[Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]

 ::  :: Stories from the Past
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




[Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Mer 22 Fév - 23:03
          


« Je dois avouer que New York n’est pas une si piètre ville que je laissais entendre, on y trouve tout ce qu'il faut » je lance à Aiden alors que je m’engage sur la cinquième avenue, talons claquant sur le trottoir. Mes vêtements des siècles derniers sont de véritables pièces de collection, pourtant elles ne vont pas pour la situation actuelle. Et heureusement que la mode change, vu certains faux pas dans ce domaine, c’est en presque tragique parfois. Mais j’ai aussi fréquenté Hollywood outre les différentes cours d’Europe. Du temps où j’étais mariée à Crystal, la dernière en ligne, je participais souvent à toutes ces soirées qu’elle détestait, me faisant parfois passer pour elle, même lui arrivait de m’accompagner bien que c’était elle l’actrice. C’est d’ailleurs un métier que j’aurai pu faire avec mes compétences et mon charme. Je devrais peut-être me réorienter dans ce domaine quand les tensions seront retombées. Je connais donc bien le monde du glamour et de la mode, coupler à cela mon sens de la perfection et une envie profonde de plaire et de me faire admirer et vous obtenez la plus grande diva du coin.

Je glisse mon bras sous celui d’Aiden, un immense sourire sur mes lèvres rouges pulpeuses. « Ce soir, on s’amuse. Ce n’est pas parce que le monde de l’ombre se casse la gueule que l’on ne peut plus vivre. » Je fais mine d’être préoccupée par ce qui se déroule derrière les coulisses, mais je m’en contre-fiche en réalité. Tant que je peux continuer de faire ce qui me plait et de profiter de la vie. Je réarrange un peu mon décolleté qui promet de faire tourner des têtes, ma robe rouge particulièrement moulante et m’arrivant aux genoux en mettant toutes mes courbes en valeur juste comme il le faut. Pourtant, ce n’est pas vulgaire comme on pourrait le croire, comme le sont certaines jeunes filles de nos jours. Non, un corsage se trouve dans mon dos, affinant encore plus ma silhouette et bien entendu que ce sont de véritables rubis sur mes escarpins. Ma bijouterie est d’ailleurs uniquement composée de rubis, ainsi que la pince ornée d’un phénix que j’ai glissé dans mes cheveux en un chignon élégant qui laisse tomber quelques boucles brunes légères juste là où il faut. Bien entendu, j’ai aussi ressorti mon parfum de roses sauvages pour l’occasion.

Enfin une veste légère montrant ma taille et qui ne sert qu’à la décoration et à m’éviter d’avoir à lancer un sort de coupe-vent. Il serait dommage que l’air frais de la nuit gâche ma peau magnifique en me faisant frissonner. « Elles m’ont manquées nos soirées. » Je lance ensuite à Aiden alors que nous approchons de notre cible : l’une des boîtes de nuit les plus vivantes de la Grosse Pomme. « Et ce soir, j’ai prévu de m’amuser dans tous les sens du terme. » Autrement dit, je veux boire, danser, me perdre dans le rythme de la nuit, quitte à finir par de la drogue et une bonne partie de jambes en l’air. La totale. Et accompagnée d’Aiden, je ne pouvais rêver mieux, même s’il ne sera pas mon partenaire pour cette dernière activité. Notre relation fusionnelle va bien au-delà des plaisirs charnels, qu’est-ce que vous pensiez ? J’aurai bien aussi mentionné le sujet de Katerina à Aiden, mais je suis parfaitement au cours que c’est un sujet qui fâche. D’habitude, je n’aurai rien contre jouer avec les nerfs de mon meilleur ami, c’est parfois si amusant, mais je ne veux pas tuer l’ambiance avant même que la soirée ne commence. Et puis l’attaquer sur un terrain aussi accidenté que sa vie sentimentale serait tout à fait non fair-play de ma part. En tout cas pas ce soir, pas après ma rencontre avec Kat, pas après sa découverte de notre rencontre. Et puis ce soir, je le veux pour moi toute seule. Je m’approche d’ailleurs plus près, l’autorisant à glisser son bras autour de mes hanches alors que je lui murmure dans l’oreille « Ce soir, tu n’es qu’à moi. Je ne te partagerais qu’uniquement si tu veux te nourrir. » Puis j’ajoute un clin d’œil avant de caresser le côté de sa mâchoire brièvement, aussi éphémère qu’un papillon.

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Jeu 2 Mar - 17:11
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington

Je pense que ce n’est un secret pour personne que dans le domaine social, je ne suis pas l’individu le plus adapté, je ne réagis pas vraiment comme les autres, et j’ai eu du mal à me faire des relations. Pourtant, il y a une relation que j’ai nouée tout de suite dès que je l’ai vu, une relation que personne ne peut vraiment comprendre, si fusionnelle qu’il n’y a pas de réels mots pour la décrire. C’est ma relation avec Olympe, on peut clairement dire qu’elle et moi, cela a été le coup de foudre dès que l’on s’est vu, mais pas un coup de foudre hollywoodien de type amoureux, nous c’est plutôt comme un miroir montrant deux doubles parfaitement identiques, elle me ressemble plus que quiconque dans ce monde, elle me comprend mieux que quiconque, on peut clairement dire que c’est cosmique entre nous, au-delà des étoiles. C’est d’ailleurs pour cela qu’il m’ait si dur de la partager ou de la laisser me quitter, depuis tout ce temps où nous nous connaissons, je n’ai pu la laisser m’échapper que quelques mois, c’était le maximum que je pouvais faire, il fallait que je la revois ensuite, comme un drogué ayant besoin de sa dose, j’ai besoin de ma dose d’Olympe.

Je pouvais voir l’air abasourdi sur les visages des passants en voyant Olympe passer à côté d’eux, elle avait toujours eu cet effet sur les gens, il faut dire qu’elle s’habillait comme une princesse le ferait, ce qui pouvait que surprendre les simples New-Yorkais qui eux s’habillaient dans des habits plutôt simples. Moi j’avais l’habitude des habits de ma meilleure amie, de son style particulier et pourtant si raffiné, tout simplement parce que je faisais pareil. Pas dans le style fantaisie avec tous les bijoux, mais dans le style vêtements chics, je ne portais que des costumes, c’était mon habit du quotidien et non pas un habit d’évènement comme la plupart. Et pas n’importe quels costumes, pas ceux achetés dans des magasins, moi je les faisais faire chez un tailleur de Milan, un que j’avais rencontré lors d’un de mes voyages et qui était pour moi le meilleur tailleur du monde. Je vous laisse imaginer donc les coûts de ces costumes entre le fait main de l’artisan et le transport depuis Milan, mais bon quand on est riche et qu’on a un certain niveau d’exigence, le prix n’importe pas. Cependant je mettais rarement des cravates ou des nœuds papillon avec mes costumes, je préférais ne pas fermer le dernier bouton, je trouvais ça trop cloisonné sinon, trop formel, et Olympe ne s’en plaignait pas puisque ça lui permettait de pouvoir sentir mon cou, quelque chose qu’elle adorait.  

En parlant d’actions de la jeune femme, elle venait de caresser ma mâchoire brièvement, un geste que j’affectionnais beaucoup non seulement pour l’amour que cela montrait mais aussi tout simplement parce que cela me faisait frissonner. Je décidai donc de passer mon bras autour de ses hanches pour la serrer à moi et ainsi qu’on entre tel un couple, à notre habitude. Et je décidai d’en rajouter en faisant effleurer mes lèvres sur son cou, lui procurant des frissons, et moi m’enivrant de son doux parfum que je connaissais tant. J’entrai alors avec elle, et bien évidemment les regards se tournaient tous vers nous, il y avait évidemment la tenue splendide de la jeune femme, mais il y avait aussi  surtout ma célébrité, les paparazzis voulant savoir tout de ma vie pour l’afficher dans les magazines. D’ailleurs plusieurs d’entre eux voulaient prendre des photos, connaissant la jeune femme, je n’hésitais pas une seconde et je pris la pose avec elle, je trouvais cela amusant et surtout sans prise de tête, cela faisait du bien de se vider la tête et de penser qu’à s’amuser comme au bon vieux temps.

« Je te l’ai toujours dit que New York était une super ville, elle ne vaut pas ma ville préférée de Milan, mais quand même elle se classe en bon deuxième ! Et je suis tout à fait d’accord, on est entre nous, donc pas de mensonge, on s’en fiche que Valentin veuille tout détruire, on ne s’est jamais préoccupé des autres, ce n’est pas maintenant qu’on va commencer ! Elles m’ont manquées aussi nos soirées, j’ai été pas mal pris ces derniers temps, je suis désolé, je tâcherai d’être plus disponible à partir de maintenant, car tu m’as manqué voluptueuse brune ! Et je n’aurai pas dit mieux Chérie, toi aussi tu es rien qu’à moi ce soir, je te laisse uniquement pour trouver une proie sexuelle pour la soirée, et encore ce n’est pas dit, tu connais ma possessivité, je serais capable de le tuer avant même que tu l’aies vu tout nu ! » Je plongeai mon regard dans le sien intensément, elle savait que je ne blaguais pas et que j’aurai été capable de le tuer si ce soir, je n’étais pas d’humeur à la partager. J’avançai mes lèvres près de son oreille pour y murmurer sensuellement « Tu veux boire quelque chose après cette touche macabre et pourtant si excitante ? »





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 12 Mar - 16:19
          


Comme d’habitude, je peux compter sur la tenue impeccable d’Aiden pour impressionner les foules. Il se met toujours sur son trente-et-un, c’est d’ailleurs l’une des choses qui fait son charme, cela et son corps d’Apollon mystérieux qui fait chavirer les cœurs d’un simple regard et qui me fait me sentir comme une reine de par l’attention qu’il me porte. Mais notre relation va bien au-delà du physique, elle est spirituelle, quasi-cosmique certains diraient même. Nous ne nous arrêtons pas aux banalités de la simple vie quotidienne, nous allons beaucoup, beaucoup plus loin, l’un poussant toujours l’autre à dépasser ses limites et lui permettant de passer des moments incroyables. Avec Aiden, je sais que je ne vais jamais m’ennuyer, qu’il sera toujours là pour moi, même si je risque à chaque fois de me brûler les ailes. Mais le gain est bien fade s’il n’y a pas de risque. Et seuls les Anges savent à quel point nous aimons tous les deux le danger, que nous le cherchons, le provoquons.

Et ce soir, il ne m’a pas déçue. Rien que ses caresses me donnent des frissons et me donnent un avant-goût de ce qui sera à venir et je ne peux qu’être excitée à cette idée, me délectant de cette anticipation douloureusement lente. Nous voilà d’ailleurs devant le club qui deviendra notre terrain de jeux et de chasse pour la nuit. Ses bras autour de ma taille et les miens lovés autour de la sienne, nous entrons comme si nous étions les rois du monde, ce que nous sommes un peu, il faut se l’avouer. Nous formons le couple platonique le plus glamour du Hollywood obscur, mais ça, personne ne le sait. Ce que tous les paparazzis voient lorsque nous arrivons, c’est un nouveau scoop et de nouvelles photos à prendre. Il me suffit d’un seul regard en direction d’Aiden pour comprendre qu’il est relativement satisfait de la situation. Ce n’est peut-être qu’un détail, mais je préfère m’assurer que cela ne le dérange pas, une sorte de pacte silencieux entre nous, avant d’y aller en mode diva totale. Puisque c’est son image qui est jeu et que je ne veux absolument pas causer du tort à mon meilleur ami, ma moitié fusionnelle. C’est pourquoi après avoir croisé son regard, je souris de mon sourire le plus sensuel et prend un pose digne de la plus grande des actrices tout en me penchant un peu sur Aiden, marquant ma possessivité davantage. Je ne cligne pas des yeux lorsque les flashs des appareils nous éblouissent, remerciant une nouvelle fois Crystal de m’avoir appris cette technique de star du temps où elle était encore en vie.

Une fois les paparazzis nourris de clichés à envoyer aux magazines des quatre coins de New York, je fais quelques pas à l’intérieur, mon bras dorénavant accroché à celui d’Aiden, un miroir en somme de ce que nous étions durant toutes ces soirées bourgeoises durant les siècles derniers. Mon rire cristallin monte brièvement dans les airs lorsqu’il mentionne la possibilité que ses pulsions meurtrièrement possessives prennent le dessus. « Chéri, je serai déçue s’il n’y avait pas ce risque ce soir. Le jeu en vaut toujours la chandelle. Déshabiller un Terrestre avant que tu ne lui coupes la gorge est un défi que je serai toujours prête à relever ! » Bien sûr que je viens de lui lancer un défi, je suis comme ça, les jeux cela me connaît, toutes sortes de jeux. Je hoche ensuite la tête lorsqu’il propose un verre pour commencer. « Tu m’exciteras toujours Chéri. Un dirty martini. Pour commencer. » Et me mettre dans l’ambiance de cette soirée qui va se pimenter très vite, j’en suis certaine. Je l’attire donc vers le bar, restant debout au comptoir après qu’on ai passé commande. Accoudée à moitié, j’observe la salle durant trente secondes exactement. C’est tout le temps que je me permets de passer à regarder les Terrestres, cherchant déjà une victime, autant pour moi que pour Aiden. Puis mon attention rebascule sur mon très cher vampire, après tout, cette soirée je suis venue la passer avec lui, il mérite toute mon attention et je mérite la sienne. Je glisse l’une de mes mèches derrière mon oreille, mes yeux papillonnant légèrement. « Tu sais, ce n’est pas grave si tu étais occupé, je ne t’en veux pas puisque je sais que tu finiras par me revenir. » C’en est presque une vérité générale à notre niveau. « Mais je t’avoue que tu m’as beaucoup manquée et que je suis jalouse que les autres ont reçus plus d’attention de ta part que moi récemment, mais tu me connais, c’est mon côté possessif qui ressort. » J’ajoute un sourire pour faire bonne mesure et cela m’en vient à penser à Katerina et notre rencontre particulièrement… étrange, pour le moins qu’on puisse dire.

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 26 Mar - 15:07
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington

Les relations humaines sont sans doute le plus grand mystère de ce qui fait un être humain, notre capacité à passer de l’amour envers une personne à la haine le lendemain, et ce parfois pour des broutilles. Cependant, il existe un type de relations spéciales, où l’amour ressenti ne peut être changé, où le lien ne peut être brisé, et c’est exactement ce que j’ai avec Olympe. Peu importe le temps passé, peu importe la distance entre nous, notre lien ne change pas, il ne perd jamais de son intensité, et le manque se fait toujours ressentir même après autant de décennies. Je n’ai encore vu personne avoir une connexion comme celle de la jeune femme et moi, mêmes les parabatai ne sont pas à notre niveau de symbiose, on ne se dispute jamais parce qu’on n’a même pas des raisons de le faire. On a quasiment les mêmes goûts, les mêmes envies, les mêmes idées, c’est comme voir un double de soi en permanence, la seule différence c’est qu’il est d’un sexe différent du vôtre. Et encore, ce n’est pas tant un problème pour nous, car on a pris l’habitude de se voir nu, on connaît le corps de l’autre par cœur, et le pire c’est que rien de tout ceci n’est gênant, c’est comme n’avoir aucun secret pour l’autre. C’est étrange, mais tellement relaxant de pouvoir être totalement soi-même avec quelqu’un.

Je n’avais pu m’empêcher de sourire en écoutant ses propos sur mes pulsions meurtrières, parfois je n’en revenais pas qu’elle m’accepte avec ce trait noir de ma personnalité. Ryan lui n’avait pas vraiment eu le choix, je l’avais élevé, il s’était senti obligé de tolérer ceci par amour pour son père mais Olympe aurait pu fuir en le découvrant, et pourtant elle ne l’avait pas fait, cela n’avait rien changé pour elle, ce qui n’avait fait que renforcer mon affection et ma confiance pour elle. J’avais pris ensuite grand soin de commander un dirty martini au barman pour commencer, en lui dictant les règles de dosage que je connaissais par cœur pour la jeune femme, une question d’habitude. Et pour moi, j’avais choisi de prendre un bourbon, j’aurai pu commencer par un cocktail pour y aller doucement mais après tout, être avec ma meilleure amie me donnait envie de me lâcher, de n’avoir aucune retenue et de faire ce qui me plaît. Une fois que le barman me tendit les deux verres, je donnais le sien à la jeune femme et je gardais le mien pour trinquer avec elle.

« À une soirée d’amusement qui nous rappellera toutes celles qui ont précédées celle-ci ! À une relation qui défie le temps depuis 182 ans déjà et qui continuera jusqu’à la fin des temps ! Et surtout à toi Chérie, ma fantastique meilleure amie qui me fait ressentir des choses que la plupart des gens ici ne connaîtront jamais ! » Je sirotai un peu de mon verre avant de le poser sur le bar et de m’incliner devant elle en prenant sa main « Miss Wellington, me feriez-vous l’honneur de bouger votre magnifique fessier en ma compagnie sur la présente piste de danse ? » Je n'avais bien évidemment pas dit la version officielle, je l'avais Aidennisé, une version plus originale qui allait amuser la jeune femme à coup sûr. Je n'avais même pas attendu une réponse, je m'étais contenté d’un hochement de tête, l’empêchant de parler en l’emmenant directement sur la piste. Je mis ma main gauche à sa taille pour la tenir durant la danse, et mon autre main dans la sienne pour guider le pas, je restais soft dans les positions car comme me rappelait souvent la jeune femme, j'étais trop impatient d’ordinaire.

« Je peux t’assurer que tu m’as beaucoup manqué aussi, et tu as tous les droits d’être jalouse, tu sais que j’aime ta jalousie, et là elle est légitime ! Nous avons toujours été très proches, et ces derniers temps, je n’ai pas assurer ce rôle.. ! Mais je compte bien me rattraper puissance 10000 si je peux dire, je vais te coller comme jamais personne ne t’aura collé ma chère, tu en auras sans doute marre de moi à force mais je m’en fiche, je continuerai à jouer les sangsues ! » Je posai ma main sur sa joue un peu pour la caresser tendrement tout en posant mon front contre le sien « Car tout comme tu me l’as dit la dernière fois, moi aussi je veux te voir heureuse, et si ma présence est une donnée essentielle pour cela, je serai là pour te l’apporter ! Notre lien est le fondement de ma vie, Katerina a beau avoir mon cœur désormais, toi tu es celle qui m’a fait revivre à la base, qui m’a fait découvrir les émotions humaines, et c’est bien pour cela que j’aurai toujours un besoin de toi insatiable dans ma vie Chérie ! »





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Mer 12 Avr - 15:57
          


Je souris en remarquant la précision avec laquelle Aiden indique mon dosage favori. Je sais bien que les barmans ne sont pas les genres à se laisser dicter lorsqu’il s’agit de cocktails puisqu’ils savent mieux que personne comment les faire, mais Aiden est plutôt impressionnant. Personne ne lui refuse jamais rien et c’est mieux ainsi sinon nous aurions des centaines de meurtres sur les bras, lui et moi. Cela m’amuse toujours autant de l’observer dicter ses ordres cachés, puisqu’il fait toujours tout dans l’élégance, même les meurtres. Je ne m’en lasserai jamais de le voir en pleine action et le voir ainsi commander, si autoritaire et surveillant attentivement les gestes du barman m’excite un peu, je dois l’avouer. Si notre relation n’était pas aussi spirituelle et dépassant de loin le charnel, je lui aurai déjà sauté dessus et je l’aurai clamé mien, ici et maintenant sur ce comptoir devant tout le monde. Surtout devant tout le monde, tout pour les scandales et faire parler les gens. Mais je ne ressens pas ce genre d'attirance envers lui. Je remarque aussi qu’il compte se lâcher puisqu’il commande immédiatement un bourbon, sautant les formalités complètement inutiles entre nous. Je souris. J’apprécie beaucoup qu’il soit comme ça, cela promet toujours beaucoup d’amusement et une nuit inoubliable.

J’écoute son discours après l’avoir remercié doucement pour le verre. Je trinque avec lui avant de lui répondre. « Oh, mais je pourrais aussi chanter tes louanges durant des heures, chéri. Sans toi la vie serait bien triste ! » Je sirote aussi légèrement mon verre, faisant tourner légèrement l’olive dans le verre triangulaire, observant les va-et-vient du liquide transparent, profitant de cette saveur que je connais depuis les années et que j’apprécie tout autant. Mais c’est sans compter sur Aiden, qui choisit ce moment pour m’inviter à danser. Je ne pourrais jamais lui refuser une danse puisque j’adore cet art tout autant que lui. Déposant mon verre sur le comptoir à côté du sien et ensorcelant les deux afin que personne n’y touche, un simple petit sort de rien du tout, mais qui sera bien chiant pour la personne qui l’activera, avant de me tourner avec un sourire narquois vers mon meilleur ami. « Pour toi, très cher, je bougerais mon majestueux derrière jusqu’au bout de la nuit ! Puisque tu me le demandes avec autant de grâce et de finesse, j’accepte avec plaisir cette danse, Monsieur Bradford. » Mais j’ai à peine le temps de finir ma phrase qu’il m’embarque déjà sur la piste, me permettant à peine de finir. Je ne suis pas surprise de le voir aussi impatient, après tout, il prend un malin plaisir à me contrarier gentiment et à vouloir toujours tout prendre en main. Je le laisse mener en me souvenant de notre accord silencieux jamais mentionné, le fait que nous prenons à tour de rôle le contrôle, l’un après l’autre, en nous disputant parfois pour le simple plaisir de rivaliser pour le contrôle. Ces petits jeux entre nous connaissent pourtant leurs limites que nous ne dépassons pas, par pur respect l’un envers l’autre. Même si c’est particulièrement jouissif et excitant de nous rapprocher le plus possible de ces limites.

Nous nous plaçons donc sur la piste, tout d’abord en position traditionnelle de danse, on ne se refait pas après tout. Nous avons tous les deux la chance d’être immortels, d’avoir vécu plusieurs siècles et d’avoir eut l’incommensurable plaisir de connaître l’âge d’or de la danse, quand les danses de salon étaient un art respectable et absolument divin à regarder comme à pratiquer, quand les orchestres rivalisaient d’expérience pour divertir nos oreilles. Rien à voir avec les trémoussements de la mode actuelle et le « son » comme disent les Terrestres de cette époque. Les paroles d’Aiden me ramènent rapidement à la réalité, chassant mes pensées lugubres et frustrée concernant la décadence de l’art de la danse. « Oh, mais cette soirée promet alors si tu comptes m’être aussi dévoué ce soir ! Et j’aime quand tu me colles de la sorte, cela me fait me sentir désirée et tu es l’une des rares personnes à savoir me désirer comme une dame de mon statut le mérite ! » Et sa confession pourtant m’étant connue depuis des années, continue, me faisant rougir. Oui, il est toujours capable de me faire rougir après toutes ces années. Me collant un peu plus contre lui alors qu’il me caresse la joue, je maintiens tout de même une position respectable en société. « Heureuse de savoir que ma place dans te vie n’est pas compromise par ta promise, chéri. Et en parlant de ta dulcinée, j’essaierai de faire des efforts pour ne pas qu’on s’entretue, car ton bonheur m’est très cher. Même s’il faudra qu’elle fasse des efforts elle aussi, je ne compte pas être la bonne de service, je ne suis pas une sorcière pour rien. Mais je pense que si nous en parlons comme deux personnes civilisées, sans aucune gêne et mensonge, sans garder de secrets l’une envers l’autre, nous réussirons à cohabiter dans ta vie sans que tu n’en subisses de désagrément. » Je préfère ne pas en dire plus à propos de Katerina, car notre rencontre me revient immédiatement en tête et, bien qu’amusante, ce fut une soirée lourde de conséquences. Enfin, notre deuxième rencontre plutôt, car nous nous étions vu auparavant. « Savais-tu d’ailleurs que je l’ai rencontré à bord du Titanic en 1912 ? Pourtant, je ne connaissais pas son nom et nous n’avons que près peu échangé sur le coup… » Ah ce bon vieux temps où le titre de grand dame était le meilleur compliment que je me plaisais à porter…

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Lun 17 Avr - 16:48
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington


Je repensai parfois à ma vie avant que je rencontre cette charmante jeune femme brune, à quel point cette vie était terne et sans réel joie de vivre. Je me contentai de commettre des meurtres par nécessité pour étancher ma part d’ombre mais à part cela, je n’avais pas vraiment de joie de vivre, j’étais arrivé au bout de mes objectifs, mes affaires étaient florissantes, j’étais déjà un vampire puissant et je pouvais tuer qui bon me semble sans avoir aucun soupçon. Je dirais que je manquais de folie, que ma vie était devenue monotone. Puis je l’ai rencontré et tout a changé, elle a su raviver le feu dans ma vie, remettre un tout nouveau intérêt à cette vie d’immortel. Voilà pourquoi depuis ce jour, je ne l’ai plus lâché, je dirai qu’en plus d’être ma meilleure amie, mon double spirituel, elle est aussi ma muse, celle qui me fait voir les couleurs de ce monde quand je ne le vois plus qu’en noir et blanc. Plus d’une fois j’aurais sombré sans son secours, mais à chaque fois, elle a su remettre mes batteries à leur maximum, me faisant passer à une nouvelle version de moi-même, je ne serais clairement pas ici si elle n’avait pas été là.

Je continuai de danser avec elle dans une position traditionnelle, certains auraient pu penser qu’on avait l’air de vieillards à faire cela, mais il n’en était rien, dans mon esprit je pense surtout que nous sommes plus raffinés que la normale, il nous faut commencer par cela pour ensuite partir à la dérive. Et quand je dis à la dérive, c’est bien plus que n’importe quels jeunes sous hormones. Je descendis ma main doucement dans le bas de son dos mais gardai mon autre main dans la sienne, intensifiant le rythme de la danse, sachant qu’elle pourrait suivre, je la fis ensuite tourner sur elle-même pour la ramener à moi d’un seul coup. Sa cuisse remontée sur la mienne, nos fronts s’effleurant pour montrer la proximité de nos visages, et nos regards plongés intensément l’un dans l’autre « Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ton fessier, il est très beau à voir dans toutes les circonstances, bien que j’ai une préférence pour la tenue d’Eve, là il est vraiment au sommet de son art ! Enfin pour dire vrai, tout ton corps est à son apogée quand tu es nue Chérie, j’en profite très souvent quand tu es chez moi, je ne m’en lasserai d’ailleurs jamais, c’est comme regarder la Joconde au Louvre, on admire tout le travail artistique derrière l’œuvre ! Bah moi j’admire toutes les courbes de ton corps pour en comprendre le secret ! »

La désirer, elle avait bien raison là-dessus, notre relation avait beau être au-dessus de tout ceci, je ne pouvais nier que je la trouvais vraiment très belle, aucun homme digne de ce nom ne lui aurait dit non et c’était compréhensible. Il m’arrivait de me demander si nous avions eu raison de ne jamais s’aventurer dans le domaine sexuel, même pas une seule fois, n’allait-on pas le regretter un beau jour ? Car je savais au fond de moi que cela serait sans aucun doute une nuit épique avec la jeune femme dans ce domaine, mais la peur que cela change notre relation restait présente, et je ne voulais en aucun cas perdre cette relation si unique et si spéciale. Surtout que maintenant je m’étais épris de Katerina, je vivais avec, il était donc trop tard pour tout ceci, d’autant plus qu’il n’y avait aucune chance qu’un beau jour Katerina accepte que je couche avec Olympe, elle était déjà bien trop jalouse de la jolie brune.

« D’ailleurs à ce propos, tu ne te dis jamais qu’on a peut-être fait une erreur en ne le faisant même pas une fois, on sait tous les deux au fond de nous qu’on a du désir l’un pour l’autre, et qu’une nuit entre nous aurait été épique, est-ce qu’on n’a pas fait une erreur en ne le faisant pas ? Je sais les raisons qui nous ont poussé à ne pas le faire, et elles sont totalement légitimes, je ne veux pas perdre notre connexion, je me demande juste si un jour on n’aura pas ce regret, ou si nous ne l’avons pas déjà ? » Je marquais une pause, le regard plongé intensément dans le sien, je me mis à embrasser la commissure des lèvres tendrement « Merci de vouloir faire des efforts, merci de faire cela pour moi ! Je ne te demande pas de te rabaisser, elle aussi doit faire des efforts, je lui ai bien fait comprendre, mais je te remercie de faire tout ceci pour moi ! Car je ne veux perdre aucune de vous deux, vous êtes bien trop importantes, c’est peut-être égoïste mais c’est comme ça ! »

Je retirai ma main de sa main pour la mettre au niveau de ma seconde, sur le bas du dos de la jeune femme, ainsi je pouvais la coller plus à moi et la danse pouvait être plus intime, je passai alors mes lèvres dans son cou , effleurant sa peau, l’embrassant à certains endroits mais par de brefs baisers pour créer le désir chez elle « Sur le Titanic ? Non je ne savais pas, mais j’aurai dû faire le rapprochement ! Je savais que Kat avait été sur le Titanic aussi, donc deux femmes aussi importantes que vous, vous avez forcément dû finir à la même table à quelques réceptions ! En fait vous auriez pu devenir proches avant que je devienne proche d’elle, la vie est parfois très comique ! »





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Mar 25 Avr - 21:44
          


Je souris, blottie contre Aiden et me balançant au rythme de la musique. Notre position est certes très classique, beaucoup diraient vieillotte ou cliché, mais c’est ainsi que nous avons tous les deux appris l’art de la danse. Dans les salons, lorsque cela faisait partie des bonnes manières et des règles de bienséance, il fallait savoir danser, tout comme les femmes devaient savoir servir le thé et les hommes devaient savoir se battre. Des rôles bien déterminés avec des tâches précises qu’il fallait savoir accomplir, et ce avec brio pour ne pas se retrouver au bas de l’échelle sociale, qui aujourd’hui sont largement chamboulés. Ce n’est pas plus mal, la belle époque n’est plus, mais elle n’était pas entièrement belle. Elle possédait aussi de nombreux désavantages que les terrestres d’aujourd’hui ne connaîtront jamais. Mais l’évolution terrestre est si intrigante et je ne saurais m’en lasser. D’ailleurs la voix grave et si charmante d’Aiden me tire de ma rêverie, me faisant lever la tête vers lui, mon front bruissant contre le sien comme les plumes d’une mésange. Mon regard est de nouveau emprisonné dans le sien, comme paralysé ou bien enchanté. Et même si je le voulais, je ne pourrais rompre ce contact enivrant. « Il est vrai que je possède un corps d’Aphrodite et qu’il me plait de sentir sur moi ton regard admiratif et grivois. Puisque tu sais bien à quel point j’aime que l’on flatte mon égo et que l’on me désire, je ne vis que pour cela. Mais ta très chère dulcinée semblait quelque peu… gênée par la révélation de ma splendeur naturelle et parfaite. Moi qui joue autant dans les deux quand il s’agit des plaisirs charnels, je n’ai pas hésité une seule fois avant de lui jouer un tour et de profiter de la situation pour m’afficher au maximum. J’espère qu’elle ne sera point fâchée, même je ne m’excuserais pas puisque je ne regrette rien. » Mon sourire léger reste sur mes lèvres, mais il devient quelque peur, amer, pour ainsi dire. Le reste de la soirée n’a pas été catastrophique en soit, loin de là, pourtant, je sais pertinemment que par mes actes, je me suis faite une nouvelle ennemie. « D’ailleurs, toi non plus tu n’es pas mal du tout dans ton genre, rien à envier à Apollon ! Et tes massages sont tout simplement divins ! »

La charmeuse Olympe est de retour, je ne vais pas laisser le souvenir de ma soirée avec Katerina me détruire celle que je peux enfin passer avec mon meilleur ami. Puisque je me suis promis que plus aucune personne n’allait me pourrir mes soirées, qu’elle soit terrestre ou surnaturelle. Toujours blottie contre Aiden, mes mains glissent dorénavant dans son dos au lieu de rester sagement dans sa main et sur son épaule. En une fraction de seconde, aussi rapide qu’un souffle, mes doigts pincent sa fesse gauche à travers l’épais matériau de son pantalon. Mon regard se fait ainsi amusant, joueur, presque vorace tandis que je le lance dans l’un de nos nombreux jeux de provocation. « Il est vrai que c’est une question que je me suis déjà posée, chéri. J’ai même eut de nombreuses heures pour y songer, du temps où tu n’étais pas encore avec Katerina notamment. » Je marque une brève pose, repensant à Teddy qui m’avait lancé sur le chemin de l’opium et autres drogues et à l’un de mes autres maris, Marcel, celui qu’Aiden avait assassiné pour moi. « Après Dubrai » je ne mentionne les prénoms de mes maris que lorsque je parle de ceux que j’ai appréciés vraiment, les autres n’ont que le droit à leurs noms de famille, noms que je portais autrefois, « je me suis souvent demandée si tu n’étais pas mon chevalier sur son cheval blanc. Tu avais tout pour être le prince charmant : beau, fort, galant et efficace. Sans oublier ultra protecteur. Tu avais été la seule personne qui avait réussi à me sortir de cette mauvaise passe, à me permettre de renaître, de redevenir moi-même. » Je baisse les yeux un instant en marquant une pause. « C’est vrai que je me suis demandé plus d’une fois ce que cela ferait que de te chevaucher jusqu’au bout de la nuit, mais il y a plusieurs raisons qui m’ont poussées à ne jamais rien tenter d’irréversible. » Je me rapproche de lui, murmurant dorénavant dans son oreille, ma voix suave et sensuelle, à peine audible et pourtant si claire. « D’une part, je ne veux pas détruire notre relation qui va bien au-delà de l’amitié. D’autre part, je… » Mes écailles violettes apparaissent un instant le long de mon cou. « Tu ne mérites pas d’être souillé par ma personne. Je suis une malédiction sur pattes à moi toute seule. Tu ne mérites pas que je te brise le cœur. » Bien entendu, je ne lui dis pas que je pense que je ne le mérite pas. J’éloigne un peu mon visage afin de pouvoir lui faire face, yeux dans les yeux. « Je préfère sacrifier la meilleure nuit de ma vie plutôt qu’une vie entière sans toi à mes côtés. »

Mais le sujet de la conversation revient sur sa chère dulcinée malgré les quelques baisers autour de mes lèvres et dans mon cou, baisers que j’ai particulièrement appréciés et lui ai fais savoir en papillonnant des yeux, un sourire satisfait sur les lèvres. Ma déclaration d’il y a quelques instants et encore trop fraîche dans ma mémoire, il faut que l’on parle d’autre chose, alors Katerina tombe très bien. « Il est vrai que nous avons partagé un repas ou deux à bord du Titanic. À l’époque, nous nous connaissions uniquement professionnellement, elle avec l’art et moi avec la joaillerie. Et bien entendu, le fait que nous étions toutes les deux en première classe, ce qui nous a sauvé la vie en soit. Mais comme avec de nombreuses personnes à l’époque, une fois ce voyage chaotique terminé, chacun est reparti de son côté sans se soucier des autres ou chercher à reprendre contact. Ce qui est dommage en soit, puisque nous aurions pu nous entendre si nous avions pris le temps de plus nous connaître à bord du paquebot. Peut-être même que je te l’aurai présentée et qu’il n’y aurait aucun soucis entre nous aujourd’hui… »

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 30 Avr - 17:21
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington

Je ne pus m’empêcher de rire en écoutant la jeune femme, rien que l’idée de l’imaginer face à une Katerina choquée était des plus hilarants il faut dire. Katerina m’avait déjà raconté la scène mais même sans son récit, il ne m’aurait pas été compliqué d’imaginer la rencontre entre les deux jeunes femmes. Une Katerina venant me faire une surprise et une Olympe voulant s’amuser comme elle aime tant en jouant avec les émotions de la jeune femme. Plus d’une fois, je me suis retrouvé en mauvaise posture avec Olympe, par exemple à une soirée où elle avait provoqué un conflit entre des invités ou bien une manipulation d’un chef d’Etat ou un diplomate, mais à chaque fois je me suis vraiment beaucoup amusé en regardant la scène. Si je m’amuse tant avec la jolie brune, je dirais que  c’est surtout dû à notre côté sombre en commun, certes le sien est moins puissant que le mien, mais tout de même il est bien présent, elle aime créer le conflit et le chaos, et moi évidemment je m’en délecte également. Nous ne sommes pas le genre de personnes qui allons nous contenter d’une soirée bien calme et tranquille, il nous faut de la surprise, des péripéties et surtout une bonne dose de conflit.

J’avais beau souvent me montrer joueur et absolument pas sérieux, ce coup-ci j’avais posé une question sérieuse, je voulais vraiment savoir son avis sur cette question, savoir ce qu’elle pensait et ressentait de son côté. Je n’attendais pas de réponse type pour être exact, les deux m’allaient. Si elle m’annonçait qu’elle regrettait, je me rendais compte qu’on avait peut-être fait une erreur, et si elle me disait l’inverse, alors je me réjouissais de savoir qu’elle n’avait pas de regret. Il faut dire qu’une relation comme la nôtre est très compliqué, il y a des limites, mais elles sont tellement fines et tellement floues qu’on ne sait pas toujours où les placer. Comme je le dis souvent, notre lien est cosmique, ce qu’il faut comprendre par-là, le sens caché, c’est de signifier qu’il dépasse la planète Terre, autrement dit en rapport avec nous deux, c’est qu’il nous dépasse, nous ne le contrôlons pas, il nous contrôle, voilà à quel point notre lien est puissant. Je ne dis pas que je serais prêt à tromper Katerina par exemple, absolument pas même, je dis juste que je ne peux pas dire les limites de ma relation avec Olympe, elle ne cesse de grandir chaque jour et évoluer surtout.

Lorsqu’elle me fait cette déclaration si touchante, je ne pus m’empêcher d’embrasser tendrement son front, pour montrer que ce n’était pas du tout dans un but ambigu ce coup-ci, que c’était par amour pour elle « Je ressens la même chose Chérie, comme je le dis souvent, je ne connais pas de réelle limite à notre lien ! C’est pour dire à quel point il est incroyablement puissant, je ne me vois pas vivre sans toi, tu es bien trop ancrée dans mon cœur ! Donc bien que je ne doute pas de tes capacités surement fantastiques dans un lit, je préfère aussi sacrifier cela plutôt que de perdre ma meilleure amie, mon ancre, mon âme sœur ! » Je remis ensuite ma tête dans son cou, continuant de danser doucement collé à elle, profitant de chaque seconde de ce moment, avec cette peur qu’un beau jour tout puisse s’arrêter, qu’un de nous deux ne soit plus dans ce monde, plus là pour l’autre. Moi encore j’avais Katerina, je serais détruit mais il resterait la partie de moi avec l’amour pour elle, cette partie qui me permettrait de survivre, mais Olympe, elle n’avait plus cela dans sa vie, elle n’avait plus de compagnon pour qui ressentir cela, autrement dit j’avais peur que si je venais à mourir, elle ne puisse survivre.

Elle ne se rendait pas compte à quel point elle était dans le vrai, il ne faisait aucun doute que si les deux jeunes femmes avaient pu mieux se connaître, que ce soit sur le paquebot ou en dehors, elles seraient devenues amies. Pour une simple et bonne raison, elles font parties de ces personnes qui marquent les esprits. Au fil de ma longue vie, j’ai pu en déduire une chose, il existe deux types de personnes, ceux qui vont rester des anonymes durant toute leur vie et dont on ne se souviendra pas, et ceux qui vont marquer les esprits, par leurs personnalités, leurs actes, leurs caractères. Ce n’est pas quelque chose qui s’apprend, certaines personnes sont faites pour cela, et les deux jeunes femmes le sont. D’ailleurs les deux le sont par leur personnalité, Katerina par son côté attentionné et aimante malgré sa vie chaotique, et Olympe par ses excentricités et son côté atypique malgré sa vie éprouvante aussi.

Etant un peu lassé de danser, et désirant changer d’activité, je ramenai la jeune femme au bar pour finir nos verres qui nous attendaient « Sauver la vie ? Pas vraiment pour vous, toi tu pouvais faire un Portail aisément et Katerina aurait pu nager sur des kilomètres sans problème mais je vois ce que tu veux dire quand même ! Et je suis bien d’accord sur le coup de l’amitié, vous auriez été amis ans hésitation, vous vous ressemblez sur votre force et votre indépendance ! Mais je sais de toute façon que tôt ou tard vous serez amies, j’en ai la conviction, pour l’instant je suis l’objet du conflit mais vous apprendrez à mieux vous connaître et ça passera parfaitement, sans que je n’ai rien à faire en plus ! Maintenant, que dirais-tu de semer le chaos comme c’est si bien le faire duo Olyden ! » Je pris sa main pour l’entraîner avec moi, jusqu’à la table de deux inconnus, un couple vu leur proximité.

Je pris un air plutôt timide tout en passant ma main dans le dos de la jeune femme pour faire croire que nous étions un couple aussi « Bonsoir ! Désolé de nous immiscer et de vous déranger ! Notre question va paraître un peu étrange, mais vous êtes bien un couple non ? Disons que ma femme et moi, après nos cinq ans de mariage, cherchons un peu de.. comment je peux dire ça.. de folie dans notre vie conjugale ! On aimerait bien partir sur des choses nouvelles, comme les aventures d’un soir.. mais à plusieurs si vous voyez ce que je veux dire ! »





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Jeu 11 Mai - 22:32
          


Toute personne normalement constituée se serait rapidement rendu compte de l’étrangeté de notre conversation, du moins d’après des standards Terrestres. Mais pour des créatures vieilles de plusieurs siècles comme nous c’est tout à fait normal. Surtout vu la relation que j’entretiens avec Aiden. « Bien, nous sommes sur la même longueur d’onde alors » je déclare avec douceur en me rapprochant de lui, blottissant brièvement ma tête dans le creux de son épaule. Mon corps en a toujours dit plus sur mes sentiments que mes mots. Et puis avec Aiden nous nous connaissons si bien que nos corps aussi bien que nos esprits n’ont plus aucun secret pour nous. Et puis la musique change et Aiden semble s’être lassé. Je dois avouer que le sujet de conversation a un peu plombé l’ambiance et qu’il sera temps de pimenter un peu les choses. De retour vers nos verres, je lève le sort qui les protège pour que nous puissions en profiter de nouveau. Et la remarque d’Aiden me fait bien sourire, presque rire même « J’étais en première classe, j’allais en profiter jusqu’au bout ! Tu sais bien à quel point j’aime faire ma grande dame ! Et me salir les mains ? Que si je suis sur le point de mourir, ce qui était le cas, mais pas tout à fait. J’avais une solution alternative, je l’ai prise. Et je ne voulais pas révéler ma nature alors que mon identité se faisait connue avec ma joaillerie. Quant à Katerina, je ne sais pas pour elle, mais je n’essaierai pas de nager avec le poids de nos robes d’époques. Mais tu as sans doute raison, dans le pire des cas, nous aurions survécues. » Je souris avant de prendre une gorgée de ma boisson et de regarder la salle langoureusement en cherchant une nouvelle distraction, une nouvelle activité, cette étincelle d’amusement que je suis venue chercher en compagnie d’Aiden, bien qu’à lui tout seul il soit déjà un feu d’artifice.

Et la proposition d’Aiden vient pile à temps. « Il n’y a que toi pour inventer des noms pareils » je lève les yeux au ciel, mais intérieurement je suis flattée par l’idée. « Mettre le chaos est toujours un plaisir avec toi ! » Deux inconnus plus loin et nous voilà en train de leur taper la causette, le plus normalement du monde. Je ne sais pas si les paparazzis nous ont suivis jusque-là, mais si c’est le cas, cela fera le scoop dès demain matin ou plutôt dans quelques heures si on veut jouer sur la sémantique. Je me vois déjà surveiller les journaux demain matin, une tasse de café à la main. Reste à savoir chez qui je lirai ce journal et dans quelle tenue. Je devine le plan d’Aiden sans qu’il n’ait besoin de le mentionner à voix haute et je joue le jeu immédiatement, entrant dans le même degré de timidité que lui pour que cela soit crédible. Déjà qu’avec nos apparences physiques et nos auras nous sommes particulièrement impressionnants et attirants… Il ne faudra pas que nos proies prennent peur. Lorsqu’Aiden a fini de parler, je lui lance un regard hésitant, mais complice, toujours dans l’acte. Je glisse timidement ma main dans la sienne pour faire bonne mesure. « Ce… ce n’est pas évident de vous demander ça… mon mari et moi n’avons jamais fait ce genre de choses avant… » Regard gêné en direction d’Aiden tandis que je me mets à rougir. Je vois bien que j’ai déjà l’attention de l’homme, mais que la femme commence à rougir aussi. « Je sais que ça peut sembler étrange, mais on s’est dit qu’on allait essayer… nous comprendrons si vous ne voulez pas… » Ils se regardent et hochent la tête. Un petit air de triomphe s’affiche sur mon visage alors que je caresse la joue d’Aiden et fait le tour de la table en direction du monsieur, laissant la dame à mon cher meilleur ami. « Je vous assure que vous ne le regretterez pas. Ce sera la meilleure soirée de votre vie. »

Mes mains se glissent timidement sur les épaules de l’homme. Il n’est pas très vieux, vers la fin de la vingtaine sans doute. C’est aussi l’âge que donne mon apparence physique alors que la réalité est toute autre. Le Terrestre ne sait pas quoi faire au début, un peu perdu et lançant des regards paniqués à sa compagne, mais il finit par se relaxer. Et lorsqu’il est suffisamment confiant pour déposer ses mains sur ma taille, voir progressivement plus bas, je me tourne vers Aiden et lui lance un regard complice rempli de malice. On va bien s’amuser. Mes lèvres trouvent alors celle de l’homme, pourtant je ne ferme pas les yeux, continuant d’observer Aiden comme une sorte de défi, lui intimant de faire mieux avec sa propre cible.

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 21 Mai - 15:29
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington


Mettre le chaos, une expression qui peut faire peur de prime abord et pourtant elle résume bien ma vie. J’ai toujours aimé mettre le chaos, mettre la zizanie si vous préférez, les ambiances trop calmes et tranquilles m’ennuient au plus haut point. Mais même quelqu’un comme moi qui aime se délecter du malheur des autres, s’ennuie s’il le fait tout seul, c’est là qu’intervient Oly, elle est ma partenaire de crime en somme, on est comme Bonnie et Clyde tous les deux, entremêlés profondément dans le chaos. Je me remémorais très bien toutes les opérations qu’elle et moi avions menés, déranger des cours royales, interrompre des cérémonies de mariages, amener la fête à des enterrements, etc, etc. Il devait y avoir sans mentir des familles nous détestant pour nos actions, enfin du moins les membres encore vivants de ces familles, parce que toutes ces actions ne s’étaient pas passées à la même époque, et puis je quittais rarement un événement sans me faire une petite mort pour le bien-être, parfois plus en fonction de mon humeur ou mon envie. Autrement dit, quand certaines personnes ne profitaient qu’un peu de leur vie courte, nous, nous avions fait tout ce qui nous passe par la tête sans se poser des questions, ni même envisager les conséquences, une vie de roi.

Je n’avais pu m’empêcher de regarder Olympe faire avec l’homme, malgré que notre relation ne donnait pas dans le charnel, la voir faire ainsi avait un fort côté excitant je dois dire. Je me tournai vers la jeune femme avec un léger sourire « Comme vous pouvez le voir, ma femme est loin d’être timide, elle est même très entreprenante ! Je comprendrai que vous, vous soyez plus réservé, je le suis aussi pour être honnête ! » Je ne l’étais pas vraiment, enfin un peu si, il faut dire que maintenant j’étais en couple et amoureux, je me devais donc de mesurer mes gestes, je ne voulais pas faire quelque chose qui puisse contrarier Katerina, je l’aimais bien trop pour ça. Je me mis donc à prendre la main de la jeune femme doucement, je me rendais bien compte qu’Oly m’avait mis au défi mais je préférais y aller doucement et accentuer la sensualité. Je caressais sa main doucement, passant le bout de mes doigts délicatement le long de son bras, faisant des allers-retours réguliers. Je tournai le regard vers ma meilleure amie avec un léger sourire narquois au coin des lèvres, lui intimant que rien ne servait d’aller vite si on perd à l’arrivée.

Je ne comptais pas m’arrêter là évidemment, mes doigts venaient s’aventurer plus loin maintenant, caressant son épaule avec douceur pour finir leur course dans son cou. Puis ce fut mes lèvres qui prirent le même chemin que mes doigts, remontant son bras, passant par son épaule pour finir dans son cou, le parsemant de baisers tendres « Si quelque chose vous déplait, n’hésitez pas à me le dire, j’arrêterai de suite, mon but n’est pas de vous mettre à l’aise ! Même si au vu des bruits que vous émettez, je me doute que vous êtes plutôt dans le plaisir ! » Je continuai donc d’embrasser son cou avec avidité, certains vampires auraient perdu le contrôle en étant aussi près de sa veine, du sang. Mais moi j’avais toujours eu un contrôle absolu là-dessus, j’étais peut-être un meurtrier, mais je n’étais pas un vampire incontrôlable devant le sang. Pourtant j’étais tenté de la mordre, juste pour la voir faire un visage horrifié devant cet acte, et s’enfuir en courant, mais il ne fallait pas gâcher le jeu si vite, on venait de commencer.

Je continuais mes baisers dans son cou, parfois m’aventurant sur la mâchoire de la jeune femme, tandis que je décidais de venir faire descendre mes mains sur ses cuisses pour les caresser sensuellement, sentant bien que la jeune femme gémissait de plus en plus. Il faut dire que le choix avait été particulièrement bien fait, ils paraissaient tous deux être un jeune couple, des novices dans l’apprentissage des corps, autrement dit des cibles faciles pour l’expérience sexuelle d’Olympe et moi. Il aurait été facile de les faire atteindre une apogée sans même aller trop loin, c’était d’ailleurs mon intention, je voulais la faire plonger dans le désir jusqu’à ce qu’elle ne pense à plus rien d’autre que ça, pour ensuite tout stopper et stopper sa vie par la même occasion. C’était d’ailleurs pour cela qu’Oly et moi étions si bien en symbiose, même me voir tuer la faisait frissonner, elle aimait tout chez moi et j’aimais tout chez elle. « Souhaiteriez-vous qu’on s’éclipse ? Par exemple qu’on trouve un coin dans les arrières cuisines pour être plus tranquille car je pense que la tension n’est pas adaptée pour cet endroit trop public non ? » Je tournai de nouveau la tête vers ma meilleure amie avec un sourire carnassier ce coup-ci sur les lèvres, je savais qu’elle pouvait me comprendre sans même que j’ai à prononcer un mot, elle comprenait qu’il était temps de passer à l’étape deux de ce moment.





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Mer 31 Mai - 23:37
          


« Rabat-joie » je murmure dans le vent, sans personne pour m’entendre et mes pensées tournées vers mon meilleur ami alors qu’il se tape le rythme d’un escargot en déambulateur. Il est vrai que lorsqu’il s’agit de ce genre de jeux, je sais me montrer particulièrement patiente, c’est d’ailleurs dans ma nature que de ne pas me laisser dicter par les lois du temps et de faire comme bon me semble, de rester calme là où les autres s’énervent, de faire durer les choses au maximum, leur faire atteindre leur paroxysme avant de les briser. Et c’est sans doute parce que je suis toujours patiente que ce soir, j’ai envie d’aller vite. De chambouler mes propres règles comme pour me rappeler à moi- même qu’il ne devrait pas y en avoir. Livrée à ce duel interne, je soupire en me rendant compte de ce que prévoit Aiden. Le temps de prendre la poudre d’escampette est venu. Pourtant, je n’ai pas fini de m’amuser ici, aux yeux de tous. Je n’en ai pas fini avec ma gloire du moment, les autres ne m’ont pas encore assez admirée. Je sens pourtant leurs regards brûlants sur ma nuque, de jalousie et d’envie, de désir et de dégoût, toutes ces émotions humaines si fortes et délectables qui me font presque chavirer à elles toutes seules. Aiden veut partir s’isoler pour mieux profiter de la fête ? Soit. Mais je ne lui ferais pas le plaisir d’y aller tout de suite. Ce n’est pas une question de vouloir lui tenir tête, après tout, je n’ai guère besoin d’un concours de préliminaires pour cela. Le combat pour le contrôle est notre jeu quotidien. Et je n’irai pas non plus foutre en l’air son plan pour la soirée. Pour la seule et unique bonne raison que si cela avait été quelqu’un d’autre qu’Aiden, j’aurai fais comme bon me semble. Mais lui, il n’a jamais essayé de m’enchaîner. Il ne me force jamais dans nos activités et nos jeux. Et c’est pour cela qu’il est bien plus que mon chéri, mon meilleur ami, mon âme sœur. Car il m’accepte telle que je suis, inconditionnellement.

C’est pourquoi je ne pense pas qu’il m’en voudra pour mon petit détour par la piste de danse. J’en profite pour laisser ma proie se déchaîner, son corps contre le mien sur un rythme endiablé latino que ma robe ne devrait physiquement pas permettre, mais il n’y pas de lois ce soir, même celles des vêtements trop serrés sont sans importance. Cela ne dure que le temps d’une chanson, mais cela m’a permit d’avoir mon quota d’attention et de flatterie d’égo avec tous les regards envieux et admiratifs des autres clients autour de nous. Satisfaite, je retourne vers Aiden et sa partenaire, un sourire machiavélique sur les lèvres, toute trace angélique de timidité évaporée comme neige en avril. Je sais bien que si Aiden nous a suivis du regard, il devrait être légèrement jaloux. Ou plutôt, possessif. Comme toujours. Comme d’habitude et je l’apprécie aussi pour cela. Car je partage sa possessivité et je ne manque pas de le faire savoir en revenant vers lui, un nouveau verre, beaucoup plus fort cette fois-ci, à la main. « Alors, tu t’amuses bien ? Chéri ? » Insistant sur le dernier mot, je lance un regard à la fois menaçant et amusé à la petite dame qui l’accompagne. Ma propre proie d’ailleurs a toujours un sourire béat aux lèvres. Malheureusement… j’ai déjà décidé ce que j’allais faire de monsieur et cela ne risque pas de plaire à madame.

L’ennui commençant à s’installer après cette danse intense sur la piste, je prends ma proie par la main et l’attire vers une porte au fond de la salle. En passant à côté d’Aiden, je lance pourtant « Les cuisines ? Excellente idée, Chéri. J’ai toujours voulu me faire prendre entre deux plaques de cuissons entourée de casseroles. » Sarcasme, mon vieil ami ne me quittera-tu donc jamais ? Ma proie et moi disparaissons ensuite derrière la porte et nous voilà dans les fameuses cuisines, étrangement vides. Je me penche donc vers mon amant temporaire et lui susurre dans l’oreille. « Prends-moi comme je sais que tu meurs d’envie de le faire. Ici et maintenant. » Je n’ai pas besoin de ma magie pour l’ensorceler, mon corps, ma personne et l’ambiance de cette soirée s’en sont déjà chargés. Mais je ne le laisserai pas prendre le contrôle, je continuerai de tout manipuler. Après tout, je reste dominante et ce n’est pas un vulgaire Terrestre qui changera cela. C’est pourquoi lorsqu’il me soulève brusquement et me fais asseoir sur la table, mon verre se vide à moitié dans mon décolleté. Je lui aurai bien coupé quelque chose à celui-là pour avoir osé ruiner ma robe, mais au lieu de cela, autant en profiter pour nous amuser. Je baisse donc le fait de ma robe jusqu’à mon nombril, mon soutien-gorge solide (et de qualité, merci bien, on ne peut décidément pas faire confiance à ces merdes vendues sur le marché) maintenant mon balcon bien en place. Un appareillage d’office simple pourtant doublé de subtilité avec une touche de dentelle noire courte, mais bien présente. Dentelle non remarquée par ces chers messieurs porteurs de barbes, immédiatement sentis pourtant par ceux qui se la joue imberbes et qui viennent poursuivre l’instinct qui leur hurle et commande de venir frotter leur face dans la vallée des dieux. Mais avant que ma proie n’ait l’occasion de le faire, j’agrippe violement ses cheveux, tirant sa tête vers l’arrière. « Lèche » j’ordonne, mon regard de serpent planté dans le sien alors que quelques écailles violettes apparaissent momentanément le long de mes bras. Je lâche ensuite sa tête et frisonne lorsqu’il m’obéit, un sourire coquin sur les lèvres, sourire tout prêt pour Aiden quand il débarquera à notre suite et qu’il me trouvera dans cette ô si compromettante position.

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 4 Juin - 17:31
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington


Je n’avais pas manqué d’observer tout le spectacle de la jeune femme sur la piste de danse, je me doutais qu’elle ferait quelque comme cela tôt ou tard, vouloir attirer l’attention pour voir le désir et l’envie dans le regard des autres. Dans une amitié aussi longue et fusionnelle que la nôtre, prévoir les actions de l’autre devient aussi simple que de dire bonjour. Cela ne me gênait en rien qu’elle fasse cela, je voulais qu’elle profite au maximum de la soirée, aucun taboo, aucun secret, aucune règle était notre devise après tout. Mais ce qui m’avait amusé le plus, était quand elle était revenue me voir, les mots qu’elle avait prononcé mais surtout son faciès avec ses lèvres crispées et son regard noir dans les yeux de l’autre femme, ne faisaient aucun doute, on pouvait voir toute la possessivité qu’elle avait pour moi. C’était d’ailleurs un des points que j’adorais dans notre relation, notre possessivité mutuelle, elle traduisait parfaitement toute l’affection qu’on avait l’un pour l’autre. Peu de gens arrivent à différencier la jalousie, de la possessivité, ce qu’il faut comprendre c’est que la jalousie consiste à ne vouloir partager l’autre avec personne tandis que la possessivité consiste à ne pas vouloir le partager quand il est déjà avec nous, à garder notre temps avec lui que pour nous, mais il est libre de faire ce qu’il veut quand on n’est pas avec lui, voilà la différence.

Avant même que j’ai pu prononcer un mot, la jeune femme avait parlé des cuisines et s’était enfui avec le compagnon de ma proie. Elle qui me faisait souvent le reproche d’être impatient, elle venait de faire exactement le contraire de sa politique, ce qui avait le don de m’amuser un peu il faut dire. Je reportai mon attention sur la charmante jeune femme qui était en face de moi, je vis très bien dans son regard tout ce désir incontrôlable qu’elle avait pour moi maintenant, ma stratégie de la tentation de tout à l’heure avait marché à merveille il faut croire. Je caressai alors son visage du bout des doigts en ne quittant pas ses yeux du regard « Que désires-tu faire ma belle maintenant ? Préfères-tu que nous gardions notre intimité ici tous les deux ou bien veux-tu que nous rejoignions ton copain et ma femme ? » J’arborai un léger sourire sur le visage, léger car je voulais garder ce rôle de timidité jusqu’au bout, rester dans le rôle de l’homme marié qui veut un peu de frisson dans sa vie sexuelle.

Bien que j’essayai de m’empêcher, je n’arrivai pas à retenir mon ouïe vampirique d’écouter derrière les portes de la cuisine, donc quand j’entendis la jeune femme lui dire de lécher, je compris aussitôt que les choses allaient vite de l’autre côté de ces portes battantes. Je ne laissais donc même plus le choix à la jeune femme de répondre, je choisissais de continuer les choses dans les cuisines avec les autres. Je pris la main de la femme et l’amenais de l’autre côté de cette porte avec moi, et ce que je vis me fit ressentir plusieurs émotions. L’homme avait tout le visage dans la poitrine de la jeune femme, je me trouvais partagé entre l’excitation de voir Olympe ainsi, mais aussi la possessivité de voir cet homme être trop proche d’elle. Je décidai évidemment de lui sortir ce même genre de phrase qu’elle m’avait sorti plus tôt avec le même regard noir pour l’homme « J’espère qu’on ne te dérange pas.. Chérie ? » Je fermai la porte derrière nous et entrai avec la jeune femme jusqu’au centre de la pièce.

Je la fis s’asseoir sur les plaques de cuisson, savoir qu’elle pouvait brûler à tout moment si je les allumais m’excitait encore plus je dois dire. Et comme poussé par cette possessivité envers ma meilleure amie, j’arrachai la robe de la jeune femme d’un geste, la dévoilant en sous-vêtement devant moi. Je me doutai que les deux autres avaient dû voir cela, et c’est justement ce que je voulais, continuer à créer cette même possessivité que je ressentais, encore plus chez Olympe, jusqu’à la faire craquer. Je décidai ensuite d’embrasser l’abdomen de la jeune femme de doux baisers, je n’avais pas oublié pour autant qui était ma compagne et je ne comptai pas dépasser les limites, même pour m’amuser. Surtout que nous avions très bien choisi nos proies sans le savoir, ils avaient l’air peu expérimentés, on pouvait leur faire faire ce qu’on voulait et les exciter avec un rien. D’ailleurs la jeune femme venait de me faire ôter ma chemise, l’arrachant à moitié d’ailleurs, me laissant torse nu, il faudrait que je me contente de ma veste de costume comme seul vêtement tout à l’heure.

Commençant à sentir l’ennui de cette situation, je décidai de corser un peu les choses, sachant bien que ma meilleure amie monopolisait totalement l’attention de l’homme, je pouvais faire ce que bon me souhaitait. J’utilisai donc l’Encanto sur la jeune femme, l’hypnotisant à ma volonté pour pouvoir la mordre soudainement au cou sans qu’elle crie. Je n’étais pas affamé et je me contrôlais parfaitement, par conséquent je buvais lentement son sang, le savourant au maximum pour faire durer la situation et surtout faire durer la vie chez elle, je n’allais pas la tuer aussi facilement et aussi simplement que cela. J’imaginai bien le regard d’Olympe dans mon dos, souriant devant ce que je faisais et un peu jalouse que ce ne soit pas son sang dont je me délecte, je l’avais fait bon nombre de fois à travers les décennies, le sang d’un sorcier à quelque chose de spécial un peu comme un terrestre prenant de l’ecstasy, cela nous rend totalement drogué. Elle adore me le donner et j’adore le boire directement dans son cou si délicat.





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Purple Lamia

Je suis ici depuis le : 16/02/2017 et on me dit souvent que je ressemble à : Felicity Jones . J'ai actuellement : 313 ans mais 26 en apparence ans mais déjà : 120 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 242 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Sigrune B. Blackfox .Je n'ai qu'un but dans la vie : : la richesse . Pour cela, je réside actuellement : Manhattan, Sugar Hill tout en étant d'une humeur : généreuse, profitez en . Au fait, les crédits reviennent à : shiya

Surnoms et noms portés : Diana, Queen Anne, Olivia, Olympia, Lady Britain, Louiza, Scarlett


♦♦♦

Mes conquêtes notables :
- Philippe Hamilton, noble britannique (mari de 1731 à 1733), décédé dans un "accident" de calèche
- William Ferrier, noble britannique (mari de 1735 à 1740), empoisonné
- Pierre-Martin Lavalette, médecin (mari de 1750 à 1760), décédé d'une crise cardiaque
- Bogdan Romski, roi des tsiganes puis ambassadeur polonais en Russie (mari de 1775 à 1776), fusillé par Catherine II de Russie
- Samuel Newman, joaillier (mari de 1779 à 1783), décédé aux Etats-Unis durant la guerre d'indépendance
- Teddy Banner, noble britannique / dealer d'opium (mari de 1789 à 1804), décédé d'une overdose (opium + brandy)
- Thomas Barnes, rédacteur en chef du The Times (mari de 1824 à 1827), décédé de vieillesse à l'âge de 71 ans
- Marcel Dubrai, banquier français (mari de 1832 à 1838), assassiné par un certain vampire
- Connor Lang, garde royal de sa Majesté (mari de 1855 à 1857), étouffé et blessé par les sorts de protection de l'atelier
- Diego Belados, fournisseur espagnol de nacre philippin (mair de 1871 à 1878), mort d'ivresse à l'âge de 55 ans
- Medhi Hellik, professeur d'université indien (mari de 1880 à 1883), mort de vieillesse à l'âge de 63 ans
- Harry Houdini, magicien hongrois (amant de 1884 à 1888), décédé en 1926
- Arthur Conan Doyle, écrivain britannique (amant de 1884 à 1910 puis de temps en temps jusqu'en 1930), décédé en 1930
- Daniel Carter, musicien britannique (mari de 1889 à 1892), s'est suicidé
- Benjamin Stamford, ingénieur américain chez Ford (mari de 1908 à 1912), torturé à mort
- Liam Thompson, soldat américain (mari de 1938 à 1940), mort au front en France durant la Seconde Guerre Mondiale
- Giorgio Esperado, scientifique italien spécialisé en astronomie (mari de 1955 à 1960), mort d'un AVC
- Juan Deluna, peintre brésilien (mari de 1976 à 1978), disparu en Amazonie en 1978 et considéré mort
- Crystal Evans, actrice américaine (femme de 1991 à 1995), morte d'un cancer du sein


Journal intime
Mon statut: Libre. Toujours.
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Disponible. Propose moi une idée !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Mer 28 Juin - 18:02
          


Le pauvre jeune homme toujours la tête entre mes seins, je souris de toutes mes dents à Aiden lorsqu’il daigne enfin faire son apparition avec sa proie. Un sourire sadique, un sourire de requin comme dirait certains. Car j’ai entamé la dernière partie de mon plan, du jeu de ce soir et cela ne se terminera pas en Happy Ending. Du moins, pas pour le jeune homme entièrement à ma merci. Mon regard suit Aiden et sa partenaire, ne le quittant pas une seule fois, d’une part à cause de ma possessivité, mais aussi de par le fait que cela m’excite terriblement de voir mon vampire favori s’amuser ainsi avec une mortelle. « Tu ne me dérangeras jamais, chéri. » Je réplique, toujours avec mon sourire sadique tandis que ma main vient se nicher dans les cheveux de ma proie. Je pousse un petit soupire d’extase et de surprise lorsque sa langue frôle si subtilement mon téton droit, mais mon regard reste fixé sur Aiden. Je ne voudrais manquer la moindre seconde de son spectacle pour rien au monde. Lorsque la robe de la jeune mortelle est arrachée, j’esquisse un petit rire amusé. Coup classique. Toujours avec ma main dans les cheveux du jeu homme, l’autre me servant d’appui derrière moi, je le force à lâcher ma poitrine un instant pour qu’il observe sa propre copine. « Profite du spectacle, mon petit canari. » Je lui susurre à l’oreille et il déglutit en rougissant, observant Aiden. Je m’attendais presque à ce qu’il s’offusque des gestes d’Aiden, qu’il ait franchi ainsi la limite, mais il n’en est rien, mon jeune homme est parfaitement silencieux, aussi admiratif du vampire et sa proie que je le suis. L’habitude n’y changera rien, c’est toujours un plaisir de regarder Aiden faire. Je ris encore plus lorsque la chemise d’Aiden rejoint le sol sous les gestes maladroits et inexpérimentés de la jeune mortelle. Nous les avons vraiment ensorcelés ces deux-là. Après quelques secondes de cette observation, je reprends le contrôle sur ma propre proie, l’invitant de nouveau à s’occuper de mon balcon. Aiden est passé à l’étape suivante et je ressens en même temps une certaine fierté de voir ainsi mon meilleur ami à l’œuvre, si magnifique et puissant, mais aussi une jalousie que je ne sois pas celle à qui il dédie autant son attention presque divinement. Je sais que nous aurons tout le temps de faire cela plus tard, que c’est toujours une possibilité, voir même une certitude entre nous, mais ce sentiment de jalousie est bel et bien là.

Et pour contrer cette vague de jalousie intense, je glisse ma main libre sous les plis de ma robe pour me satisfaire toute seule puisque je viens de décider à l’instant que le jeune homme entre mes bras –ou plutôt mes cuisses – n’est pas assez expérimenté et méritant pour me faire grimper au septième ciel. Rares sont les hommes qui ont réussi d’ailleurs, même parmi tous mes maris. Je lâche les cheveux du jeune homme afin de lancer un sort d’imperméabilité sur mes vêtements avant de reprendre ma quête plus intensivement. J’essaie de ne pas regarder Aiden, de me focaliser sur mon propre plaisir, mais rien à faire, mon regard vacille de temps en temps vers la silhouette de mon cher vampire. Après quelques minutes de travail, je pousse un unique cri, arquant mon dos sous les vagues intenses de plaisir, tremblant sous le visage de mon jeune homme. Je me fiche de faire du bruit, nous avons déjà attiré l’attention, un peu plus ou un peu moins dans les cuisines, cela ne changera pas grand-chose. Enfin satisfaite de mon petit jeu, je reprends les embrassades avec mon jeune homme, faisant d’immenses efforts pour laisser des traces de rouge à lèvre un peu partout et d’immenses griffures avec mes ongles sur l’intégralité de son dos.

Puis j’agrippe fermement le menton de ma proie et plante mon regard dans le sien. « Dors. » Je susurre de nouveau, ma voix emprunte de magie et de séduction. Il tombe comme un roc entre mes jambes, heurtant sa tête sur la table. Je le pousse légèrement, le faisant tomber au sol comme une vulgaire poupée de chiffon. Il vivra et quand il se réveillera, il se demandera s’il n’a pas rêvé. Je prends ensuite mon temps pour me rhabiller et pour me remaquiller aussi, redressant ma coiffure et vérifiant mon reflet dans un miroir que je fais apparaître. Pendant tout ce temps, je n’ai pas quitté la table. Une fois cela fait, je regarde Aiden, les mains sur la table et balançant mes jambes d’avant en arrière, curieuse de voir où il en est, car après mon petit numéro, j’étais un peu déconnectée.

code by sixty






I live for the applause, applause, applause I live for the applause, 'plause I live for the applause, 'plause I live for the way that you scream and cheer for me Applause Applause Applause
Revenir en haut Aller en bas
avatar


The Devil in Disguise

Je suis ici depuis le : 12/07/2016 et on me dit souvent que je ressemble à : Christopher Wood . J'ai actuellement : 288 ans mais physiquement j'ai 26 ans mais déjà : 3852 démons tués à mon actif, ce qui me vaut : 3490 points récoltés. D'ailleurs je joue aussi : Le Légendaire Jace Wayland o/ .Je n'ai qu'un but dans la vie : : M'amuser un maximum... . Pour cela, je réside actuellement : à New York. tout en étant d'une humeur : Démoniaque... . Au fait, les crédits reviennent à : .ANGELUS
- Je suis un homme complexe, je pense que c'est le moins qu'on puisse dire. Mais ce que vous ne savez pas, c'est que vous ne voyez que les apparences, la réalité est encore plus terrifiante.. On peut dire que je possède trois personnalités...


- Il y a tout d'abord ce que j'appellerais la personnalité normale, celle de l'homme d'affaires, et surtout celle qui s'efforce de garder les deux autres sous contrôle...


- Puis vient celle du plaisantin, celle de la joie de vivre, on peut dire que cette personnalité est totalement naturelle chez moi, contrairement à la précédente, je n'ai pas besoin de me forcer, le rire est instinctif chez moi.


- Et enfin.. La dernière.. Celle que je cache en permanence, celle du tueur assoiffé de sang, celle que je porte depuis ma naissance, je dirais même celle de mon vrai moi... Je suis un tueur depuis mon plus jeune âge, être un vampire n'y est pour rien, et je resterai un tueur jusqu'à la fin de mes jours...

Journal intime
Mon statut: Marié à une étoile | Katerina ♥
Mes Amours, mes Amis, mes Emmerdes:
Je suis: Indisponible. Repasse plus tard !
- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
Dim 16 Juil - 19:39
          



We own the night, darling
Feat C.-Olympe Wellington


Chaque relation humaine est de par sa fonction source de complication, un élément inoffensif peut totalement changer la dynamique d'un lien, des grands amis peuvent se haïr du jour au lendemain, des inconnus peuvent s’adorer et nouer un lien fort dès le début. Mon lien avec Olympe est bien plus compliqué que cela, je le vois plutôt comme le système solaire, avec moi dans le rôle du soleil, et les composantes de notre lien remplaçant les planètes. Le désir, l’affection, la compréhension, l’amour, la jalousie etc… Toutes ces composantes tournant autour de moi telle une danse parfaitement cyclique, et me faisant perdre clairement la tête. Quand je suis avec elle, les émotions se bouleversent en moi, je vais avoir de l’affection pour ma meilleure amie, puis le désir envers son corps de jeune femme hors du commun, la jalousie lorsque je la vois avec un autre ou une autre, nos regards traduisant nos idées ou nos envies, tout cela à la fois dans une spirale me chamboulant intérieurement. Et pourtant malgré comment je peux le décrire, ces sensations sont fabuleuses, se sentir aussi connecté avec une personne est déroutant au début, mais rapidement addictif au point où on préférerait mourir plutôt que de s’en passer.

J’avais beau m’occuper du cou de la jeune femme, me délectant de son sang à petites doses, je ne manquais pas de jeter des coups d’œil rapides à ma chère meilleure amie derrière moi. Je ne pouvais guère m’en empêcher pour être honnête, je ressentais cette jalousie bien présente dans mon cœur, voulant savoir ce qu’elle faisait avec cet autre homme à chaque seconde. Vous n’imaginez pas ce qu’on peut penser quand on ressent ce genre de jalousie, on ne la comprend pas au départ, puis avec le temps, on suppose qu’en fait elle existe parce que les deux personnes ne sont pas de simples meilleurs amis, ils se situent dans un stade intermédiaire entre la passion amoureuse et l’amitié fusionnelle, un stade comprenant beaucoup d’aspects d’un couple. Le pire sans doute, c’est que vous ne pouvez pas en parler aux gens en dehors de votre lien, car ils ne comprendraient pas, et ils vous conseilleraient soit de rester de simples amis, ou soit de passer à l’étape du couple. Cependant moi je veux garder ce lien exactement comme il est, ce stade intermédiaire qui ne devrait pourtant pas exister, me correspond totalement, je pense qu’il en est de même pour la jeune femme.

Cette petite épopée avec cette humaine ne m’amusait plus autant qu’au début, je devais me lasser d’elle pour être honnête, cela avait déjà bien que trop duré, il était temps que j’y mette fin. J’aurais pu tout simplement la vider de son sang tel un vampire ordinaire, mais ce n’était pas ce que j’étais, moi j’étais un vrai tueur, déjà comme cela bien avant ma transformation en cet être immortel. Mon corps ne désirait qu’une chose, se coller à ma meilleure amie, mais avant de faire cela, je voulais lui offrir un spectacle digne d’elle. Je savais qu’elle n’aimait pas tuer, mais elle aimait me voir le faire, je brisai donc instantanément de deux coups de pied les rotules de la jeune femme juste après avoir l’hypnotisé pour qu’elle n’émette aucun cri. Elle tomba ainsi au sol, essayant de ramper car elle ne pouvait plus se relever, je m’éclipsai vers la porte de sortie arrière jusqu’à tomber sur une hache de secours en cas d’incendie. Je brisai la vitre pour pouvoir la récupérer puis je la laissai traîner au sol pour que ma future victime entende le bruit se rapprocher.

Une fois arrivé devant elle, je levai la hache d’un coup et la fit s’abattre non sans un sourire sur le cou de la jeune femme, la décapitant d’un coup net et précis, projetant du sang en quantité sur le sol de la cuisine. Je lâchai la hache sur le corps de la jeune femme sans vie, puis je rejoignis ma meilleure amie, me collant à elle, en passant mes bras autour d’elle. Je posai mon front contre le sien, effleurant ses lèvres « Tu sais que tu m’as rendu très jaloux toi, je n’aimais pas le voir te coller de cette manière mais je devais jouer le jeu pour notre petit jeu justement ! Cependant. » J’effleurais encore plus ses lèvres des miennes « Le petit jeu est fini, et tout mon être ne me crie qu’une seule chose, tu sais très bien ce que c’est car.. » Je passai mes doigts le long de son cou, le plus lentement possible « Ton corps crie la même chose, je peux le sentir vibrer sous mes doigts Chérie, il me veut moi ! » Je ne pouvais plus résister à cette envie, je me décidai donc à l’embrasser passionnément, sachant bien que je ne devrais pas, mais en incapacité de ne pas le faire.





We are married. You make me the happiest man on this planet..
I love you more than anything Katerina ♥

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

- Shadowhunters -




Re: [Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]
          



Revenir en haut Aller en bas

 
[Hot] We own the night, darling [Aiden ♥]

 ::  :: Stories from the Past


 Sujets similaires
-
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [ANIME] Senkou no Night Raid
» Night of Champs III
» [Touchstone] Fright Night (14 septembre 2011)
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: RED LANTERN ATROCITUS




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

© SHADOWHUNTERS (2016) appartient à ses admins : Deathtime et .ANGELUS. Toute reproduction totale ou partielle est interdite. Forum optimisé pour GC.