avais rincés avec application, n’oubliant aucune parcelle de nos corps avant de me décider à repasser l’eau au niveau de la tour centrale. Libérant ainsi mes mains, je venais les glisser derrière sa nuque délicatement avant de déposer un baiser ardent et passionné sur ses lèvres tandis que mes yeux se fermaient pour immortaliser dans mon esprit chaque seconde de cet échange. Rouvrant les yeux lentement, je plongeais mon regard vert dans ses magnifiques yeux vairons avant de susurrer contre ses lèvres, un grand sourire sur mes lèvres   « Pour moi, c’est tout ce que je veux. Je veux te rendre heureux pour le restant de nos jours, je ne veux plus te voir malheureux, jamais mon amour. Tu parles de beauté, mais j’en viens à te croire, car pour moi il en va de même. Tu es parfait à mes yeux, et tu le seras toujours quoi qu’il arrive. D’ailleurs, cette observation, de nombreuses files seraient du même avis que moi... » finis-je en roulant des yeux, une petite pointe de jalousie dans la voix.

Il était temps de sortir de cette douche, car si je ne le faisais pas, cela risquait de déraper à nouveau. D’autant plus que j’avais de nouveau pressés nos deux corps l’un contre l’autre pour l’embrasser fougueusement. Passant une serviette autour de mon corps après lui en avoir tendu une, je m’essuyais avec application sans pour autant le quitter du regard. Il m’était impossible de ne pas le regarder, que ce soit habillé ou déshabillé, je n’en étais pas capable. Tout simplement parce qu’il est l’homme le plus beau que je connaisse, ou mieux encore, tout simplement l’homme dont je suis follement éprise depuis le début.

Une fois tous deux séchés, j’attrapais sa main pour l’emmener dans la chambre et l’y embrasser de nouveau amoureusement avant de sourire en coin contre ses lèvres, mon regard plongé intensément dans le sien   « Je viens d’avoir une idée mon bébé… Je ne sais pas si cela va marcher mais… En attendant, installe-toi dans le lit, je reviens très vite. Promis. ». Je m’étais aussitôt précipitée au rez-de-chaussée pour y chercher ma stèle. J’avais toujours rêvé de regarder la nuit étoilée auprès de mon amoureux, et c’était l’occasion parfaite. Seulement à l’extérieur la température était bien trop fraîche en ce mois de Novembre. De retour dans la chambre, j’adressais un regard complice à Jace qui était allongé dans le lit, m’attendant   « Comme je disais, je ne sais pas si cela va fonctionner mais j’ai envie de tester. ». Aussitôt, je grimpais sur le lit, m’y mettant debout sous l’air surpris de Jace, mais sous cette vue, il pouvait au moins m’observer sous absolument toute les coutures, ce qui me fit immédiatement rougir en y pensant. Quoi qu’il en soit, je me mis à tracer des lignes sur la plafond de la chambre à l’aide de ma stèle, formant une rune que je n’avais encore jamais vu dans les livres mais cela, je m’en doutais bien.

Après quelques secondes à penser que rien ne se passerait, une sorte de trou de verre apparu au plafond, donnant une vision jusqu’à l’extérieur, offrant une vue dégageait sur le ciel étoilée tout en conservant la chaleur de la maison. Un grand sourire satisfait s’affichait sur mon visage avant que je ne vienne m’allonger contre lui   « Cela a marché. Je suis contente ! Car j’ai toujours rêvé de regarder le ciel étoilé avec l’homme de ma vie, dormir en quelque sorte à la belle étoile, et je voulais faire cela avec toi mon bébé. Car tu es l’homme de ma vie. Puis ainsi, on est au bien au chaud tout en pouvant observant le ciel. Ce n’est pas trop mal non ? » demandais-je avec appréhension, peut-être qu’il trouverait cela totalement nul.

Je repensais ensuite à la question qu’il m’avait posé tout à l’heure et à laquelle je n’avais pas répondu, celle d’être honnête avec lui et de lui dire si je venais à ressentir la même chose que ce qui m’était arrivé avec Simon. Je me tournais davantage contre lui pour le regarder dans les yeux le plus intensément possible, prenant ses mains dans les miennes, enlaçant nos doigts « Pour répondre à ta question de tout à l’heure mon cœur, cela n’arrivera jamais. Parce qu’à la différence qu’entre toi et Simon, je ne ressens pas la même chose. Simon, je l’aimais comme un frère, c’était mon meilleur ami et il n’y a jamais eu de sentiments amoureux de mon côté. Si je n’étais pas totalement heureuse c’était justement à cause de cela, et oui, je le lui ai caché que ce n’était pas la même chose de mon côté, que j’étais heureuse mais pas au même point que lui. Et je m’en veux en partie pour cela. Mais avec toi, toi je t’aime de tout mon cœur, je suis follement amoureuse de toi depuis le premier jour et je n’avais besoin que d’une chose pour être totalement épanouie, que tu sois avec moi, qu’on soit ensemble, qu’on s’aime au grand jour. Et c’est ce que j’ai aujourd’hui. Alors non, je ne serai jamais malheureuse auprès de toi, je n’aurai jamais à te cacher de tels ressentis, jamais. Et je sais que tu ferais tout sans hésiter pour moi, justement, c’est ce qui te rend encore plus parfait que tu ne l’es déjà mon amour. Jamais je ne pourrais assez te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi, même dans les moments difficiles. Et tu dis que tu es prêt à changer pour moi, mais tu l’as déjà fait mon amour. En t’ouvrant à moi, en t’ouvrant à d’autres, tu as changé. Tu n’es plus le garçon renfermé qui pensait que les émotions obscursissaient le jugement. Mais d’accord. Je te fais la promesse que je serai toujours honnête sur ce que je peux ressentir mon amour. Et je veux qu’il en aille de même pour toi. Je veux que notre couple soit placé sous le signe de l’amour mais aussi de l’honnêteté, la vérité. Je ne veux qu’il n’y ait plus jamais de moment comme la Cité des Os, je ne veux plus jamais que toi ou moi souffrons. Je veux qu’on soit heureux tous les deux et je sais qu’on le sera. Car je t’aimais depuis le premier regard, je t’aime un peu plus à chaque battement de coeur et je t’aimerai jusqu’à mon dernier souffle Jonathan Christopher Lightwood. ».

.ANGELUS




My heart is yours, my lips are yours.

My half  I had a choice to do. And I choose you. Because I love you since the first time I saw your eyes, my heart became yours. I'm in love with you. I want to be with you and nobody else. I swear all my soul is yours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Golden Boy

Je suis ici depuis le : 03/04/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Dominic Sherwood. . J'ai actuellement : 19 ans. ans mais déjà : 8856 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 7578 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Charismatique Aiden Bradford o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : Accomplir la mission qui incombe à mon sang. . Pour cela, je réside actuellement : à l'Institut de New York. tout en étant d'une humeur : Céleste o/ . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS

♥️ Clarissa - Clary, ou plutôt Clarissa car moi je l'aime ton prénom. Toi et moi on peut dire que notre relation est digne d'une attraction terrestre, des hauts et des bas tout ça pour un mélange d'amusement et de peur au fil des étapes. Cela faisait un moment que je m'étais rendu compte de mes sentiments pour toi, mais tu étais ma soeur, je devais donc lutter de toutes mes forces contre cet amour. Pourtant, j'ai eu beau faire tout ce que je voulais, je n'ai jamais pu effacer cet amour, rien ne pouvait changer cela. Dorénavant, nous avons enfin atteint l'aboutissement de notre relation, je sais maintenant que je t'aime plus que tout dans ce monde et que je veux être avec toi de tout mon coeur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve Clary, mais je sais que je me battrai pour que nous ayons un futur.♥️


♣️ Tanya - Tanya, toi et moi nous nous connaissons depuis toujours. Tu me portais dans tes bras quand je n'étais encore qu'un bébé. Tu as été ma première amie, et sans aucun doute la plus sincère. Mais toi et moi c'est encore plus que ça, c'est une symbiose d'esprits, plus forts encore que des parabatai, tu lis en moi autant que je lis en toi, tu as les mêmes envies, les mêmes goûts, nous sommes le sens littéral de l'expression âme soeur. Aujourd'hui nous avons conçu la vie ensemble, nous avons mis le meilleur de nous deux dans un petit ange. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point tu es importante pour moi, tu es aussi précieuse pour moi que l'est l'oxygène pour mes poumons, si je te perds, je meurs intérieurement. Je t'aime énormément Tanya Epinguer, et quoi qu'il puisse arriver, rien ne changera jamais cela. ♣️


♠️ Naya - Naya, sans doute mon plus grand accomplissement. Je n'aurai jamais pensé devenir père si tôt et pourtant maintenant que je le suis, je ne me vois pas sans toi. Tu es littéralement ma raison de vivre, je peux être triste ou bien en colère, dès que je te vois, j'oublie tout et je suis apaisé. Avant toi, je n'avais jamais eu peur de la mort, je me disais que cela faisait parti de mon travail mais dorénavant je ne veux pas mourir, je ne veux pas que tu sois comme moi, je veux que tu connaisses ton père, que tu me connaisses. N'oublie jamais que je serais toujours là pour toi, je ne t'abandonnerai jamais ma fille chérie, car il n'y a pas de mot pour décrire l'amour qu'un père a pour sa fille. ♠️

Journal intime
Mon statut: En couple avec Clary ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
Dim 3 Sep - 18:36
          



True love can defeat anything
Feat Clarissa Fairchild


J’avais pu sentir la jalousie de la jeune femme dans les propos qu’elle venait de prononcer, je comprenais totalement pourquoi elle ressentait cela, je savais très bien comment les femmes avaient pour habitude de me regarder, limite comme un morceau de viande qu’elle aimerait déguster de toutes les façons possibles. Même moi cela allait me faire bizarre de me considérer en couple désormais, non pas par regrets car je ne le regrettais nullement, c’est ce que je voulais de tout mon cœur. Plutôt par habitude, j’avais toujours séduit les femmes sur mon chemin, soit pour les mettre dans mon lit, soit juste pour m’amuser, ce temps-là était fini. Je ne pouvais pas par contre changer qui je suis, j’avais toujours été charmeur et je le serai toujours, cette façon subtile de charmer une femme pour qu’elle fasse ce qu’on demande ou juste pour qu’elle se mette à s’attacher à nous, cela faisait partie de moi et le changer m’était impossible. Cependant je comptais bien mettre des limites, ne jamais franchir certaines lignes, ne jamais tromper Clary, car c’était elle dont j’étais éperdument amoureux et la faire pleurer aurait valu à m’entailler le cœur. Et puis la plupart des filles que je fréquentais seraient rapidement au courant que je suis avec Clary, et même elles, ne seraient pas assez suicidaires pour se mettre une rousse à dos. Lorsqu’elle m’avait annoncé avoir une idée, je commençais à m’attendre au pire, je ne savais pas du tout ce qu’elle avait prévu mais je la savais assez inventif pour penser à n’importe quoi. Néanmoins je suivais ses directives, je m’étais aussitôt mis au-dessus du lit, non sous les draps car j’avais encore trop chaud dû à ma douche. Au moins ce petit moment de solitude me permettait de prendre le temps de réfléchir, je n’en revenais pas de la journée de folie que j’avais eu, c’était comme si je me trouvais actuellement dans un rêve et que d’un seul coup j’allais entendre la voix d’Alec me réveiller pour me dire que la grasse matinée, c’est fait pour les terrestres. Il me faudrait du temps avant d’accepter pleinement que tout ceci était bien réel, que personne n’allait débarquer pour me dire que je suis muté en Russie, ou que Clary est mourante, ou bien qu’en fait c’est ma fille, sait-on jamais dans le monde de dingue dans lequel on vit. Pour l’instant, je pouvais au moins faire mon maximum pour profiter, ne pas perdre une seconde de ce temps précieux.

Elle était revenue ensuite et s’était mise debout sur le lit pour tracer des lignes au plafond avec sa stèle, j’avais beau ne pas avoir fait totalement attention à cause de la vue du corps nu de la jeune femme juste au-dessus de mes yeux, je croyais bien voir une rune, une nouvelle rune dû à son pouvoir sûrement. J’avais beau trouver ça fabuleux qu’elle ait un pouvoir tel que créer des nouvelles runes, mon cœur ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter pour elle, de ce que cela pouvait lui faire, les conséquences sur sa santé au long terme. Il en était de même pour moi à ses yeux à elle et aux yeux de Tanya par exemple, on ne savait pas ce que mon pouvoir pouvait provoquer également. Il est vrai que le fait que ces pouvoirs nous soient confiés par notre forte concentration en sang d’ange nous pousse à ne pas trop craindre pour notre santé. Le vrai Jonathan lui aurait sans doute pu avoir des problèmes de santé s’il avait atteint l’âge adulte avec du sang de démon dans les veines, là il y aurait pu avoir complications.

« Tu sais bien mon cœur que je suis prêt à tout tester avec toi, même les choses les plus folles, voilà à quel point je t’aime ! De ce que j’en vois, je présume que tu traces une nouvelle rune, encore une vision, je me demande ce que tu nous réserves ! Evite par contre de faire exploser le plafond sinon le fait d’être rentré par effraction dans une maison dans le but de trouver un nid douillet pour la nuit, n’aura vraiment servi à rien s’il pleut ! En tout cas, même si cette rune ne marche pas, je dois dire que la vue qui m’est offerte est vraiment très plaisante, je suis même tenté de prendre cette vue en photo avec mon téléphone pour me la regarder en cas de coup dur ou d’énervement ! » J’avais ensuite laissé échapper un rire après avoir dit ces paroles, je ne mentais pas cependant, elle était vraiment magnifique nue, littéralement parfaite telle une déesse. « Je pense que c’est de ça de quoi parle la Bible quand elle parle d’épreuves et de tentations, résister à une telle beauté paraît impossible ! Je comprends qu’en le faisant, on prouve sa foi à Dieu, je comprends maintenant ses hommes d’église qui font vœux de chasteté, c’est la plus grande preuve de foi qu’on peut faire ! Moi je ne peux clairement pas ! »

Je restais totalement bouché bée devant le spectacle que la jeune femme venait de m’offrir, c’était comme si le plafond avait disparu, nous laissant une vue parfaitement dégagée du ciel étoilé. Pourtant je ne ressentais pas le froid du dehors, autrement dit c’était comme un effet de transparence sans que le plafond n’ait réellement disparu pour autant, un vrai prodige ma foi. Je l’avais déjà vu faire par des sorciers, souvent utile pour espionner des gens dans une pièce sans que les gens ne se rendent compte de rien. Je m’étais aussitôt tourné vers la jeune femme, le regard plongé dans ses magnifiques yeux verts qui me fascinaient tant, et mes lèvres se collant aux siennes pour l’embrasser d’un baiser passionné et tendre tout en prenant sa main doucement. Je m’étais ensuite remis sur le dos, admirant ce spectacle unique, je vivais vraiment la journée la plus incroyable de ma vie, les surprises ne cessaient de continuer à arriver, comme si tout ceci n’était que le début d’un voyage grandiose.

« Tu es vraiment fabuleuse mon bébé, c’est incroyable ce que tu viens de faire, je n’ai même pas de mot pour décrire totalement mon ressenti ! Tu n’as pas beau pas être une sorcière, c’est comme si tu l’étais à mes yeux, ce que tu arrives à faire, c’est prodigieux, tu as un pouvoir unique et merveilleux Clary ! Et ce spectacle est magnifique, voir un ciel étoilé, sur un lit confortable bien au chaud dans une maison avec ma chérie dans les bras, j’ai l’impression d’avoir tout ce que j’ai toujours voulu, ton idée est vraiment parfaite, merci mon cœur ! Cette rune est moins utile pour le combat que la précédente, mais bon tu pourras quand même l’utiliser en cas de filature et de surveillance de quelqu’un, voir à travers les murs ce qui se passe sans avoir besoin d’entrer, cela peut être fort utile ! » Je continuai de la serrer doucement dans mes bras, ne voulant pas que ce moment se termine, je voyais bien le moment du coucher se profiler à l’horizon et je n’étais clairement pas prêt à fermer les yeux, sans doute par peur qu’à mon réveil tout ceci ait disparu.

Il était fou de voir la puissance d’une déclaration faite par la personne qu’on aime, un tel pouvoir paraît limite surréaliste, pourtant c’était bel et bien le cas, mon cœur avait battu la chamade pendant tout son récit. Je lui avais demandé une petite promesse à la base et pourtant elle, elle m’avait promis beaucoup plus, des promesses la contraignant dans une vie avec moi. J’étais vraiment heureux de tout ce qu’elle avait dit, j’étais juste surpris qu’elle en dise autant, qu’elle se livre autant alors qu’on venait de se mettre en couple. Je n’avais pu m’empêcher encore une fois d’embrasser le plus amoureusement possible les lèvres de la jeune femme, c’était totalement nécessaire après une telle déclaration, elle s’était livré, elle méritait que je lui montre mon amour en remerciement. J’avais juste peur qu’elle me demande d’en faire autant, j’avais beau avoir fait beaucoup de progrès dans le fait de faire face à mes sentiments et mes émotions, je n’étais pas sûr d’être capable de me livrer autant dès la première fois, c’était sûrement trop m’en demander. Dire que je l’aimais, ce n’était absolument pas dur, mais lui faire autant de promesses, je ne savais pas si je le pouvais.

« Je peux te faire cette promesse également Clary, je peux te promettre que je serai toujours honnête avec toi concernant mon amour pour toi, notre couple et donc notre avenir ! Je ne te cacherai jamais mon ressenti même si mon premier instinct serait de ne pas te blesser ! Néanmoins je sais une chose, je suis vraiment éperdument amoureux de toi, il m’aura fallu du temps pour vraiment le comprendre et mesurer l’intensité de mon amour pour toi, mais c’est bel et bien le cas ! Mon cœur n’a qu’un seul désir et c’est être auprès de toi ! Je ne peux te promettre que je serai toujours avec toi car on ne sait jamais ce que la vie peut nous réserver, tout comme je ne peux te promettre de t’aimer toute ma vie, je ne pourrai jamais en avoir la certitude ! Je sais juste qu’à cet instant précis, je t’aime plus que tout dans ce monde et que je ne vois pas honnêtement comment quelqu’un ou quelque chose pourrait changer cela ! » J’avais gardé mes lèvres contre les siennes pour prolonger le baiser, j’avais besoin de profiter de ces douces lèvres que j’aimais tant.

Je sentais la fatigue gagner mon corps malgré que mon esprit lui ne veuille absolument pas coucher. Il faut dire que ma journée avait été très longue, je m’étais levé très tôt pour aller à Alicante faire ma mission, autant dire que je fatiguais à force. Et cette déclaration m’avait fait comprendre quelque chose de très important, la réalité de la situation, que je n’avais pas à avoir peur de perdre tout cela dès le réveil le lendemain matin. Notre couple était bien réel, notre amour était bien réel et plus personne ne pourrait nous empêcher de tenter notre histoire dorénavant. « Je ne le veux pas vraiment mais je sens bien que mon corps est vraiment fatigué, et qu’il aurait bien besoin de repos ! Que dirais-tu de fermer les yeux et s’endormir paisiblement après cette journée parfaite pour moi en tout cas ! » La jeune femme avait acquiescé de la tête et je m’étais empressé en même temps qu’elle de me glisser sous les draps pour pouvoir s’endormir paisiblement. J’avais approché mes lèvres des siennes pour la gratifier d’un dernier baiser « Bonne nuit mon bébé, dors bien surtout, je veille sur toi donc fais les plus beaux rêves possible ! Dans mon cas, le rêve est déjà la réalité ! » Je l’avais laissé ensuite se mettre dos à moi, pour que je puisse passer mes bras autour d’elle et que nous puissions nous endormir l’un contre l’autre tel le couple qui planait au-dessus de nous depuis si longtemps.





I'm sorry Clarissa.. It took me a long time
to accept that i love you from the beginning.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

- Shadowhunters -




Re: [Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace
          



Revenir en haut Aller en bas

 
[Terminé] « True love can defeat anything. » ✝ Clace

 ::  :: Rp Terminés


 Sujets similaires
-
» clip true love 1980 du groupe ash
» True love
» Les paroles et vous.
» The true love!
» Anna et Kristoff




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

© SHADOWHUNTERS (2016) appartient à ses admins : Deathtime et .ANGELUS. Toute reproduction totale ou partielle est interdite. Forum optimisé pour GC.